T.Bordas: "La magie du métier"

Thierry Bordas, photographe de la 37ème édition de la Route du Sud pour la Dép^che du Midi, a répondu à nos questions.

Aubin Lipke : Depuis quand êtes-vous en activité ?

Thierry Bordas : « J’ai commencé il y a 25 ans et ça fait 23 ans que je suis à la Dépêche du Midi. »

A.L: Avez-vous fait des études spécialisées?

T.B: « Je n’ai pas fait des études de photo mais des études d’informatique. Après je suis tombé dans la photo par envie tout simplement. »

A.L: Vous avez été reporter de guerre, comment peut-on passer de reporter de guerre à photographe de cyclisme sur la Route du Sud ?

T.B: « C’est ça l’intérêt du métier de journaliste, on passe d’une chose à l’autre, on découvre plein de choses, aussi bien dramatiques que heureuses ou extraordinaires. Cela fait parti du travail de tous les jours. Un jour on passe du théâtre de guerre, le lendemain sur une course cycliste, le lendemain sur un concert de Johnny Hallyday. C’est la magie du métier. »

A.L: Comment est venue l’envie de faire de la photo?

T.B : « Je m’en ennuyais dans l’informatique pour les raisons de monotonie contraires aux précédentes et c’est dont pour cela que je me suis tourné vers la photo et le journalisme. »

A.L : Quel est l’événement qui vous a le plus marqué ?

T.B : « Les guerres bien sûr, on voit des choses dont on n’a pas l’habitude, il y a aussi l’explosion d’AZF mais il y a quand même toutes les rencontres que j’ai pu faire qui sont souvent impressionnantes. »

A.L : Au niveau de la Route du Sud, depuis combien de temps la suivez-vous ?

T.B : « J’ai fait 21 Tour de France et c’est ma quatorzième Route du Sud. Cela fait aussi 14 ans que je travaille avec mon pilote moto : Michel Cellone. »

Photo: à droite, Thierry Bordas, et à gauche, son pilote, Michel Cellone.

Retour à l'accueil