Trois semaines pour entrer dans la légende

La centième édition du tour de France, qui débute samedi, ne demande qu'à entrer dans la légende du sport. Il y a 110 ans germait dans l'esprit d'Henri Desgranges, directeur de l'auto, l'idée de créer une course faisant le tour de la France. Malgré les guerres, le tour a résisté. Il est toujours revenu et il a maintenant une toute autre dimension. Cette année pour la centième, le plateau est plus élevé que jamais, et les coureurs vont en découdre afin d'entrer dans la légende. Petit rappel des coureurs pouvant rêver de victoire.

Christopher Froome, le kényan blanc:

Il a gagné le critérium international, le tour de Romandie, le critérium du Dauphiné et, en l’absence du dernier vainqueur Bradley Wiggins, il a la dossard numéro 1. Tout prête à dire que ce tour est pour lui mais il devra quand même résister aux autres coureurs de grand tour, nombreux cette année pour gagner la centième.

Alberto Contador, el Pistolero:

Il est le grand rival de Froome, et il est de retour pour gagner. Mais il dit n'être qu'à 90%, et s'il a fait un retour gagnant la vuelta l'année dernière, le tour de France est peu être un plus gros défi. Le double vainqueur du tour de France va surtout devoir remonter sa côte de popularité, en baisse en France depuis son contrôle positif au clenbutérol il y a près de trois ans maintenant.

Alejandro Valverde:

On cherche surtout le troisième homme sur ce tour, les deux premiers paraissant désigné. Pourtant, Valverde a toute ses chances de jouer le trouble-fête. Son équipe sera tout à son service, avec le colombien Nairo Quintana. L'espagnol devra faire attention la première semaine car, si on ne peut y gagner le tour, on peut le perdre.

Joaquim Rodriguez, Purito:

L'espagnol, grimpeur de poche (1m60 pour 58kg) s'est converti aux grands tours depuis ses deux podiums l'année dernière, sur le tour d'Italie et sur le tour d'Espagne où il fit respectivement deuxième et troisième. S'il est souvent un peu juste en troisième semaine, il est sûr qu'il anime les deux précédentes.

Jurgen Van den Broeck:

L'année dernière, il fait quatrième et cette année il devra confirmer. Pourra-t-il faire face au trois espagnols? Pourra-t-il résister aux montées toute calculée du leader de la Sky? Il lui faudra à lui aussi résister à la première semaine.

Cadel Evans et Tejay Van Garderen:

Si Evans dit être le leader de la BMC, la révélation du tour 2012 ne se laissera sûrement pas faire. Celui qui s'en sortira vainqueur lors de la première semaine aura probablement le dernier mot mais en attendant, on sait que le jeune américain nourrit de l'ambition pour ce Tour 2013.

Andy Schleck:

Le luxembourgeois brille plus par son absence que par ses résultats. Depuis le contrôle positif de son frère, il n'est plus que l'ombre de lui même. Redeviendra-t-il un jour le Andy qui perd son maillot jaune sur saut de chaine et que tout le monde plaint? Car s'il a finalement gagné le tour de France 2010, il n'a jamais paradé en jaune sur les Champs Élysées. Il reviendra peut-être un jour à son meilleur niveau, mais ce sera probablement plus pour 2014

Thibaut Pinot:

Si beaucoup voit en lui le successeur d'Hinault, ce ne sera peut être pas pour cette année car s'il a montré un très bon niveau sur le tour de France l'an dernier d'ici à la gagner, il n'y a pas qu'un pas! Le maillot blanc peut devenir un objectif pour le coureur de Mélisey.

Pierre Rolland:

La révélation du tour de France 2011 a confirmé l'année dernière en prenant la huitième place, sans oublier sa victoire d'étape. Cette année, la double montée de l'alpe d'huez, l'endroit qui la révélé au grand public doit le faire saliver.

Retour à l'accueil