Pour son troisième et dernier test-match contre la Nouvelle-Zélande, l'équipe de France s'est une nouvelle fois inclinée (24-9) dans un match semblable à la première rencontre, il y a trois semaines. Philippe Saint André a un gros chantier, à deux ans de la coupe du Monde.

Ils devaient laver l'affront. Celui de la semaine dernière et ce cinglant 30-0 encaissé à Christchurch. Pour cela, les Bleus ne pouvaient pas passer par quatre chemins : la victoire. Point barre.

Des néo-zélandais très réalistes.

D'entrée, les hommes de Philippe Saint-André sont dans le match, avec deux grosses séquences dans les 5m néo-zélandais, d'abord non récompensée (2e), puis concrétisée avec un drop de Fritz (6e). Les Blacks sont asphyxiés et mis sous pression par les français à l'image du jeu au pied de Rémy Talès (10e) et des percées de Doussain avec Andreu (13e) et du demi d'ouverture Castrais (20e).

Mais les Blacks, qui restent au contact avec une pénalité de Carter (3-3, 16e), restent les Blacks. Et sur leur premier véritable temps fort, l'attaque simpliste des joueurs de Steve Hansen fait mouche et Ben Smith plonge en coin pour permettre aux siens de prendre les commandes de la rencontre (8-3 36e), et de prendre de la confiance, à l'image de la percée de Nonu sur le renvoi qui n'aboutira finalement pas (40e). Les efforts français, notamment en conquête, ne sont pas récompensés.

Des bleus trop indisciplinés

D'autant que Jean-Marc Doussain a raté une pénalité en milieu de première mi-temps (22e). Mais son vis-à-vis, Daniel Carter, n'a pas été lui aussi en réussite (24e,37e). Suite à ces échecs, les deux buteurs auront la part belle en seconde période. Une pour le toulousain (46e) contre trois pour l'ouvreur des Crusaders (49e, 59e, 72e). Les coéquipiers de Thierry Dusautoir se font trop souvent pénaliser, le point noir de la rencontre. Cela aboutira à un carton jaune contre Yohann Maestri (71e).

En supériorité numérique, les Blacks vont accélérer jusqu'à la fin du match et le long de la ligne, Ben Smith recentre le ballon au pied vers Beauden Barrett, plus rapide que la défense pour achever le score (24-9,80e). Le manque de réalisme de l'équipe de France et son indiscipline n'auront pas pardonné contre les All Blacks même si l'on peut retirer quelques satisfactions. Il reste quand même du travail pour le staff des Bleus. Mais maintenant, c'est les vacances.

Comme un air de déjà vu...
Retour à l'accueil