Cavendish en patron !

Le profil : Un sprint massif attendu

Lachée la veille, Cavendish aura certainement à coeur de se rattraper jeudi, au terme de la sixième étape, longue de seulement 154 kilomètres entre Mola di Bari et Margherita di Savoia . L'arrivée, avec une dernière ligne droite de 3,4 kilomètres, assure quasiment un sprint massif. Mais attention au vent qui pourraît amener à des bordures.

L'étape :

Une étape courte et plâte ne peut favoriser des échappés, mais deux coureurs partent quand même à l'offensive. En effet, ce début d'étape à un goût Océanique puisque deux Australiens Cameron Wurf (Cannondale) et Jack Bobridge (Blanco) s'échappent. S'en suit un scénario habituel, le peloton veille sur l'écart et revient tranquillement à 35km de l'arrivée sur les deux hommes. A 25 km de l'arrivée Bradley Wiggins chage de vélo. Cela pourraît parraître anodin mais 200m plus loin énorme une chute se passe dans le peloton et coupe celui-ci en deux parties.Le vainqueur du Tour de France 2012 est piégé! Cataldo, Puccio, Siutsou, les équipiers de Wiggo ont dût mener la chasse pour revenir. Ils leur aura fallut 5km pour ramener Wiggins dans le premier peloton. La Sky qui n'avait pas envie de se faire piéger une seconde fois remonte et roule en tête de peloton. Les équipes de sprinteurs remontent leur protégés. A 10km de l'arrivée le peloton accélère, les Omega étirent le peloton. A 4km de l'arrivée on retrouve Wiggins rouler seul en tête surement pour éviter les chutes. A lui seul, il étire tout le peloton. L'Anglais s'écarte à 2km de l'arivée. Les Omega enmènent pafaitement le Cav'. Gert Steegmans, le poisson pilote du Max Man s'écarte au 200m et personne ne peut contester la victoire à Cavendish. Il devanc Viviani (Cannondale) et Goss (Orica). Bouhanni finit 4ème énervé puisqu'il à été enfermé dans son début de sprint. Paolini reste en rose après une journée très tranquille.

Hommage :

Une journée passée avec Wouter Weylandt, le dossard 108, qui est décédé il y a maintenant deux ans, le 9 mai 2010. RIP.

Les réactions :

Mark Cavendish (GBR/Omega Pharma), vainqueur de l'étape : «Je suis heureux. Tout s'est passé parfaitement. L'équipe s'est comportée parfaitement, elle s'est donnée totalement et j'ai pu concrétiser au mieux. Au début de l'année, on avait rencontré quelques problèmes. Mais nous avons trouvé la bonne entente, le feeling juste. Il y a eu deux sprints depuis le départ et nous avons réussi à chaque fois. Pour notre groupe, c'est une journée particulière (Wouter Weylandt, décédé dans le Giro 2011, a couru pour cette équipe ndlr). C'était le meilleur moyen de rappeler le souvenir de Wouter. Il nous manque».

Elia Viviani (ITA/Cannondale), 2e de l'étape : «A Naples j'étais arrivé plus près. Aujourd'hui, Mark était incontestablement le numéro un. Il était un ton au-dessus. J'ai pris sa roue et j'ai cherché à le passer en espérant prendre un peu d'aspiration mais sa progression a été incroyable. Il n'y avait pas moyen de le déborder. Je recommencerai».

Martial Gayant (directeur sportif de Bouhanni/FDJ) : «C'est râlant, une occasion de perdue. Nacer a été enfermé par Chicchi. Il n'a pu passer que tardivement. Il revient vite ensuite mais c'est trop tard. Maintenant, il faut attendre jeudi prochain... Mais, d'ici-là, nous aurons des choses à faire avec Arnold (Jeannesson)».

.

Retour à l'accueil