„4-0 gegen die beste Mannschaft der Welt … das ist wie ein Traum hier“ Oui Monsieur Karl-Heinz Rummenigge, un rêve que les Bavarois ont réalisé..

Messi, Pique et le FC Barcelone n'avaient aucune crainte à se faire mais c'était sans compter sur le Bayern Munich. Désormais, le Barça n'a qu'à bien se tenir car le match retour va être corsé...
Mardi soir, à l'Allianz-Arena (Munich), les Bavarois ont donné « une fessé » aux Barcelonais. Dur à croire quand on sait que le Barça n'avait pas perdu 4-0 depuis 1997. Jupp Heynckes et ses hommes ont réalisé un festival hier, mieux encore que la Oktoberfest (fête de la bière à Munich).
Lors des 90 minutes, trois hommes ont su trouver les filets adverses, Thomas Müller, Arjen Robben et Mario Gomez.
Lionel Messi n'était sûrement pas dans un bon jour car complètement fantômatique, ses coéquipiers ont dû faire sans et contre le mur bavarois, Bartra ou autres ont trouvé plus forts. En quittant l'Allianz-Arena, l'argentin ira même jusqu'à dire « ils nous ont dominés sur tous les plans. Sur le terrain, ils ont été supérieurs. », preuve que la déception était présente dans la tête des Espagnols mais pas que, sur leur visage également.

Résumé du match.

Marqué par sa défaite en finale la saison passée dans son stade, le Bayern Munich avait à cœur de bien faire. Avec ou sans Messi. Car si le Barça a entretenu le suspense, les Bavarois s’attendaient à voir l’Argentin fouler leur pelouse. Décrits comme un rouleau compresseur, les Rouge-et-Blanc ont entamé la rencontre pied au plancher.
Impérial dans les airs, Dante s’élève et réalise un une-deux de la tête avec Müller et permet à l’Allemand d’ouvrir le score (1-0, 25e). Un avantage mérité pour Munich.
Déjà très motivés par l’enjeu de la rencontre, les Bavarois sont alors impressionnants et auraient même pu bénéficier d’un penalty sur une main de Sanchez. Car si devant Müller et Gomez sont omniprésents, derrière, le Bayern peut compter sur des guerriers tels que Martinez et Dante pour museler les attaquants catalans. Sans oublier un Ribéry provocateur en attaque, mais également auteur d’un remarquable repli défensif face à Alves. Résultat : les vice-champions d’Europe en titre bouclent une première période de grande qualité tandis que le Barça rentre aux vestiaires la tête basse.
De retour dans le match, Munich ne se fait pas prier pour appuyer là où ça fait mal. Écopant d'un corner, les Munichois s’imposent encore une fois de la tête et c’est Müller qui sert cette fois-ci Gomez pour le second but de la rencontre (2-0, 49e). C'est l'euphorie à l'Allianz-Arena, les supporteurs chantent à tue tête l'hymne du club (Stern des Südens - l'étoile du sud). Sur une accélération de Ribéry, Robben s’en va battre Valdés après un déboulé sur le flanc droit pour le troisième but du match (3-0, 73e). Rarement humilié de la sorte pour sa sixième demi-finale de UEFA consécutive, le Barça ne s’attendait cependant pas à pareil châtiment lorsque Müller, encore lui, est venu planter la quatrième banderille sur un centre d’Alaba (4-0, 82e).
Avec une leçon de football incontestable et des joueurs omniprésents, ce Bayern-là confirme qu’il est injouable.

Peut-être a-t-on alors assisté là à une passation de pouvoir ? Qui pourrait empêcher ce rouleau compresseur d’être sacré à Wembley ? Ayant déjà posé un talon dans cette finale, les bavarois sauf revirement de situation devraient affronter soit Dortmund soit le Real Madrid. 9A sera la surprise du chef...

Réactions :

  • Ribéry : « On a jamais rien lâché, on est heureux. Je pense que le résultat est mérité. »
  • Lahm : « Ce fut une soirée magnifique grâce à notre performance de ce soir. Tout le monde est resté très concentré sur le terrain pendant 90 minutes, cela explique notre large victoire de ce soir. »
  • Müller : « 4-0, c'est un score que personne n'aurait pu prévoir. C'est juste énorme ! »

Les Fantásticos croqués par le FC Hollywood. Les Fantásticos croqués par le FC Hollywood.
Les Fantásticos croqués par le FC Hollywood. Les Fantásticos croqués par le FC Hollywood.
Retour à l'accueil