Hansen,le numéro !

La course :

Adam Hansen ne l'a pas volé. Fuyard du jour, à l’instar d’Emanuele Sella (Androni-Giocatolli), Ioannis Tamouridis Euskaltel_Euskadi), Maarten Tjallingii (Blanco) Dominique Rollin (FDJ) Pim ightart (Vacansoleil), le coureur de la Lotto-Belisol est le seul à avoir eu les jambes pour emmener l'échappée au bout de cette 7e étape, après 177 km entre Marina di San Salvo et Pescara. Livré à lui-même à 20 km de l’arrivée, sous une pluie battante, l’Australien s’est imposé en solitaire. Bradley Wiggins (Sky), en perdition après sa chute, a concédé 1'10" sur Vincenzo Nibali (Astana) dans leur duel à distance. Au classement général, Beñat Intxausti (Movistar) s’empare du maillot rose.

On s’attendait à une étape casse-pattes. Ce devait être un tracé favorable aux baroudeurs ou puncheurs, avec au menu quatre grand prix de la montagne (GPM) dans les cinquante derniers kilomètres, dont des passages supérieurs à 14%. On n'aura pas été déçu ce jeudi... Il n’a ainsi fallu qu’une petite trentaine de kilomètres pour voir six protagonistes prendre la poudre d'escampette. Parmi eux, Emanuele Sella (Androni-Giocatolli), Ioannis Tamouridis (Euskaltel-Euskadi), Maarten Tjallingii (Blanco), Dominique Rollin (FDJ), Pim Lightart (Vacansoleil) et un certain... Adam Hansen (Lotto-Belisol). Conscients de la rapidité du pack, malgré un écart porté à 6'30", les échappés ont alors commencé à céder sous l'impulsion des Vini-Fantani, grands animateurs au sein du peloton.

Nibali lâche Wiggins

A l’approche du km 33, Hansen et Sella se sont dégagés sur les rampes montant vers Chieti, avant que l'Australien ne distance son compagnon dans l'avant-dernière difficulté. Longtemps prudent, le peloton a multiplié de son côté les démarrages à moins de 10 kilomètres de l'arrivée. Nibali, parti en trombe dans la descente, a glissé sur une vingtaine de mètres mais a pu repartir apparemment sans dommage. Wiggins (Sky), à nouveau lâché par le groupe de favoris, a par la suite chuté dans la descente vers Pescara. Abattu, le Britannique a rallié avec peu d'envie la ligne d'arrivée, concédant au passage 1'10" au coureur d'Astana.

Hansen, qui fêtera samedi son 32e anniversaire, a enlevé pour la première fois depuis ses débuts professionnels en 2007 une étape d'un grand tour. Au classement général, Beñat Intxausti (Movistar) compte cinq secondes d'avance sur Nibali et huit sur le vainqueur du Giro 2012, Ryder Hesjedal. Wiggins, lui devra, absolument, réaliser un gros coup lors du contre-la-montre de samedi. Autant dire qu'il a du pain sur la planche...

Les réactions :

Adam Hansen (Lotto-Belisol, vainqueur de l'étape) : «C'était très dur mais j'ai éprouvé une émotion incroyable en franchissant la ligne. Je n'aurais jamais pensé vivre une pareille journée. Avec les autres coureurs de Lotto, nous essayons de partir dans les échappées, d'être actifs. C'était le bon choix. Je remporte la plus belle victoire de ma carrière et je m'offre avec vingt-quatre heures d'avance un magnifique cadeau d'anniversaire »

Vincezo Nibali (Astana) :Pour moi, c'est le verre à moitié plein et à moitié vide... Je tombe deux fois. La première chute était spectaculaire mais je ne me suis pas fait mal. La seconde, c'est quand je suis revenu dans le groupe, avec Di Luca. Je ne suis pas très content mais ce sont des choses qui arrivent. C'est le Giro... Le favori reste Wiggins. Dans cette étape, j'ai vu aussi Scarponi, un Evans très combatif dans le final, Hesjedal aussi. C'est bien. Le contre-la-montre sera très important. L'écart (qu'il faudra) par rapport à Wiggins ? je ne sais pas, le moins possible.»

Benat Intxausti (Movistar, maillot rose) : (ESP/Movistar, maillot rose) : «Ça a été une journée vraiment dure. Le mauvais temps a rendu les routes dangereuses, il y a eu beaucoup de chutes, mais heureusement sans conséquences d'après ce que j'ai vu. Après le contre-la-montre par équipes, nous avions ce maillot pour objectif. Nous l'avons atteint et j'en suis heureux. C'est un honneur, une récompense aussi, que je dois partager avec mes coéquipiers. Je vais essayer de le défendre mais ce ne sera pas simple contre les spécialistes du contre-la-montre.»

Hansen,le numéro !
Retour à l'accueil