L'équipe de France n'a rien montré durant ses deux rencontres en Uruguay et au Brésil. Inquiétant à un an du mondial. Bilan.

Dans un an et un jours, nous y serons. La coupe du monde 2014 débutera au Brésil avec en ouverture, le premier match de l'équipe nationale et la 20e édition sera lancée. Mais la France y participera t-elle ? Cette question, posée par bon nombre de français, est loin d'être fantaisiste. Car le niveau de jeu ou de motivation de l'équipe de France est à remettre en question. Et rapidement car il ne reste que quatre matchs avant la coupe du monde, dont trois échéances capitales pour une éventuelle qualification directe.


Deux systèmes, aucune conviction.
Mais avant de parler de qualification, il faudrait penser à gagner un match, ce que les Bleus n'ont pas fait depuis trois matchs. Et pour cela, il vaudrait mieux avoir un système de jeu en place. Comme contre l'Allemagne (défaite 1-2), Didier Deschamps a d'abord opté pour un 4-2-3-1 avec Olivier Giroud, seul en pointe. Le joueur d'Arsenal n'a pas eu une occasion à se mettre au contraire de Valbuena, Gourcuff ou Payet. Plutôt joueur aérien, l'attaquant français n'est pas fait pour ce système de jeu qui a donc plus mis en avant les milieux de terrain.
Contre le Brésil, l'ancien coach de Marseille a cette fois tenté le même dispositif que contre l'Espagne (défaite 0-1). Un 4-3-3 avec Guilavogui à la récupération et Benzema en pointe. Malgré un jeu légèrement plus fluide en contre, la France n'a pas inquité le Brésil. Le Madrilène, comme Giroud, n'a pas eu une occasion et n'a pas pesé sur le jeu. Système en cause ou méforme des joueurs ? L'avenir le dira.


Transparent, qui pour remplacer Benzema ?

"On sait que Karim Benzema était sur le terrain lorsque l'on apprend sa sortie" s'amuse un twittos. D'un autre côté, il faut reconnaître que le joueur du Réal Madrid n'a été, une fois de plus, que l'ombre de lui même. Même dans la capitale espagnole ! Auteur de 21 buts la saison passée, il n'a poussé le ballon au fond des filets qu'à 11 reprises cette saison avec presque le même nombre de matchs. Pourtant, le sélectionneur lui réitère sa confiance. Mais force est de constater que les résultats ne suivent pas. Karim Benzema a une fois de plus, déçu. Presque habituel. Jusqu'à la prochaine fois...

Toutefois, "DD" aurait pu faire appel à d'autres attaquants qui ont réalisé une bonne saison. André-Pierre Gignac, Kévin Gameiro ou encore Antoine Griezmann. Le premier a réalisé une saison pleine avec le club phocéen (13 buts), sa meilleure depuis l'exceptionnelle à Toulouse, il y a 4 ans. Rapide, finisseur et bon joueur de tête, il aurait pu apporter aux Bleus, avec son compatriote Valbuena, meilleur passeur de Ligue 1. Tout comme Kévin Gameiro, joker de luxe du PSG tout au long de la saison (8 buts). Buteur dans les moments cruciaux, car souvent remplaçant, il aurait apporté une bonne alternative à Benzema. Sur le côté, Antoine Griezmann aurait permis d'apporter de la nouveauté par rapport à Valbuena, étant plus buteur que le Marseillais. Peut-être contre la Belgique le 14 Aout prochain.

La défense, l'autre chantier

Au delà de l'attaque, reste un problème, un peu moins important, mais un problème tout de même : Quelle défense ? Depuis l'arrivée de Deschamps à la tête des bleus, il se dégage un duo incontestable Mamadou Sakho - Laurent Koscielny. Même s'il a été aligné à quatre reprise, ce duo est en balance avec celui composé du même Sakho, accompagné cette fois de Mapou Yanga-Mbiwa (aligné trois fois avec le parisiens).

Pourtant, c'est la paire Koscienly-Mangala qui a été alignée à Montévidéo. Duo à réessayer car le joueur de Porto n'a pas été mauvais mais son seul raté s'est transformé en but. Quant à Adil Rami, aligné avec Sakho au Brésil, s'il semble avoir plus d'expérience, celui-ci n'a pas l'air de rentrer dans les plans du sélectionneur car il n'a été aligné q'une seule fois (hors ce match), contre l'Allemagne (rentré à la 46e min.). Sur les côtés, si Bakary Sagna semble intouchable malgré les matchs corrects de Debuchy, le côté gauche semble promis à Patrice Evra car les performances de Benoit Trémoulinas et Jérémy Mathieu ont été très poussives. Ce dernier ayant permis au côté gauche brésilien de déborder facilement.

Bref, ces deux matchs en Amérique du Sud ont permis de défitivement voir que l'équipe de France est en chantier, à un an de la coupe du monde. Problèmes d'attaquants et de défenseurs, seuls les milieux semblent tenir la corde... En espérant que cela soit régler rapidement pour ne pas passer à la trappe du 20e mondial.

Tournée en Amérique du Sud, quel bilan ?
Retour à l'accueil