Gautier Larsonneur : un rêve en bleu

Voici le portrait d'un garçon que j'ai vu grandir, qui a toujours eu pour passion le football. Je pourrais même dire le sport en général. Effectivement, son tennis était phénoménal également. Mais il a porté son choix vers le football. Gardien de but dans l'âme, Gautier Larsonneur a la niac et un rêve : une sélection chez les Bleus. Actuellement au Stade Brestois 29, ce finistérien se donne les moyens de réussir et nous raconte sa vie sportive, pas toujours facile, dans le corps d'un mordu de football. Cependant, il n'oublie pas les gens qui l'ont formé et qui sont toujours là pour lui. Interview d'un jeune homme lucide, agréable et qui sait où il va.

Les jeunes journalistes : Bonsoir Gautier ! Tu n'es pas encore connu du grand public. Mais ta jeunesse footballistique est prometteuse. Peux-tu te présenter sportivement et dans ta vie de tous les jours ? Raconte- moi tous les détails qui te paraissent utiles pour éclairer nos lecteurs !

Gautier Larsonneur : Bonsoir ! J'ai 16 ans et je suis en classe de Seconde au lycée Charles de Foucauld à Brest. Je suis dans cette école car elle est en parrainage avec le Stade Brestois 29 ce qui me permet de terminer les cours à 15h20 pour ensuite me rendre à l'entraînement à la Cavale Blanche (centre d'entraînement). Je suis gardien de but. J'ai débuté au club de l'US Plougonvelin. Je joue actuellement en U17 national au Stade Brestois 29.

L.J.J : Depuis tout petit, cette passion t'a suivi à chaque instant. Rêves-tu de devenir professionnel ou le foot reste-il pour toi plus un loisir ? As-tu d'autres projets ?

G.L : Pour moi, c'est tout d'abord un loisir. Mais, comme chaque joueur qui joue dans un club professionnel, je veux devenir footballeur. Je n'ai pas que le football car j'ai conscience que c'est très difficile. Donc j'ai aussi d'autres projets professionnels.

L.J.J : Depuis ta plus tendre enfance, tout a-t-il été mis en œuvre pour faciliter la pratique de ce sport ?

G.L : Oui, mes parents mettent tout en œuvre pour que je puisse pratiquer ma passion et je les remercie !

L.J.J : Quels sont tes projets professionnels à l'heure actuelle si le monde du football s'avérait trop difficile à intégrer ? Tu as pourtant déjà du potentiel ! Il me semble que tu as été sélectionné pour participer à un stage à Clairefontaine dans le but représenter la France en catégorie U16 ?

G.L : L'année prochaine, je vais en Première ES ce qui me permettra de bien assimiler le football et l'école. Ensuite, peut être que j'irai en école de kiné mais je n'ai rien de très très précis encore en tête. Oui, je suis allé faire un stage de 5 jours à Clairefontaine.

L.J.J : Et as-tu été sélectionné ? En effet , le football est un monde incertain. Une blessure et hop c'est fini ..Tu as sûrement une philosophie dans le sport qui te permet de surmonter les épreuves sportives et de garder le mental. Peux- tu nous en parler ? Je vois que tu es quelqu'un qui a la tête sur les épaules et qui est très prévoyant !

G.L : Non et je n'aime pas trop en parler de cette sélection... Je ne vais pas te cacher qu'à certains moments c'est dur. C'est sûrement dû à la fatigue et au manque familial. Mais bon, il faut saisir sa chance, on ne sait jamais ! Je pense que c'est grâce à mes parents que j'ai la tête sur les épaules.

L.J.J : Donc cette passion et ce surpassement de soi , tu les dois à tes parents. Je te comprends...Si un jour tu devenais pro, quel serait le club de tes rêves ? Vivre loin de ses proches est démoralisant et le sport occasionne bien des sacrifices. On oublie bien souvent de le rappeler.

G.L : L'OM, c'est un club que j'adore ! Oui, énormément de sacrifices. Après, c'est un choix que j'ai fait.

L.J.J : On ne vit qu'une fois, c'est vrai ! Tu es le Mandanda des U17 nationaux de Brest. Mais après tout ce chemin déjà parcouru, certains tournois ou matchs sont peut-être gravés dans ta mémoire, peux-tu nous les résumer ? Tu dis qu'être loin de sa famille est compliqué, mais j'imagine qu'à l'internat une bonne ambiance règne entre les membres de l'équipe ?

G.L : Le Mandanda, c'est beaucoup trop dire ! (Rires) Oui, il y a le tournoi de Plougonvelin, le Festival d'Armor, en 2011, que nous avons gagné mais aussi un match face à L'OM lors d'un tournoi dans le Sud de la France durant lequel j'ai arrêté un penalty. En fait, je ne suis pas à l'internat mais dans une maison que le club loue pour certains de ses joueurs. Oui, il y a une très bonne ambiance ! En plus, j'y suis avec un joueur avec qui je jouais déjà à Plougonvelin, Joffrey Lidouren !

L.J.J : C'est bien la place de Mandanda que tu aimerais prendre un jour non ? (Rires). La victoire et la fierté sont des sentiments que tu dois aimer ressentir. C'est vrai que la proximité facilite parfois les rapports entre les membres d'une équipe. Il me semble que le club de Plougonvelin est la racine de ce que tu sais faire aujourd'hui. Y a-t-il des gens qui t'ont marqué là bas ? Quel est ton prochain objectif au niveau sportif ?

G.L : Oui voilà c'est sur ! Mon prochain objectif est de connaître une sélection en bleu. Mais surtout de faire un beau parcours au tournoi de Plougonvelin, le Festival d'Armor, car je viens de là-bas. J'ai énormément de personnes à remercier: Éric, Roger, Dédé, Baptiste ... Mais surtout Hervé Auguste, qui, je pense m'a forgé un gros mental. J'ai beaucoup souffert lors de ses entraînements spécifiques « gardien de but » et cela m'a aidé à progresser !

L.J.J : Ah... Ce rêve bleu, on l'a tous en nous quelque part ! Plein de personnes qui ont été là pour toi et qui t'ont aidé à progresser avec bien sur un don de toi-même important tout de même ! Pour conclure, aurais-tu une anecdote rigolote à nous raconter qui pourra t'émouvoir si un jour tu deviens footballeur professionnel ? Comme quoi ça marque la jeunesse …

G.L : A la fin du match face à L'OM (voir plus haut), j'ai enlevé mon maillot de Brest et, en dessous, je portais celui de L'OM. Je suis allé serrer la main des joueurs marseillais avec un maillot de L'OM , leur club ! Une autre anecdote : Lorsque j'étais encore à Plougonvelin, nous avions éliminé le Stade Brestois en finale départementale, l'équipe que je rejoignais l'année suivante !

L.J.J : Nous sentons que Plougonvelin et le Stade Brestois sont des clubs qui comptent pour toi. Merci d'avoir répondu à ces quelques questions . Je te remercie pour ce précieux temps que tu nous a donné dans ton emploi du temps de ministre ..euh pardon.. De sportif ! A bientôt !

G.L : A bientôt !

Rappelez- vous ce nom ! Gautier Larsonneur, 16 ans, passionné et prometteur. Peut-être sera-il bientôt dans la cour des grands ? Par les vents, les tempêtes et les exploits, ce finistérien donne le meilleur de lui-même. Toujours croire en ses rêves est le mot de la fin. Gautier y croit. Pourquoi pas vous ?

Gautier Larsonneur : un rêve en bleu
Retour à l'accueil