En forme internationale, Rémi Talès a sans doute été l'homme de son dernier match à Pierre-Antoine
En forme internationale, Rémi Talès a sans doute été l'homme de son dernier match à Pierre-Antoine

Il y a quelques mois, ils n’étaient pas maîtres de leur destin, mais en recevant Brive, les castrais ont les cartes du maintien entre leurs mains. Un match qualifié toute la semaine de finale pour le maintien, et donc une ambiance de phases finales dans et aux abords du stade Pierre-Antoine.

Castres en confiance et en maîtrise

Rarement on a vu le CO avec autant de sérénité et qui a osé l’afficher, peut-être pour montrer qu’il était maître en son royaume. On a passé la vingtième minute de jeu et une pénalité dans les cordes de Rory Kockott, quand le staff demande trois points, se transforme en pénal’touche. Au bout de l’action c’est Rémy Grosso qui vient ouvrir le score. Bis repetita une dizaine de minutes plus tard, les joueurs prennent les choses en main et prennent la touche et Talès vient aplatir une deuxième fois pour le CO. Face à un tel Castres, Brive n’a pu lutter en première mi-temps. Sevrés de ballons, dominés en mêlée et approximatifs en touche, les corréziens ne rentrent que sur une score de 20-6 à la pause, indiscutable.

Au retour des vestiaires, c’est un autre Brive qui a enfin répondu présent après une mi-temps inexistante. Deux pénalités de Germain ramenaient les corréziens à huit points des castrais et tout était encore jouable jusqu’à ce que le CO se réveille. Dans le sillage d’un Marc-Antoine Rallier entré en fanfare, deux percées plein axe du talonneur ont désorganisé la défense briviste, le CO retrouvait de son allant.

Rémi Lamerat, percutant et étincelant, ses larmes à la fin veulent tout dire
Rémi Lamerat, percutant et étincelant, ses larmes à la fin veulent tout dire

Le poids des cadres

« On a la charnière de l’équipe de France aujourd’hui »analysait Mauricio Reggiardo après la rencontre. Kockott a été à son niveau mais Rémi Talès a été impérial. Efficace en attaque en marquant un essai et en distillant les bons ballons, il a exploité son jeu au pied à merveille et a attaqué divinement bien la ligne en se créant des intervalles. En défense il s’est montré infranchissable en rattrapant Masilevu qui filait à l’essai au terme de la première mi-temps. Bien sûr qu’il n’y a pas eu que lui : Lazar a envoyé Buys à l’infirmerie sur une mêlée où le pilier droit briviste en travers s’est fait concasséer; la troisième-ligne a été de tous les coups jusqu’à la blessure de Beattie. Et que dire des lignes arrières à qui on attribue les quatre essais : Grosso toujours performant en l’air et sur terre, Lamerat plus mordant que jamais, Combezou renversant, Sivivatu présent en défense, et Geoffrey Palis qui a pris le meilleur à son poste. Ce CO là a été impeccable.

Et maintenant ?

Le CO est libéré, délivré, facile de le dire maintenant, mais hier soir à Pierre-Antoine la fête a été belle : le charnière sortie en même temps a été ovationnée et le public castrais a remercié Rémi Talès qui partira l’année prochaine au Racing Métro. Le Racing Métro où le CO ira faire son voyage de fin d’année la semaine prochaine même si le sage argentin Mauricio Reggiardo ne veut pas y aller pour faire de la figuration. Il se dit même qu’il pourrait avoir sa statue sur une des places de Castres. Les supporters lui doivent bien un "Gracias por todo".

A l'image de Péjoine, Brive a le couteau sous la gorge
A l'image de Péjoine, Brive a le couteau sous la gorge

De l’arrivée ultra-chaude des joueurs au tour d’honneur, le CO a su renoué avec son public et sait désormais qu’il a une ville derrière lui pour jouer le Top 14 la saison prochaine. Quant à Brive, la situation est bien compliquée mais le CAB aura l’avantage du terrain face au Stade Français samedi prochain dans un trio à distance avec Bayonne et Grenoble pour le maintien.

A Castres (81). Stade Pierre-Antoine. 10 745 spectateurs. Arbitre : Romain Poite (Midi-Pyrénées).

25ème journée de Top 14. Coup d’envoi : 15h. Mi-temps : 20-6

-Evolution du score : 3-0, 3-3, 6-3, 13-3, 13-6, 20-6, 20-9, 20-12, 25-12, 32-12

Castres

Pénalités : Kockott 6’, 18’

Essais : Grosso 26’, Talès 37’, Palis 67’, Lamerat 71’

Transformations : Kockott 27’, 38’, 72’

Réussite : Kockott 5/6

Brive

Pénalités : Germain 15’, 29’, 43’, 52’

Réussite : Germain 4/4

Retour à l'accueil