Cette deuxième étape a tout pour bien se dérouler, une température idéale, une étape de plaine sans difficulté : le parfait paradis d’un sprinteur qui rêverait de gagner cette après-midi.

 

Après 10 km, Koretzky, Ferrari, Gawronski, Quintero, Sano et Orken font partis de l’échappée du jour. L’échappée atteindra jusqu’à 4’47.

A 30km de l’arrivée, comme la veille, les équipes de sprinteurs attaque la poursuite des échappés. Alors Koretzky décide de partir seul mais en vain il est rattrapé par son groupe de compagnons qui quelques kilomètres plus tard sera englouti par le peloton.

Après quelques attaques à l’avant du peloton, les sprinteurs s’installent en tête.

Le sprint se prépare tranquillement dans le peloton jusqu’au dernier kilomètre où l’effroyable se passe. A l’avant du peloton, la Blanco mène le groupe vers la ligne d’arrivée quand, Mark Renshaw, le sprinteur de cette équipe tombe. Le coureur australien, qui a frotté avec Théo Bos, entraine presque tout le peloton excepté quelques chanceux qui se disputeront alors la victoire. Le leader, Marcel Kittel, est aussi pris dans la chute.

Pendant 100m, l’italien Marco Coledan mène mais se fait dépassé au dernier moment par Aidis Kruopis qui remporte donc cette étape. André Greipel complète le podium et s’empare du maillot de leader.

 

Classement général :

  1. André Greipel (Lotto Belisol)
  2. Marcel Kittel (Argos-Shimano)
  3. Aidis Kruopis (Orica-GreenEdge)
Tour de Turquie: Le malheur des uns fait le bonheur de Kruopis.
Retour à l'accueil