Ils sont champions de France

Nous avons décidé de vous présenter trois jeunes basketteurs. Tous les trois sont devenus champions de France U17 dans la catégorie cadet il y a deux semaines à Tulle lors du Final Four. Ils évoluent au sein de l’équipe parisienne Elan Yvelines Basket et ont tous trois accepté de répondre à nos questions. Focus donc sur Marius Chambre, Gaspard Basnier et Vincent Lemeunier qui occupent pour Marius et Vincent le poste de pivot au sein de l’équipe parisienne et Gaspard le poste d’allier fort c’est-à-dire numéro 4.

Portraits :

Marius Chambre

Marius a 16 ans bientôt 17 et connait le basket comme sa poche. Lors de ce Final Four il était d’ailleurs le capitaine de l’Elan Yvelines Basket et avec des paniers à trois points mais aussi de bonnes passes et beaucoup de tactique, il a été l’un des acteurs de ce championnat. Il a accepté de nous raconter son arrivée à Tulle, la pression qui montait et enfin la consécration.

Retour avec lui sur ce week-end, voici le journal d’un basketteur…

« Nous sommes arrivés vendredi soir, excités à l'idée de jouer ce Final Four mais déterminés et concentrés pour notre demie-finale contre Villemomble.

Il nous a été difficile de trouver le sommeil on pensait beaucoup trop au match. Le samedi matin on s'est réveillés vers 7h30 puis au petit déjeuner toute l'équipe était concentrée et avait envie de jouer ce match. Nous attendions ce moment depuis tellement longtemps. Le match fut très intensif, très dur physiquement, l'un de nos meilleurs s’est ouvert la lèvre et a dû se faire recoudre, c'était vraiment violent mais c’est le basket. Malgré tout, on a su répondre au défi physique de cette belle équipe de Villemomble. Nous avons géré la fin de match et nous nous sommes qualifiés en finale sur le score de 65-44.

Ensuite le samedi soir nous étions épuisés, nous avons regardé la deuxième demie-finale détendus, puis nous sommes rentrés à l'hôtel dormir, nous avons étudié le jeu de Monaco le lendemain matin.

Nous étions très concentrés mais aussi extrêmement tendus, cela s'est vu sur notre début de finale nous étions à -25… Mais notre équipe c’est avant tout des potes, une famille. Nous sommes soudés et nous avons des supporteurs extraordinaires qui ont mis une ambiance énorme. Cela nous a rendu euphoriques dès que nous avons mis quelques paniers au retour de la mi-temps. Nous sommes revenus dans le match, nous avons défendu, attaqué intelligemment en prenant le temps et nous sommes remontés, paniers après paniers. Nos supporteurs, notre staff et mes potes ont été énormes et cela nous a permis de gagner cette finale 93-86 devant Monaco. C’est LA consécration pour mon équipe et l'aboutissement d'une saison à 21 victoires et 1 seule défaite en prolongation, c'était notre objectif. Lors de la rencontre, nous avons pu compter sur les douze joueurs du groupe, les 10 qui ont joué ont chacun apporté quelque chose et n'ont jamais rien lâché, et les 2 sur le banc ont été de bon conseil et ont su nous motiver durant le match. Les supporteurs ont été énormes, nos familles étaient là, j'avais à cœur de gagner cette finale pour mon papi qui malheureusement n'est plus là pour en discuter avec moi..

C'est le cas d'un autre joueur aussi, les gars voulaient aussi faire plaisir à leurs mamans, car c'était la fête des mères. Voilà tout cela nous a permis de gagner cette finale. »

Mais, Marius n’était pas seul sur le terrain et il l’a bien rappelé. Gaspard Basnier y était aussi, déterminé et envieux de ce titre.

Photo Hugo Leclercq

Photo Hugo Leclercq

Gaspard Basnier

Gaspard, c’est cet ailler fort de 15 ans, 16 dans quelques jours d’ailleurs. Il est toujours de bonne humeur et très joyeux. Il pratique le basket depuis environ 7 ans et lui aussi a été décisif dans cette rencontre, se prenant même au jeu du shoot du milieu du terrain. Il faut dire que le basket ça le connait et c’est aussi une grande passion chez le jeune homme.

Lui aussi a bien voulu nous confier son ressenti sur ce championnat.

« Personnellement j’étais vraiment heureux d’être au Final Four mais surtout déterminé à gagner le titre. En fait le weekend aurait été un peu gâché si on n’avait pas été champions.

À la veille de la demi-finale je ressentais une tension particulière et j’étais un peu stressé mais dès que le match a commencé je n’y pensais plus en fait, je voulais juste gagner.

Lors du deuxième match, j’étais vraiment très concentré et c’est peut-être un manque de pression qui nous coûte le début… On s’est cru supérieurs à eux je pense, on était un peu trop sûrs de nous par rapport au match que Monaco avait joué la veille.

Pour la victoire, je pense que c’est avant tout une récompense pour toute l’équipe et les efforts que l’on a fait (sur le plan du basket mais aussi des efforts envers les autres) et au delà de l’année effectivement une consécration, par exemple on se connait avec Marius et Antoine depuis 3 ans ou 2 ans pour Alexandre Bouchet et Florian Fortas pareil.

C’est vraiment une récompense pour ces années de travail et du coup c’est aussi une grande fierté de pouvoir dire que l’on est champions de France. »

Gaspard au shoot du milieu du terrain

Gaspard au shoot du milieu du terrain

Vincent Lemeunier

Puis, il y a aussi Vincent Lemeunier, ce grand pivot de l’élan. Vincent lui a 17 ans et toutes ces dents… S’il n’était pas basketteur on se serait demandé pourquoi. Parce qu’il faut dire qu’il n'est pas petit le Vincent. Plus grand que Tony Parker, c’est d’ailleurs le plus grand de son équipe. Lui aussi décisif dans certaines situations, nous lui avons demandé de nous raconter son weekend.

« Alors premièrement en ce qui concerne le stress, comme notre qualification était acquise depuis plus d'un mois, on était tous bien préparés mentalement, donc à l'image de mes coéquipiers, j'ai abordé la demie-finale sans pression inutile. C'est à mon avis aussi pour cela que l'on a gagné sans trop de soucis.

Après pour la finale ça a été assez spécial. On a observé l'autre demie pour voir notre futur adversaire, et on a considéré qu’ils (Monaco) étaient faibles et qu'on allait presque gagner facilement. On est donc arrivés confiants pour jouer. Contrairement à d'autres joueurs, j'avais déjà perdu quelques finales, donc j'étais moins stressé qu'eux. Le stress est ensuite monté considérablement pendant la première mi-temps quand on a vu le niveau de nos adversaires et l'entame du match m'a surpris. J'ai personnellement été dépassé par l'évènement et la pression. En effet Monaco avait une défense ultra serrée et les joueurs ont totalement bloqué notre jeu. Et puis, on s’est vu déjà vainqueurs et je n'ai pas réussi à jouer à mon meilleur niveau.

Heureusement, beaucoup d'entre nous ont su rebondir et nous faire revenir dans le match.

Après la victoire, on a tous été submergés par une joie extrême...

Ce week-end a aussi représenté parfaitement notre saison. En dehors du terrain, avec les nombreux supporteurs et l'ambiance dans notre vestiaire, on ne pouvait pas attendre une meilleure atmosphère. Je pense que ça a eu un impact sur nos performances sur le terrain, et nous a permis de revenir dans cette finale.

C’est évidemment une superbe finale pour une superbe saison, avec un goût de revanche car on a battu une équipe qui accède en U18, division dans laquelle on méritait de jouer l'année prochaine. »

Nous remercions donc Marius, Gaspard et Vincent pour ces témoignages et nous leur souhaitons le meilleur pour la suite.
Vincent en défense (13)

Vincent en défense (13)

Retour à l'accueil