Rétro du Paris-Roubaix : Spartacus a encore frappé !

Sur les pavés, dans l'Enfer du Nord, Fabian Cancellara a encore frappé. Opposé durant les derniers kilomètres à Sep Vanmarcke, cet ogre a avalé les derniers mètres, devançant le jeune belge après un rallye de 254 kilomètres sur la reine des classiques.

 

 

Après le Tour des Flandres, Fabian Cancellara rafle le Paris-Roubaix, garnissant ainsi un palmarès déjà bien gourmand. Attaquant à hauteur de Mons-en-Pévèle, à 50 km de l'arrivée, le gladiateur suisse démarra un long écrémage, faisant de nombreuses victimes. Seuls 13 courageux survivants étaient répertoriés après ce coup de force. Suivant péniblement le terrible Cancellara qui pédalait à plus de 44km/h, les Ladagnous, Chavanel ou encore Stuart O'grady ont subi le sort, jouant en leur défaveur. Entre spectateurs trop euphoriques, crevaisons et chutes collectives, les adversaires de ce surhomme ont essuyé de nombreux coups assassins. Ceux-ci les ont irrémédiablement éloignés de la victoire. Seul le jeune Vanmarcke a tenu et a fait trembler le suisse qui reconnaissait lui-même à la fin de la course avoir beaucoup douté face à cet adversaire qu'il ne connaissait pas. L'audacieux belge disait « J'y ai cru ». Cependant, le résultat est là. L'impressionnant triple vainqueur du Paris-Roubaix a encore gagné. « Je ne sais pas comment j'ai fait » disait l'invincible après sa victoire dont il ne voyait qu'un mirage, qui n'était que poussière dans le Nord de la France. Il a construit son succès, et le résultat est à la clé.

 

Coup Double

 

S'il n'avait obtenu que le prestige qu'offre cette classique...

L'explosif coureur de la Radishack, a fait coup double. Il a, d'une pierre deux coups, remporté l'une des plus prestigieuses courses du circuit mondial ( le Paris-Roubaix), mais également repris la tête de la Coupe du Monde, devant Peter Sagan, qui comptait parmi les grands absents de ce meeting nordiste. C'est après tant d'émotions qu'un vainqueur accompli comme « Spartacus le grand », dit « Je veux seulement me reposer ». Ayant puisé dans ses réserves comme tous les autres participants de la course, ce repos est bien mérité. Bonne chance à eux ! En attendant de nouvelles péripéties, seule l'excitation de cet opus 2013 tourne en boucle dans nos têtes.

 

 

 

Retour à l'accueil