Photo ASO
Photo ASO

Un départ réussi, les porteurs du maillot jaune maudits ?

Et oui, déjà une semaine que le Tour de France, la plus prestigieuse course cycliste au monde s’est élancée d’Utrecht aux Pays-Bas. De ce nouveau grand départ à l’étranger, après Londres l’année passée, nous retiendrons la ferveur du public hollandais. Que ce soit lors du technique contre-la-montre inaugural dans les rues d’Utrecht ou bien lors de l’arrivée à Zeeland, le public a fêté le passage du Tour. Quant à Rohan Dennis, l’Australien de la BMC a confirmé tout son talent de rouleur en s’imposant lors de la 1ère étape, devant des « machines à rouler » excusez du peu, tels que Fabian Cancellara (TFR) ou Tony Martin (EQS).

Mais ces deux coureurs là auront eu un parcours malheureusement similaire, ils ont revêtit le maillot jaune de leader puis se sont résolu à le laisser filer, meutris par les chutes. Y-a-t-il une malédiction qui foudroie le porteur du maillot jaune ? L’avenir nous le dira…

Il est loin le Tour 2014 pour Pinot
Il est loin le Tour 2014 pour Pinot

Mais où sont nos coureurs français ?

C’est le moins que l’on puisse dire… Arnaud Démare (FDJ) n’a dû se contenter que d’accessits lors des sprints, et son ancien compère Nacer Bouhanni parti chez Cofidis, a abandonné, blessé sur chute. Pour le classement général, les grands espoirs reposaient sur les épaules de Thibaut Pinot (FDJ). A ce jour, le voilà en 29e position à plus de huit minutes du maillot jaune, Froome (SKY). Un podium voire même un top 5 semble inenvisageable. La faute à des pertes de temps quasi quotidiennes, dues à des bordures, ou des problèmes techniques notamment lors de l’étape des pavés. Notons cependant le très bon début de Tour de Warren Barguil (TGA), dans le top 15, toujours bien placé ayant su éviter les pièges de la course. Les AG2R emmenés par Bardet et Peraud sont en embuscade, en attendant de trouver un terrain plus conforme à leurs qualités. Certes, on aura encore vu les téméraires de Bretagne-Séché souvent à l’avant, mais comme toujours pour l’instant, sans résultat.

Si l’équipe bretonne n’a pas souri, la Bretagne et son Mûr ont souri à Alexis Vuillermoz (ALM), seul coup d’éclat français de cette première semaine, bien que l’on compte maintenant sur Tony Gallopin (LTS), onzième, et Warren Barguil pour briller et pourquoi pas le 14 Juillet !

Vuillermoz pour ouvrir la voie aux français?

Vuillermoz pour ouvrir la voie aux français?

La folle semaine d’Etixx Quick Step

Annoncé grand favori du contre-la-montre initial, Tony Martin a déçu. Le lendemain, sur la première arrivée au sprint, cela a été la mésentente entre Mark Cavendish et Tony Martin, l’un jouant la victoire d’étape l’autre le maillot jaune : une mésentente qui ne donna rien, deuxième échec de la formation belge en deux jours. L’éclaircie vint enfin lors de la quatrième étape : certes la victoire ne s’est pas décidée sur les pavés mais à leur sortie : le roi du chrono de ces dernières années, a remis toute une équipe sur les bons rails en faisant les trois derniers kilomètres à la vitesse d’un TGV et en solitaire. Tony Martin qui avait échoué à quelques centièmes du maillot jaune la veille sur le mur de Huy faisait coup double en portant pour la première fois la tunique jaune sur le Tour de France, lui vainqueur du Paris-Nice 2011.

Pourtant, tout allait basculer deux jours après : Tony Martin sous la flamme rouge du Havre heurte la roue de Bryan Coquard, tombe et se fracture la clavicule. Alors qu’il ne peut lever son bras gauche, un kilomètre plus loin, son coéquipier Zdenek Stybar va lever les deux pour lui en s’imposant. Image forte, joie mitigée, car « Panzerwagen » est emmené par ses coéquipiers pour rallier l’arrivée. Il montera sur le podium récupérer son maillot jaune, sachant déjà qu’il ne figurera pas dans le peloton le lendemain…

Sans maillot jaune, sans locomotive, c’est pourtant Mark Cavendish qui va réussir à s’imposer à Fougères : une troisième victoire pour les hommes de Patrick Lefévère qui balaye enfin la simili-joie de la veille avant de tout donner pour Michal Kwiatkowski pour les deux semaines à venir.

Photo ASO

Photo ASO

Photo ASO
Photo ASO

Favoris : le baromètre

Il était le grand favori avant le Tour, l’année dernière il avait échoué avant les pavés et cette année il les a domptés. Chris Froome est bien là et bien présent, pas de couac en cette première semaine, un maillot jaune anecdotique pour lui qu’il n’a pas souhaité défendre, ce qu’il redoutait le plus a été passé. Il est venu, il a prévenu, il ne lui reste plus qu’à vaincre dans les Pyrénées puis les Alpes mais avec le poids du maillot jaune sur le dos et la fatigue que le protocole entraîne.
Maillot jaune en 31h34’12’’

Nibali doit se rattraper
Nibali doit se rattraper

Le vainqueur sortant Vincenzo Nibali a eu un peu plus de mal : victime de malchance, et souvent piégé par des problèmes mécaniques, il était là sur les pavés pour suivre Froome, mais était lâché dans le mur de Mûr de Bretagne. A l’image de sa préparation sur le Dauphiné, « Lo Squale » est sur courant alternatif, les Pyrénées seront un premier révélateur de son niveau. L’équipe Astana n’est pas au niveau de 2014 mais tout peut changer.
13ème à 2’22’’

Les Pyrénées pour retrouver le sourire?
Les Pyrénées pour retrouver le sourire?

Il vient de remporter la Route du Sud, Alberto Contador serait-il fatigué de sa victoire sur le Giro ? Lâché sur les pavés il a pu revenir sur Froome et Nibali sur le final. L’espagnol reste encore camouflé sous son maillot militaire de la formation Tinkoff-Saxo, il devra exploiter au maximum la journée de repos car après, la bataille va commencer. Ses équipiers n’ont pas grillé trop de cartouches à emmener Sagan dans les sprints, tout reste possible encore pour « El Pistolero » même si son équipe n'a pas été au niveau des BMC, Sky et Movistar dans le chrono par équipes.
5ème à 1’03’’

Quintana va entrer sur son terrain de jeu
Quintana va entrer sur son terrain de jeu

Il en manque un, peut-être le plus discret, Nairo Quintana a passé la première semaine. Pas à son aise, il a réussi à la passer sans encombres mais quelques fois piégé sur les étapes nordistes. Au contact de Froome dans le Mûr de Bretagne, il va être sur son terrain de prédilection pendant les prochaines semaines. Ce qui est sûr c’est qu’il pourra compter sur un Alejandro Valverde et une équipe Movistar en grande forme pour l’amener le plus loin mais surtout le plus haut possible.
9ème à 1’59’’

RePAU bien mérité demain donc pour le peloton du Tour avant d’attaquer une deuxième semaine pyrénéenne où les choses sérieuses vont enfin commencer dès mardi avec une arrivée au sommet à la Pierre Saint-Martin.

Retour à l'accueil