Castres: l'inoubliable saison 93

Il y a 20 ans, Le C.S.P. Limoges devenait champion d’Europe en basket. La même année, le Castres Olympique, au terme d’une saison qui restera dans les annales du rugby, devenait champion de France de rugby face au F.C. Grenoble. Retour sur l’épopée des Bleus et Blancs.

Une victoire castraise déjà controversée en quart de finale

Le C.O. finit deuxième de sa poule et se qualifie ainsi pour les quarts de finale face à Narbonne. Le match se joue au Stadium de Toulouse, à 70km de Castres. Il ne reste plus que quelques minutes à jouer, les deux équipes sont à égalité. A trois minutes de la fin du match, le Castrais Philippe Escalle marque un essai pour les Bleus et Blancs. Euphorique dans sa célébration, il se déboite l’épaule et il est contraint de sortir du terrain. A cette époque lors d’un match, les équipes n’avaient droit qu’à quatre remplacements. Or le C.O. avait effectué ces quatre remplacements et donc les Tarnais auraient du normalement terminer le match à 14 contre 15. Le staff castrais effectue quand même le remplacement, et Maurice Bille rentre donc à la place de Philippe Escalle. Le C.O. gagne le match par 38 à 33.

Les Narbonnais déposent plainte et la F.F.R. accepte que le match soit rejoué une semaine plus tard à Tarbes mais en conservant le score du premier match. Le deuxième match commence donc avec un score de 38-33 en faveur de Castres. Les Castrais gagnent ce nouveau match 33-21 et cumulent leur résultat à celui de premier : le C.O. se qualifie en demi-finale grâce à une victoire sur le R.C.N.M. 71-54.

En demi-finale, le C.O. défie le R.C. Toulon, vainqueur sortant du championnat. Les Castrais s’imposent de justesse (17-16) et iront défier le F.C. Grenoble, vainqueur d’Agen (21-15), au Parc des Princes.

Castres : petite ville, grande équipe

«Petite ville, grande équipe » : le slogan des supporters castrais pour cette finale mais c’est aussi ces mêmes supporters castrais qui ont crée le célèbre chant : « Tous ensemble, Tous ensemble, C.O. ! ».

Castres, petite ville de moins de 50 000 habitants, vibre pour son équipe à tel point que le jour de la finale, le 5 juin 1993, plusieurs écoles castraises avaient fermées leurs portes. Le département tout entier retient son souffle, derrière un seul club, un train spécial est affrété par l’Amicale des supporters. Cette finale, la ville au bord l’Agoût l’attendait depuis 1950 et le sacre de ses joueurs face au Racing Club de France.

Daniel Salles : l’homme de la finale

La pression était énorme autour de cette finale, avec deux équipes très prometteuses. D’un côté les Castrais, entraînés par Alain Gaillard, possédant de redoutables joueurs : le All-Black Gary Whetton, le n°10 Francis Rui, le talonneur Christophe Urios (actuel entraîneur d’Oyonnax), Laurent Labit (actuel entraîneur du CO), Adrian Lungu (actuel intendant du CO) ; mais les Grenoblois, entraînés par Jacques Fouroux ne déméritaient pas non plus et comptaient dans leurs rangs l’international Merle, le jeune deuxième-ligne Olivier Brouzet, Hervé Chaffardon ou le centre Willy Taofifenua.

Au terme d’un match très disputé, le Castres Olympique s’imposait 14-11. Un match qui aurait pu prendre une autre forme si l’arbitre, Daniel Salles, n’avait pas accordé l’essai de Gary Whetton. Sur une action castraise, dans le camp grenoblois, Francis Rui tape à suivre par-dessus le regroupement et Frank Hueber aplatit dans l’en-but et relâche le ballon. Gary Whetton s’empresse d’aplatir indiquant à l’arbitre qu’il vient de marquer. M.Salles n’ayant pas vu Hueber aplatir et sans l’aide d’un arbitrage vidéo accorde logiquement l’essai pour Castres. Treize ans plus tard, il reconnaîtra s’être trompé.

Castres remporta son troisième titre de champion de France après 1949 et 1950. En 1995, le CO re-disputera une finale contre son voisin Toulousain et la perdra avec là aussi à la clé : un essai non-valide accordé à Castres.

La fête à Castres continua après la finale, le Bouclier déferla sur les supporters massés sur la pelouse du stade Pierre-Antoine, l’All-Black Gary Whetton dansa le célèbre haka, les réserves des bars de la ville furent ravitaillés en pleine nuit pour célèbre la victoire.

2013: remake de 1993?

20 ans après son sacre, les signes de 93 peuvent laisser croire que le CO peut être champion cette année : le maillot rappelle celui de 1993. En 2012, Castres avait été éliminé en demi-finale comme en 2011.

L’éternel outsider du Top14, le club des Laboratoires Fabre, sera-t-il champion en 2013 ?

Castres: l'inoubliable saison 93
Retour à l'accueil