Dopage: Qu'en pense l'avenir ?

 

Le hors saison fut marqué par de nombreuses affaires de dopage. Les aveux d’Armstrong, les départs de Bruyneel, Yates et De Jongh de leurs équipes, Frank Schleck suspendu un an, tous ces évènements ont réveillé la planète cyclisme. Cela a même conduit certaines revues de sport mondialement connues, à proposer des idées pour améliorer ce sport. Mais ce qui se passe maintenant dans ce sport concerne surtout les jeunes qui feront le cyclisme de demain. C’est pour cela que j’ai choisi d’interviewer l’un des futurs noms du cyclisme.

 

Damien Howson (Team Jayco AIS, 20 ans), champion d’Australie du contre-la-montre en 2013 et vice champion d’Australie sur route la même année et champion d'Océanie de contre-la-montre 2012 & 2013, a bien voulu répondre à mes questions :

 

1. Que pensez-vous du cyclisme actuel ?

Damien Howson : Je ne connais pas vraiment l’histoire du cyclisme et comment cela était auparavant. Pour moi, maintenant, je pense que le cyclisme est devenu un sport propre et sans drogue lente, avec une augmentation des contrôles anti-dopage et des procédures mises en place pour empêcher les cyclistes de se doper.

 

2. Comment pensez-vous pouvoir influencer le cyclisme pour le rendre plus propre ?

DH : Pour moi, en tant qu’individu seul, je ne pense pas avoir un grand impact sur l’ensemble du cyclisme. Cependant, étant moi-même un grand défenseur de la propreté, d’un sport sans drogue et équitable, je serai toujours prêt à aider de toute façon ce sport qui est en constante amélioration.

 

3. Que pensez-vous de l’affaire Armstrong ?

DH : Pour moi, il a toujours été une énorme idole, quelqu’un que j’admirais. J'ai été très déçu d'apprendre la vérité à son sujet. Il a eu un effet très négatif sur le sport en général. Mais j’espère que cela rendra le cyclisme plus fort.

 

D’autres jeunes talents comme Rohan Dennis (Garmin Sharp) parlent de l’affaire Armstrong via cyclingnews (le 11/01) :

 

« Au début, je pensais que c'était la pire chose qui pourrait arriver à notre sport. Maintenant, je le vois comme l'une des meilleures choses qui pourraient se produire. […] Il devient beaucoup plus propre et semble beaucoup plus juste sur toute la ligne. »

 

Joe Dombrowski, révélation des courses américaines, revient lui aussi sur l’affaire qui fait trembler son pays :

 

« Ma réaction a été mitigée. Une partie de moi était découragée, déçue, et éteinte mais une partie de moi, en quelque sorte, était reconnaissante pour ces gars plus âgés qui font un pas pour dire la vérité. […] Je vais dans le WorldTour sans aucun souci de la pression que peut représenter le dopage. [ …] Je reconnais qu'il y aura toujours des tricheurs, mais je crois sincèrement que vous pouvez gagner les plus grandes courses du monde désormais sans dopage. » Depuis cyclingnews, le 14/01.

 

Est-ce qu’un jour, le cyclisme sera propre ?

 

Le cyclisme a toujours été un sport connu pour ces affaires de dopage. Depuis ses débuts, l’envie des sportifs d’être toujours plus forts a pris un enjeu surdimensionné que plus personne n’a su maîtriser. Mais aujourd’hui, après de nombreuses tentatives pour rendre le cyclisme plus propre, de réels progrès ont été remarqués. Les contrôles anti-dopage ont été multipliés au cours de ces dernières années ce qui fait du cyclisme, le sport le plus contrôlé.

Mais souvent, l’argent à la clé, la difficulté des parcours entraîne le cycliste dans un cercle vicieux qui le mène à se doper. Les organisateurs de courses, chaque année, durcissent leurs parcours pour rendre le spectacle plus beau et plus attractif et c’est face à ce cercle que le dopage a quand même lieu.

Malgré tout, le cyclisme est un sport qui a fait d’énormes efforts pour rendre ce sport clean pour changer son image auprès du grand public à la différence d’autres sports où le dopage continue à se pratiquer à bas bruit …

 

Dopage: Qu'en pense l'avenir ?
Retour à l'accueil