Le CO doit saisir sa dernière chance

Attention c’est une finale. Loin des paillettes de la fête du Stade de France le 13 Juin prochain, ce Castres-Brive est une finale pour le maintien bien que d'autres équipes y prétendent. Un point sépare les deux équipes au classement, malheur au vaincu donc même si les résultats des autres équipes pèseront aussi dans la balance.

Points à gagner, poings à perdre

On l’avait annoncé lors du match aller que ces Castres-Brive sont toujours très disputés et hargneux. Un match amical avec des cartons rouges ou un match à Castres l’année dernière avec trois cartons rouges : 2 à 1 pour Brive plus deux jaunes pour les corréziens qui avaient complètement disjoncté. Le contexte était différent, cette année les deux équipes sont dans le même panier, la tension sera décuplée, à M.Poite de maîtriser les acteurs. D’autant plus que lors du match aller, le CO avait la place de gagner et n’avait pas su gérer un match qui lui tendait les bras, demain cela sera différent, et les castrais peuvent profiter de plusieurs dynamiques depuis quelques semaines.

Le CO doit saisir sa dernière chance

Grosso, Kockott, Reggiardo et les chiffres

Il y a l’homme en forme au bord du terrain, Mauricio Reggiardo, avec qui le CO va mieux. Et il y a les hommes en forme sur les terrains : Rémy Grosso démolissant ses adversaires, marquant et remettant son équipe sur les bons rails. Il y aussi tous ceux qui ont fait la différence sur la fin de match à Toulon : Kockott et sa vista, décisif au pied quand il faut l’être, Lamerat et sa puissance et sa capacité à jouer debout mais aussi Diarra, Talès, Caballero, Wihongi et les autres. Ce sont ces cadres-là, annoncés chez d’autres clubs quand le CO était au plus mal, qui ont effacé les doutes et qui reviennent à leur meilleur niveau et sur qui le CO pourra à nouveau compter, tout comme ses supporters (photo ci-dessous).

Le CO doit saisir sa dernière chance

Pour parler de l’adversaire, « c’est une équipe qu’on craint » rapporte Rémi Talès. Même si sur les dix derniers matchs à Pierre-Antoine, Brive n’a pas fait mieux qu’un seul match nul en 2009 et a encaissé une moyenne de 31 points par match. Mais comme le CO, Brive a fait tourner son effectif la semaine dernière à Toulouse, preuve en est la déculottée 67-19, et cela sera donc deux équipes avec des joueurs frais qui seront alignées demain avec peut-être un avantage mental au CO qui a fini très fort son match à Toulon.

Bleus et blancs : la mobilisation est générale

Ambiance de phases finales pour jouer le maintien, le CO lance un appel à la mobilisation de ses supporters : rendez-vous à l’arrivée des joueurs dès 13 heures pour accueillir les combattants en musique avec un DJ puis concours du meilleur supporter à l’avant-match avec les meilleures photos diffusées sur l’écran géant. Rémy Grosso et Mauricio Reggiardo ont aussi lancé leur appel par le biais d’une vidéo ce matin, l’ambiance sera électrique, digne de ces dernières années où le chaudron de Pierre-Antoine a tant vibré au printemps pour les phases finales0

« Il n’y aura pas le bouclier au bout mais c’est la survie d’un club » qui va se jouer pour reprendre les mots de Rémi Talès. Ce sera « la fin d’une histoire humaine » à Pierre-Antoine pour le mélancolique Mauricio Reggiardo, qui voudra fêter le maintien samedi soir avec toute une ville.

Le CO peut être maintenu dès samedi soir si…

...le CO l’emporte avec le point de bonus offensif et que dans le même temps Bayonne rentre bredouille de Bordeaux avec 0 point. Au classement, Castres prendrait 5 points d’avance sur les basques et en cas d’égalité, le CO devancerait les bayonnais au goal-average particulier des deux confrontations directes.

Propos recueillis par Cyrille Masson.

Retour à l'accueil