Kwiatkowski, fleur du cyclisme polonais

Michal Kwiatkowski, 23 ans, champion de Pologne de l’épreuve en ligne, relance un cyclisme polonais en perdition. “Kwiat” signifie “fleur” en polonais, Michal est l’image d’une fleur, un cycliste qui chaque jour grandit et s’améliore, en s’étoffant comme une fleur peut le faire avec ses pétales. Chez Omega Pharma-Quick¤Step depuis 2012, l’année 2013 s’annonce comme un tremplin dans sa jeune carrière. Né en 1990, de la même année que le meilleur jeune du Tour de France, Nairo Quintana (MOV), le jeune polonais est promis à un bel avenir.

Un coureur complet

Finissant 136ème du Giro en 2012, il a participé pour la première fois au Tour de France cette année. Un résultat très honorable sur le Tour puisqu’il a porté à plusieurs reprises le maillot blanc de meilleur jeune, à partir de la 22ème étape jusqu’au pied des Pyrénées puis du Mont-Saint-Michel jusqu’au pied du Mont Ventoux où Nairo Quintana l’endossera jusqu’aux Champs-Elysées. Malgré cette perte du maillot blanc dans la montagne, le jeune polonais de 23 ans a montré qu’il pouvait résister et accrocher le peloton lorsque la route s’élevait, sans pour autant rivaliser avec Nairo Quintana. Doué en montagne, il l’est encore plus dans l’effort solitaire où, sur le contre-la-montre du Mont-Saint-Michel, a réussi à terminer 5ème de l’étape à 1’31” de son coéquipier et champion du Monde du contre-la-montre, l’allemand Tony Martin.

Une arrivée tremplin chez OPQS

Arrivé en 2012 chez OPQS, comme son compatriote Michal Golas, qui est originaire de la même ville que lui, Torun, Kwiatkowski a remporté une victoire la saison passée, sur le prologue des Trois Jours de la Flande Occidentale et a terminé 2ème du classement général du Tour de Pologne. Mais le polonais, champion du monde du contre-la-montre juniors en 2008, s’est révélé cette année avec une victoire d’étape sur Tirreno-Adriatico et des bons résultats sur l’Amstel Gold Race (4ème) et sur la Flèche Wallone (5ème)

Un Tour 2013 prometteur

Engagé sur le 100ème Tour de France dans le Train OPQS pour emmener Mark Cavendish sur les sprints, Michal Kwiatkowski s’est vite retrouvé comme leader de la formation belge pour le classement général. Très doué en montagne, dans l’effort solitaire, il l’est aussi sur les sprints, et cela lui a permis notamment de terminer à des places d’honneur sur ce centième Tour de France: il finira troisième de l’étape arrivant à Ajaccio ainsi que de celle arrivant à Bagnères-de-Bigorre, ce qui confirme un talent dans la montagne puisqu’il “avait fait la descente”, comme on dit dans le milieu du cyclisme, de la Hourquette d’Ancizan pour revenir sur le groupe de poursuivants et terminer en tête de ce groupe pour arracher la troisième place de l’étape. C’est donc un baroudeur-rouleur, car c’est un sprinteur qui passe bien les difficultés et avant cette arrivée à Bagnères-de-Bigorre, il avait, deux jours plutôt, accroché la 4ème place du sprint à Albi derrière le vainqueur Peter Sagan. Des places d’honneur qui lui valent un première participation au Tour de France très honorable puisque sa meilleur place au classement génréal fut 4ème pendant 3 étapes avant de finir 11ème du classement général sur les Champs-Elysées, coureur le mieux placé au général de l’équipe Omega Pharma-Quick¤Step. Tour encore plus honorable puisqu’il porta pendant 10 jours le maillot blanc du meilleur jeune mais il va porter durant une année, le maillot de champion de Pologne acquit en juin.

Michal Kwiatkowski est l’avenir du cyclisme polonais tout comme la formation CCC Polsat Polokowice qui évolue en Continental Pro et dont plus de la moitié de son effectif a la nationalité polonaise.

Kwiatkowski était encore en blanc lors de l'arrivée à Albi. (Photo: Aubin Lipke)

Kwiatkowski était encore en blanc lors de l'arrivée à Albi. (Photo: Aubin Lipke)

Retour à l'accueil