Qatar ou le dopage économique du sport.

Ce petit émirat fait de plus en plus son apparition dans le monde du sport. A la tête de ce pays pétrolier et gazier : l’émir Bin Khalifa Al-Thani. Avec un bon nombre d’investissements dans le monde : Total, LVMH, Vinci, Exxon, Barclays, Veolia, Harrods, London Stock Exchange, Al-Jazeera, EADS, le Qatar place son argent pour préparer "l'après-pétrole".

Mais récemment, c’est dans le sport que le Qatar a choisi d’investir.

 

Pourquoi le sport ?

Le sport est un atout très important pour le Qatar : lors d’une conférence à Doha en décembre 2012, Nicolas Sarkozy a lancé une phrase qui résume l’intérêt que le Qatar peut avoir à investir dans le sport : « Quels sont les évènements qui font vibrer de la même façon un écolier qatari, un étudiant chinois, un jeune africain et un européen ? C’est le sport. Le sport fait partager les mêmes émotions sans opposer mais en rassemblant. »
Le sport a cette capacité à fédérer les gens du monde entier et à faire oublier les conflits.

Où investit-il ?

QSI, Qatar Sport Investment, filiale de QIA, Qatar Investment Authority, le fonds souverain du pays, se charge des investissements sportifs. Dirigé par le fils de l’émir, QSI a racheté il y a deux ans le capital du PSG en plaçant Nasser Al-Khelaifi à sa tête. En recrutant le directeur sportif Leonardo, le Qatari et le technicien brésilien se sont chargés du recrutement cinq étoiles du club parisien. Tout d’abord en nommant Carlo Ancelotti au poste d’entraineur, l’italien a tout de même gagné par deux fois la Ligue des Champions avec le Milan AC. Ce trio a ensuite géré les transferts des stars du ballon rond : Thiago Silva, Thiago Motta, Ibrahimovic, Beckham, Javier Pastore, Ezequiel Lavezzi, Lucas Moura …

Comme si un seul club ne suffisait pas, QSI possède aussi Malaga CF évoluant en Liga. Mais la concurrence est rude : l’autre organisation qatari d’investissements, Qatar Foundation, dirigée par la femme de l’émir, est actionnaire du FC Barcelone, l'adversaire du PSG en quart-de-finale de la Ligue des Champions.

Certes une grande partie des investissements se situe dans le milieu du football mais en rachetant le PSG, QSI a racheté en même temps Paris Handball et a rebaptisé le club PSG Handball avec là aussi, encore une fois, un recrutement de taille : l’entraîneur Philippe Gardent, Mikel Hansen (meilleur joueur du monde 2011), Didier Dinart et Daniel Narcisse (doubles champions olympiques en 2008 et 2012).

Quels sont les autres formes de promotion du Qatar ?

L’image que le Qatar essaie de transmettre au monde entier passe aussi par l’organisation d’évènements sportifs. Le Tour du Qatar cycliste, épreuve World Tour, se déroule chaque année. En 2015, Doha organisera le Mondial de handball. Puis Doha organisera l’évènement majeur du monde sportif, la Coupe du monde de football en 2022, qui présente beaucoup de problèmes : le Qatar aurait « acheté » l’organisation de la CdM, les stades coûtent une fortune (120 milliards d’euros dont 36 pour la climatisation des stades), la compétition risque de se disputer en hiver ...

Malgré tout cela, Doha se présente aussi à l’organisation des Jeux Olympiques d’été de 2020.

 

Récemment, Al-Jazeera, la chaîne qatari du monde arabe, a lancé BeIn sport,et renforce la présence des qataris dans notre quotidien.

 

Quel avis portez-vous sur le Qatar ?

Vos réponses sont attendues en commentaires!

Retour à l'accueil