Concentration avant le match
Concentration avant le match

Lyon n’avait encore jamais perdu à Brive. En 2011 il s’était imposé 15 à 12 et en PRO D2 l’année suivante, les Lyonnais avaient concédé le nul (19-19). Aujourd’hui, le CAB recevait ce même LOU dans une rencontre qui avait goût de phases finales pour les deux équipes.

Très bien lancé face au Racing-Métro mais avec un match sans à Oyonnax, les Brivistes ne devaient en aucun cas perdre face à des Lyonnais, qui quant à eux, espéraient prendre un point et même aller chercher une victoire car leur survie en TOP14 est pour le moment très incertaine. Mais contre toute attente, ce sont les hommes d’Olivier Azam qui dominent mais grâce à Gaetan Germain, les Brivistes s’imposent sur le fil, 22 à 20.

Le LOU
Le LOU

Lyon mène et domine

Le Lyon n’est pas mort ce soir, ça, c’est sûr et certain. Même si Brive ouvre le score avec son buteur Gaetan Germain, c’est le LOU qui domine, qui transperce, qui court et qui a l’envie d’aller chercher les points. Il a fait de Brive sa victime du jour et pendant toute la première période, les coéquipiers de Jérôme Porical imposent leur rythme, trouvent les intervalles, raffutent et font souffrir les Brivistes. Des Brivistes qui n’y sont pas du tout, qui semblent manquer d’envie, qui sont approximatifs et qui oublient de plaquer. Du côté du prédateur, il multiplie les temps de jeu et ça marche plutôt bien car George Smith aplatit dans l’en-but et après la vérification grâce à la vidéo, les Lyonnais mènent de quatre points. Puis, Stephen Brett enfonce le clou et en l’espace de deux minutes à peine, c’est le méchant LOU qui mène.

Menés sur leur pelouse, les joueurs de Brive rentrent aux vestiaires la tête basse. Guillaume Namy explique à la fin du match que les Brivistes se sont fait complètement « déborder en première période, si on prend 25 ou 30 points de plus c’est pareil et on s’est fait dépasser dans tous les domaines, dans les rucks, dans l’intensité et c’est un miracle qu’on s’en sorte à 10 à 3 à la mi-temps. » Jean-Baptiste Péjoine rajoute que les Lyonnais « ont fait une très bonne première mi-temps, où on a été désorganisé. » Pour Gaetan Germain, ces 40 minutes de jeu furent « très désagréables à vivre sur le terrain. »

Stephen Brett excellent ballon en main, Toby Arnold l'atout de LyonStephen Brett excellent ballon en main, Toby Arnold l'atout de Lyon

Stephen Brett excellent ballon en main, Toby Arnold l'atout de Lyon

Brive revient mais Lyon s’accroche

A la reprise, monsieur 100% réussit une belle pénalité, en effet, Gaetan Germain ne faiblit pas dans un domaine qui lui sourit tandis que Brett a déjà raté une pénalité. Mais, si Brive revient à 4 longueurs de Lyon, celui ci lance ses arrières et Sukanaveita bien servi aplati le cuir dans l’en-but. La panique s’empare quelque peu du public mais aussi des joueurs brivistes, va t-on recommencer avec le Brive de la première période ?

Non, puisque le Benito Masilevu se réveille enfin pour signer un essai répondant ainsi à son compatriote qui avait fait de même trois minutes auparavant. Un essai en coin mais un Germain qui enquille pour permettre à son équipe de recoller au score, un peu de réconfort pour les noirs et blancs et pour le 16 homme bien présent. Le buteur phare de Brive tape deux pénalités de plus et après avoir été mené pendant la première mi-temps mais aussi en seconde, les hommes de Nicolas Godignon passent devant au score.

La fin de match, elle, se résume à des pénalités et à ce jeu là, Germain prend l’ascendant sur son homologue lyonnais Brett. La sirène retentit et les Brivistes sont soulagés car ils ont gagné de deux petits points, 22 à 20. Un match trop brouillon et sans concrétisations où le LOU a brillé seul aujourd’hui. Thomas Acquier nous confirme le soulagement lorsque la sirène retentit, « on est très content à la fin et quand on voit qu’on est devant. On est passé très près de la correctionnelle. » François Da Ros explique que « face au Racing, nos remplaçants avaient amené le bonus, aujourd’hui les remplaçants ont apporté la victoire. » Un « ouf de soulagement » pour Nicolas Godignon qui renchérit en disant que « Lyon n’avait rien envie de lâcher car ils savent que ce TOP14 est compliqué, que personne n’est sauvé et que tout le monde joue sa survie et sa qualification. Ce TOP 14 est âpre, angoissant et dur. »

L'essai de Benito Masilevu

L'essai de Benito Masilevu

Des joueurs absents, beaucoup d’erreurs et très peu d’envie, les joueurs de Brive s’en sortent miraculeusement grâce à un Germain exceptionnel et un Koyamaibole qui a mis à mal la défense lyonnaise qui repart tout de même avec un point.

Retour à l'accueil