Viviani le plus rapide

L'italien Elia Viviani (Cannondale) a déjoué les pronostics, en s'imposant facilement au sprint lors de la deuxième étape du Critérium du Dauphiné, et ce malgré un parcours accidenté. David Veilleux (Team Europcar) conserve sa place de leader au classement général.

Après de nombreux accessits à Paris-Nice, et plus récemment au Giro derrière l'intouchable Cavendish (Omega Pharma Quick Step), le sprinteur italien de 24 ans a enfin levé les bras, pour sa première victoire de l'année.

De nombreuses attaques jalonnent le début d'étape. Ce n'est qu'au kilomètre 25 que la bonne échappée se forme. Elle est composé des français Rudy Molard (Cofidis), Arnaud Gérard (Bretagne-Séché) et de Thomas Damuseau (Team Argos Shimano), déjà à l'avant de la course hier. Un peu plus tard José Mendes (NetAPP) rejoindra le groupe de tête.

Thomas Damuseau, le porteur du maillot à pois rouge -David Veilleux leader au classement de la montagne, portant le maillot jaune de leader- engrange des points au sommet des grimpeurs.

Derrière, les coéquipiers du leader Veilleux aidés par l'équipe du favori du jour Meersman (Omega Pharma Quick Step) contrôlent l'échappée.

A 30 kilomètres de la ligne d'arrivée située à Oyonnax (Ain), l'écart entre le peloton et les fuyards n'est plus que de 43".

Les Cofidis à l'offensive, Viviani facile

Alors, Molard décide de partir seul, rêvant certainement d'une issue à la "David Veilleux", victorieux en costaud la veille.

Il fait mieux que résister et à 26 kilomètres du terme de cette étape, il possède 1' d'avance sur le paquet. Mais il faiblit, et est revu par le peloton en ordre de bataille à 16 bornes de la ligne.

Puis quelques kilomètres plus loin, c'est au tour de son coéquipier Taaramae (Cofidis) de poser une mine. Il dispose de 12" d'avance à 7 bornes du but, on se dit que tout est jouable. Finalement, à 2 kilomètres de la ligne Sylvain Chavanel et l'équipe Oméga Pharma ramènent tout le monde sur ses talons.

L'équipe Cannondale emmène le sprint et Viviani s'impose tout en facilité devant Meersman (Omega Pharma Quick Step) et le français Tony Gallopin (Radioshack).

Demain, 3ème étape de ce "mini Tour de France", elle conduira les coureurs d'Ambérieu en Bugey à Tarare sur 167 km. Coup double pour Viviani ?

Classement 2ème étape Critérium du Dauphiné :

1. Elia Viviani (ITA/Cannondale) les 191 km en 4h39'15"

2. Gianni Meersman (BEL/Omega Pharma Quick Step) t.m.t.

3. Tony Gallopin (FRA/Radioshack Nissan Trek)

4. Reinardt Janse Van Rensburg (AFS/Team Argos Shimano)

5. Anthony Geslin (FRA/FDJ)

Classement général Critérium du Dauphiné après 2 étapes :

1. David Veilleux (CAN/Team Europcar)

2. Gianni Meersman (BEL/ Omega Pharma Quick Step) à 1'56"

3. Tony Gallopin (FRA/Radioshack Nissan Trek) à 1'57"

4. Warren Barguil (FRA/Team Argos Shimano) t.m.t.

5. Alejandro Valverde (ESP/Movistar)

Réactions :

Elia Viviani : "Aujourd’hui, c’était une étape difficile mais je me sentais bien. 191 km, c’était l’étape la plus longue mais pour moi, ça allait en sortant du Giro. Je pensais que j’avais plus de caisse que les autres. Le Giro m’avait donné les armes. C’est une caractéristiques je veux garder : être capable de résister plus que les autres sprinteurs. Meersman était le favori de ces étapes plus difficiles mais je suis plus rapide sur le plat. Il a essayé de faire la différence en faisant rouler son équipe dans les côtes. Pour moi, j’avais la puissance sur le plat."

Tony Gallopin : "La forme est là. C’était un final un peu nerveux. Il n’y avait plus beaucoup de coureurs pour emmener. J’étais un peu loin au dernier virage, à 600 m de la ligne, et au moment de lancer le sprint, j’étais déjà loin des deux mecs de devant. Meersman était favori et c’est Viviani qui gagne. On l’avait un peu oublié, lui. Je ne savais pas qu’il était ici au Dauphiné. C’est normal, c’est un super sprinteur. Je me rassure depuis hier. Pour une reprise, c’est pas mal".

Gianni Meersman : "J’ai lancé mon sprint à 200 m de la ligne. Je pense que c’était le bon moment. Viviani était tout simplement plus rapide. Dans ces conditions, je dois être content avec ma deuxième place. L’équipe a bien travaillé. C’était dommage que Viviani soit encore là dans le peloton. Les dix derniers kilomètres étaient en descente. Quand j’ai vu son équipier à deux kilomètres, j’ai compris".

Retour à l'accueil