Si près, si loin...

Tournée d'été, chapitre 1 : La France défiait pour la première fois la Nouvelle-Zélande à l'Eden Park d'Auckland. Malgré une belle résistance, le réalisme des Blacks a fait la différence.

Ils étaient attendus à l'Eden Park, 19 mois plus tard. 19 mois après cette défaite 8-7 en finale de la coupe du monde 2011 contre ces mêmes All Blacks. Mêmes adversaires, certes, mais pas la même équipe de France. D'abord, le staff : Saint-André, Lagisquet et Bru ont pris la place de Liévrement, N'Tamack et Retière dans la cabine du stade d'Auckland. Sur le terrain, place aux jeunes et à ceux qui n'avaient pas pris place lors de cette rencontre du 23 octobre 2011. Baptême du feu donc pour Lopez, Planté, Kotze et Flanquart.

Des bleus hétérogènes

Emmenés par un Florian Fritz et un Adrien Planté du feu de dieu, l'équipe de France entame parfaitement son match avec une percée plein champ du centre Toulousain, retrouvant son compère Fofana à l'intérieur pour faire douter les Blacks (10e, 0-7). C'est encore lui qui mettra la pression sur Israël Dagg avec un bon coup de pied (26e) et qui servira sur un plateau Louis Picamoles devant l'en-but avant que ce dernier ne tombe le ballon devant la ligne (63e). Ce fut la conséquence d'une deuxième percée de presque 40m de l'ailier Perpignanais Adrien Planté, après une première non aboutie un peu plus tôt (35e).

A contrario, les français ont souffert en conquête avec pour cible Dimitri Szarzewski. Force est de constater que le talonneur du Racing Métro 92 n'a pas tenu son rôle : mauvais lancers en touche, pas de tenue en mêlée, reculs à l'impact...bref, la copie n'était pas brillante pour celui qui fait partie des plus expérimentés de cette équipe. Une copie en dent de scie à l'image du paquet d'avant, très indiscipliné en mêlée mais performant dans les rucks avec beaucoup de turn-overs.

Le (manque de) réalisme des Blacks et de Cruden

Mais le demi de mêlée de l'équipe de France, Maxime Machenaud, n'a pas su exploiter les ballons. Avec des sorties de balles trop lentes, Camille Lopez n'a pas pu exploiter de bons ballons, ni mêmes les centres, se contentant de défier Ma'a Nonu ou Conrad Smith dans leurs propres 30m. A force de jouer avec le feu, les Bleus ont fini par se brûler. Sur une chandelle trop courte du nouvel ouvreur de l'USAP, Ben Smith déchire complètement le rideau défensif et sert à l'intérieur son demi de mêlée Aaron Smith (34e, 10-7). Sur le même modèle et quasiment dans la foulée, c'est Ma'a Nonu qui prend la défense de vitesse pour trouver son demi de mêlée avant qu'il ne transmette le ballon sur un plateau à Sam Cane, le troisième ligne des All Blacks (38e, 17-10). Cruden se chargera de clôturer le score avec deux pénalités. Toutefois, le score aurait pu être plus lourd car le demi d'ouverture a raté trois pénalités. La France n'est pas passée loin d'une victoire en Nouvelle-Zélande avec ses jeunes. Porteur d'espoir pour la suite...

Chapitre 2 : Mardi, 9h contre les Auckland Blues.

Retour à l'accueil