Sébastien Castella, rendez-vous manqué

Sébastien Castella affrontait pour la première fois, seul, six taureaux dans les arènes de Béziers. Attendu avec impatience, ce grand rendez-vous tauromachique a failli tourner au fiasco complet.

Ce devait être un rendez-vous avec l'Histoire de la tauromachie et celle des arènes de Béziers. Le premier seul contre six de l'enfant du pays, Sébastien Castella, dans ses arènes. Depuis de longues semaines, l'Aficion Biterroise attendait ce rendez-vous qui devait être l'Evènement de cette Féria 2013. Malheureusement pour lui, le Biterrois n'a pas tiré du bon bétail.

Seul le Margé...

Pour sa corrida, Castella avait choisit de toréer des bêtes de six ganaderias différentes : Jandilla, Nuñez del Cuvillo, Margé, Zalduendo, Alcurrucen et Domingo Hernandez. Sur le papier, il y avait de quoi saliver avec ses taureaux, allant de 520 à 550 kg. Mais il n'en fut rien. Entre manque de puissance et quelques problèmes de pattes, le Maestro a eu du mal à tirer quelque chose des bêtes.

D'abord, le Jandilla fût rapidement faible et le torero, malgré quelques belles passes contre la Talenquere, n'en tirera rien. L'estocade finale, assez lente, ne lui valut qu'un salut. Pour le Cuvillo, les problèmes à l'arrière du taureau ne facilitèrent pas la tâche de Castella mais ses passes poitrines enchanterons le public qui, malgré une estocade terminée au descabeillo, lui offrira une oreille. Se présente ensuite le Margé, qui à l'issue de la corrida aura été le meilleur tirage. Une fois le tercio de banderilles fait, le Biterrois décida de brinder le taureau à l'école Taurine de Béziers et offrit une belle faena malgré une baisse de régime de la bête. Malheureusement, une mise à mort en trois fois et un avis, lui fit perdre deux trophées. Idem face au Zalduendo où il perdit certainement un trophée à cause d'une estocade en quatre temps (!) après quelques belles passes à la Cape et non à la Muleta. Il reçut tout de même sa première ovation de la soirée. L'Alcurrucen sera la pire bête de ce solo : refusant le combat, le matador n'a pu rien en tirer. Et pourtant, il réalisa une belle estocade... Enfin, se présentait le Domingo Hernandez en clôture de cette corrida. Pour ce dernier taureau, dédié au public Biterrois, Castella propose des séries de passes correctes, sans enflammer l'arène. Cette dernière demandera une oreille...et sifflera la présidence pour en avoir donné une deuxième relativement généreuse.

José Tomas, la légende !

Avec ce premier solo, Sébastien Castella a pu mesurer la difficulté d'un tel exercice que seul José Tomas avait pleinement réussi l'année dernière dans les Arènes de Nîmes : 11 oreilles, 1 queue et un taureau gracié ! Ce qui fait de lui une légende de la tauromachie.

Mais ce fut tout de même un bel hommage à son public, l'année de ses 30 ans et 13 ans presque jour pour jour après son alternative dans ces mêmes arènes. Même si l'enfant du pays l'espérait mieux, la fête sur le sable Biterrois n'a pas été totale,Du moins, pas dans la arènes, car dans les rues de la ville...elle est bien là !

Retour à l'accueil