* Haine

Tout au long de ce Tour de France, je vous propose, à travers un billet, un regard décalé sur l'étape du jour. Aujourd'hui, parlons football en ce deuxième jour avec les rivalités entre Bastia et Ajaccio.

 

Dès la sortie du parcours de ce tour de France 2013, elle m'a sauté aux yeux cette étape. Bastia-Ajaccio, ce n'est pas du cyclisme, c'est du foot ! Et rien que du foot ! Mais ça, on le voit dans deux stades seulement : Armand Césari, ou Furiani et François Coty. Fort heureusement pour eux, les coureurs de cette 100e édition verront un peu plus de pays durant ces 156kms.

Les supporteurs, eux, n'ont "que" 137kms a faire pour venir voir, chanter, supporter leur équipe, colorer la tribune adverse et conspuer l'adversaire. Ce match est marqué en gros sur tous les calendriers des fans du SCB et de l'ACA depuis la sortie officielle de la date de cette rencontre. La saison prochaine, l'aller se fera en corse du sud, le 4 décembre, et le retour à Furiani, le 20 avril. Mais pourquoi tant d'engouement et tant de débordements autour de cette rencontre ?

 

Ajaccio fait faillite.

Petit point historique tout d'abord, car c'est là que les choses débutent. Là ? Je veux parler de l'année 1811, "évidemment". Entre guillemets car c'est LA date clé de la rivalité entre les deux villes corses mais peu de personnes le savent. Ce qu'il s'est passé au juste, c'est que Napoléon a fait devenir Ajaccio la capitale de l'île en cette année là alors que jusqu’auparavant, c'était Bastia. Ajaccio s'est donc crée grâce aux fortunes de la ville de Haute-Corse.

Au départ, c'était entre le Gazélec d'Ajaccio et le Sporting Club Bastia. Saison 63-64. Match nul puis victoire du Gazélec, les premiers derbys sont de sortie. Mais sans plus. Dès 1965, l'ACA connait ses premiers matchs chauds contre Bastia et prend notamment un mémorable 6-0 au match retour à Furiani. C'était en Ligue 2 à l'époque. Les sudistes prendront leur revanche en 1970 avec un 6-1 infligé à leur adversaire. Mais les derbys corse vont connaitre une longue période d’essoufflement dès 1973 avec la descente en deuxième division de l'ACA. Et l'on ne risquait pas de revoir un derby de si tôt, le club ajaccien faisant faillite en 1975 et étant relégué en division d'honneur. S'en suit alors une lente et longue remontée vers la Ligue 2 qui aboutira en 1998, puis l’accession en Ligue 1 à la fin de la saison 2001-2002.

 

C'est à partir de là que les derbys reprennent. Ajaccio se paye le luxe de s'imposer chez son rival, 2-1, pour le premier affrontement depuis 1972-1973. Ce fut un coup de tonnerre en Haute-Corse. Alors que Bastia était devenu LE club corse avec sa légitimité historique, les amateurs ajacciens s'imposaient. Les derbys, les tensions, etc repartaient de plus belle. la crainte de voir l'ACA devenenir plus populaire que le SCB se fait sentir, notamment en tribunes où de nombreux débordements ont lieu à chaque matchs. Cette saison n'a pas échappé à la règle. Lors du match aller dans le Sud, Johan Cavalli et Gaël Angoula avaient lancé les hostilitées sur le terrain ( deux cartons rouges) avec que les supporteurs ne prennent le relais, avec entre autres fumigènes et pétards. Lors du match retour; joueurs et supporteurs se sont rendus la pareille. Rothen déclenchant une bagarre avec Thauvin contre Oliech et André pour un gros tacle d'Oliech ayant entraîné carton rouge. Au final, tout le monde dehors. Les derbys corses seront certainement aussi alléchant l'année prochaine. Mais en attendant, j'espère bien entendu que ce ne sera pas aussi tendu dans le peloton. Ou alors, seulement dans le sprint final pour la victoire. Le sportif, c'est le plus important.

Incidents entre supporteurs lors du derby entre Ajaccio et Bastia

Retour à l'accueil