Toulon coule le Racing

Une affiche sompteueuse dès la 2ème journée, une pléiade de stars de chaque côté, un temps paraît pour jouer au rugby, tout était réuni pour assister à un gros match entre l’armada Toulonnaise et la flotte du Racing Métro 92.

La bataille commençait un peu en retard à cause de problèmes techniques sur la flotte arbitrale mais très vite le jeu reprit ses droits. Les Toulonnais lançaient le premier assaut à la 8ème minute jeu, sur une pénalité vite jouée par le n°8 Chris Masoe. Tillous-Borde servait Wilkinson côté fermé qui passait le ballon main-main pour Mermoz relayé par Giteau puis par Smith qui allait aplatir le premier essai des rouges et noirs de l’armada varois Un essai transformé par le vaisseau-amiral Jonny Wilkinson. La flotte à marinière ciel et blanche n’allait pas tarder à réagir, alors que sur un ballon en possession de Toulon, le Racing-Métro réussissait à récupérer le ballon et Planté fixait le dernier défenseur toulonnais pour servir Matadigo. Une action où le capitaine de bord Romain Poite fit appel à l’aide et dégaina la bouée de sauvetage à l’arbitre vidéo pour juger si la passe de Planté à Matadigo était en-avant : un geste difficile à juger avec les nouvelles règles car si la passe semblait être en-avant le geste des mains de Planté paraissait être vers l’arrière et donc l’essai aurait du être accepté mais Vincent Azoulay derrière son écran refusa un essai qui fit clignoter Laurent Labit, l’entraîneur du Racing Métro 92. Le capitaine de bord qui refusa quelques mêlées aussi pour des introductions en deuxième ligne des deux côtés par Tillous-Borde côté Toulonnais et Descons côté Francilien. Pendant cette période c’était encore le capitaine Poite qui allait sortir le pavillon jaune contre le toulonnais Virgile Bruni, à a 25ème minute de jeu, pour un plaquage délibéré en position de hors-jeu. Alors que les vaisseaux s’apprêtaient à rentrer au port après 40 minutes de jeu très disputées, le cuirassé n°8 Matadigo du Racing Métro 92 commettait une faute, bête, en plongeant sur le ballon dans les mains du croiseur Tillous-Borde de la flotte toulonnaise. Une opportunité donné au vaisseau-amiral Wilkinson pour transformer d’un coup de canon les treizièmes points toulonnais. Un score serré à la mi-temps de 13-6 laissait entrevoir peut-être une deuxième mi-temps du même genre mais avec du jeu et de l’engagement de la part des deux équipes. La deuxième vague de la bataille débutait comme la première avec un essai de l’armada toulonnaise inscrit par Tillous-Borde. Mais au départ de l’action une percée de la frégate Mermoz repris à quelques mètres de la ligne, après une série de pick and go qui amena le ballon sous les perches et à 1m de la ligne le croiseur Tillous-Borde décida de partir au ras du ruck pour le deuxième essai de la flotte varoise. Le temps de recharger les canons, la flotte toulonnaise repartit à l’abordage de la ligne d’en-but de la Racing Marine. Cette fois c’est une percée de Bruni, qui avait connu pavillon jaune en première mi-temps, qui transperça la première ligne de cuirassés avant de passer le ballon à Masoe qui se heurta au rideau sur la ligne d’en-but des ciel et blancs. Tillous-Borde extirpa le ballon du ruck pour le donner à hauteur à son cuirassé Jocelino Suta qui, lancé comme une torpille, inscrivit l’essai du bonus. Un essai qui sera validé après arbitrage vidéo et qui fit fustiger Laurent Labit. Si entre-temps, la flotte francilienne avait marqué quelques points grâce à son vaisseau irlandais du nom de Jonathan Sexton, le score était tout de même de 27 à 9 et l’armada toulonnaise allait encore plus torpiller la flotte du Racing même si une occasion d’essai s’offrait au Racing que Planté en possession du ballon ne pu concrétiser dans l’en-but en ne pouvant aplatir. Quelques minutes plus tard, l’armada de Mayol re-sonnait la charge : sa régate anglaise Delon Armitage servait sur la touche David Smith qui fixait l’ancien toulonnais Lapeyre pour servir Matt Giteau, l’australien alla planter un quatrième essai une nouvelle fois transformé par le vaisseau-amiral Wilkinson. Et cinq minutes plus tard alors que la flotte du Racing était en possession du ballon dan le camp Toulonnais, la frégate à grande vitesse David Smith intercepta une passe et mis le cap ver les poteaux du Racing-Métro pour le cinquième et dernière essai torpillé du RC Toulon en signant au passage un doublé. Avec la transformation de Wilkinson le score s’élevait à 41-9. Un sursaut d’orgueil de la flotte francilienne vint en fin de match après que le capitaine de bord Romain Poite eu sorti un pavillon jaune sur Matthieu Bastareaud et deux cartons rouges à Karim Ghezal et à Martin Castrogiovani pour échanges de coups de canons. Un essai marqué après que la sirène eut retentit, marqué par Lacombe pour porter le score final à 41-14.

Tout le monde rentra au port du côté Toulonnais tandis que le Racing Métro, battu en retraite, mis le cap vers le nord en perdant de précieux points face à un concurrent direct pour les phases finales qui ne se priva pas de prendre 5 points.

Retour à l'accueil