A bientôt 29 ans, le danois Matti Breschel collectionne les places d’honneur dans les championnats du monde mais aussi dans les sprints et les classiques Flandriennes mais court toujours après de nouvelles victoires qui le rendrait plus connu dans les pelotons.

2013, Année du retour aux sources pour Matti Breschel, qui retrouve Bjarne Riis, son mentor des plus belles années, il dispute toutes les classiques Flandrienne en tant que leader et intègre le top vingt dans la plupart. Le coureur de la formation Saxo Tinkoff pas très à l’aise en Montagne est contraint d’abandonner lors du Giro, toujours quelque peu en difficulté avec un genou toujours récalcitrant, mais réalise un Tour de Suisse particulièrement admirable. Horizon suivant, le Tour de France qu’il n’a disputé qu’une seule et une fois en 2010.A la surprise générale, Daniele Benatti lui a été préféré pour faire partie de l’avant-garde d’Alberto Contador, dans la Team Saxo-Tinkoff ou ne figure, pour la première fois, aucun danois. Tant pis, le Danois passe au dessus de la déception et dispute les Championnat du Danemark ou il finit 4ème derrière son coéquipier Michael Morkov. C’est ensuite remonté à bloc qu’il emprunte les routes du Tour du Danemark. Matti Breschel n’avait pas remis les pieds sur les routes de la « Post Danmark Rundt » depuis 2010, où il avait remporté la troisième étape et porté le maillot de Leader durant deux étapes, avant de se le faire chiper par sont compatriote, coéquipier et néanmoins ami Jakob Fuglsang à la suite du contre la montre. Relégué à la 5ème place, comme à chaque édition, Matti Breschel était reparti avec un énorme goût d’inachevé et avait promis de montré de quoi il était capable en 2011. Mais Changement d’équipe, relative compétition entre Lars Boom et lui à la Rabobank et blessures à répétition obligent le Danois à mettre entre parenthèse son envie de revanche sur le Tour du Danemark. En 2013 Matti Breschel l’avait annoncé avec beaucoup de réalisme avant le début du Tour du Danemark, il ne visait plus la victoire finale, seulement une victoire d’étape, lacunes dans le Contre la Montre oblige.

Et il n’a pas fallu bien longtemps pour que l’objectif soit acquis, après une première étape très difficile où tous les Saxos sont relégués loin au général, Matti Breschel redonnera le sourire à son équipe en levant les bras une première fois en remportant le seconde étape au sprint en offrant la seconde place à son jeune coéquipier et poisson-pilote, Marko Kump. Et un fois n’est pas coutume, le Danois s’impose encore une fois le lendemain sur la troisième étape, l’étape reine de ce Tour du Danemark en s’emparant en même temps de la tête de la course et du record de victoire sur la « Post Danmark Rundt ». Inattendu mais tellement rêvé. Pourtant Matti Breschel garde la tête sur les épaules, avec 4 secondes d’avance sur Lars Bak avant le Contre la Montre la victoire est impossible. Après un contre la montre héroïque et certainement le meilleur de sa carrière, le médaillé d’argent de 2010 réussi à accroché le podium avec un troisième place à seulement 16 secondes de Wilco Keldermann le nouveau leader. « Bien sur que je suis heureux, En premier, je me suis montré à moi-même que je pouvais encore gagner. Cependant ça ne veut pas dire que je ne suis plus aussi affamé, il reste encore un longue liste de course que je veux gagner cet automne et cette performance sur le Tour du Danemark m’a donné de la confiance et cela va m’aide dans les courses qui vont venir » confiait-il sur le site de son équipe.

Mais plus que cette troisième place, Matti Breschel a impressionné par ces sprints, dans les lesquels il a tenu la dragée haute à des Tyler Farrar, Bryan Coquard ou encore Mark Cavendish. Cette année très peu de gens on réussi à battre « le Cav’ ». Grâce à ce Tour du Danemark Matti Breschel entre dans une autre dimension, qui lui laisse entrevoir un très bel avenir sur les Flandriennes et pourquoi pas, une victoire prochaine dans un sprint massif pendant le prochain Tour de France …

Matti Breschel, une sprint vers le renouveau.
Retour à l'accueil