Enfin !

Après une remontée exceptionelle dans la fin de la deuxième ascension de l'Alpe d'Huez, Christophe Riblon s'impose en solitaire et offre à la France sa première victoire lors de cette 100e édition.

« Aqueste cop !»* qu'on dit dans le sud. Enfin un triomphe bleu blanc rouge sur cette 100e édition du Tour de France. Et on ne peut dire que cette victoire soit des moindres. La mythique montée de l'Alpe d'Huez. Celle qui a vu arriver Bernard Hinault et Greg Lemond main dans la main en 1986, celle qui a vu Marco Pantani la monter en 37'35 en 1997, celle qui a vu l'éclosion de Pierre Roland en 2011 et celle qui a vu aujourd'hui la victoire d'un discret coureur français, qui parcourt son sixième tour de France, âgé de 32 ans, Christophe Riblon.

Frayeur en descente, exploit en montée.

Echappé depuis le kilomètre 22, le coureur de la formation AG2R-La Mondiale a fait valoir toutes ses qualités en ce 18 juillet 2013. Et il avait bien choisi sa journée pour se montrer, à la vue des millions de spectateurs sur le bord de la route, notamment dans la montée de l'Alpe d'Huez. Ce qui devait être la route ressemblait d'avantage à un tunnel humain plutôt qu'à quoi que ce soit d'autre.

Pourtant, la victoire s'est dessinée tard pour le natif de Tremblay-lès-Gonesse. Après avoir compté plus de huit minutes d'avance sur le peloton avec ses compagnons d'échapée (Sylvain Chavanel (Omega Pharma-Quick Step), Arnold Jeannesson (FDJ.fr), Jens Voigt (RadioShack-Leopard), Lars Boom (Belkin), Moreno Moser (Cannondale), Tom Danielson (Garmin-Sharp), Andrey Amador (Movistar) et Tejay Van Garderen (BMC).), la redoutée descente du col de Sarenne a remis un peu de suspens avant le final car l'écart était descendu autour des 4'15. Avant ça, la montée avait dissimulé le groupe en petits « grupettos » pour n'avoir à l'avant que Van Garderen, Moser et Riblon. Ce dernier va se faire une frayeur dans la descente à 34kms de l'arrivée, en ratant un virage, sans conséquence. Les trois attaquent la montée avec plus de sept minutes d'avance sur le peloton mais le coureur de Cannondale craque après seulement 200m de montée suite à une attaque du français, qui va lui même craquer petit à petit, accusant '45 de retard l'Américain. Mais son coup de pédale est meilleur que le coureur de la BMC et va gentiment lui griller la politesse à 2 kms de l'arrivée pour offrir une victoire de prestige à son équipe, à la France...et à lui même. Trois ans jour pour jour après Ax-3-Domaines.

*cette fois !

Enfin !
Retour à l'accueil