Rien ne passe, la paire de centres castraises est là pour vérouiller
Rien ne passe, la paire de centres castraises est là pour vérouiller

Cette fois elles ne se rencontreront pas trois fois mais ce n’est pas pour autant que l’écart entre Gaillac (4e) et Castres (8e) est si important. Au match aller, Gaillac l’avait emporté facilement à la maison mais en craquant physiquement sur les dernières minutes (31-8). Les castraises l’avaient remarqué. Elles ont aussi remarqué que leurs voisines sont comme elles, tarnaises, et elles aussi ont 15 paires de bras et 15 paires de jambes. Bien que quasi éliminées, les castraises satisfont depuis quelques temps en accrochant les meilleures équipes au stade du Rey, une pelouse qui leur réussit bien… L'engagement contre Gaillac allait être total.

C’est quand elles sont prises de haut, qu’elles répondent présentes. Les gaillacoises l’avaient annoncé, elles descendaient à Castres chercher les cinq points, elles qui jouent la qualification pour les play-offs. En face, les bleues et roses n’aiment pas se laisser faire bien que stagnant à cette dernière place.

Requinquées, remotivées avant d’attaquer les deux dernières journées de championnat, les castraises ont impressionné par leur début de rencontre. Très vite, elles ont mis la main sur le ballon et ont occupé le camp gaillacois. Dans le sillage de la capitaine Elodie Sanchez qui débordait sur la touche mais manquait le dernier coup de pied par-dessus, les castraises étaient opportunistes, osaient, ou même se satisfaisaient de mauls bien construits pour avancer. Mais moins pragmatiques, les CéRéFistes n’ont pu concrétiser leurs efforts, et la chance n’était pas avec Nadège Cabanes qui ratait la seule pénalité dans ses cordes.

Derrière la mêlée, le CRF a pris le dessus
Derrière la mêlée, le CRF a pris le dessus

Gaillac par la voie du pied

Les gaillacoises ont vite vu que devant le combat allait être perdu d’avance, face à un pack castrais des grands jours. Derrière, l’ouvreuse Delmas écartait quelques ballons, l’arrière Delpeuch rentrait dans la ligne, mais en face un mur se dressait face à elles. Seulement ce mur, quelques fois peu discipliné sur les phases de ruck, laissait filer les points au pied. Delpeuch, qui n’était pas à réussite à l’échauffement, enquillait quatre pénalités. Pour le reste, Gaillac n’a rien montré. Les débats était équilibrés en conquête, Séguier la demie de mêlée gaillacoise était bien muselée par son homologue Llauro puis remplacée par Mouronvalle (photo). Rien à faire pour Gaillac.

En face, les castraises n’ont pas su exploiter les quelques bonnes relances ou se débarrassaient trop vite du ballon par un pied un peu faiblard. Certes, il ne s’agit pas là d’une nouveauté, mais sur un terrain sec un peu plus propice au jeu, délaisser le pied pour la main aurait été plus judicieux.

Quand Castres agace Gaillac

Castres agace Gaillac, Lons aussi

On a senti de l’amertume côté gaillacois après la rencontre. Et peut-être même de la satisfaction côté castrais de ne pas avoir encaissé d’essais face à une équipe qui en espérait au moins trois. Une pauvre victoire 12-0 pour Gaillac, qui n’a eu comme Castres qu’une seule occasion de marquer. Seulement quatre points de pris, et un dernier match face à Bayonne qui s’annonce compliqué pour garder la quatrième place, voilà qui peut mettre Gaillac dans le doute d’autant plus que derrière Lons revient à trois points après sa victoire sur Bordeaux (28-27). Mais pour les béarnaises il faudra aller se dévoiler lors de la dernière journée à Ernest-Wallon face au Stade Toulousain pour tenter d’arracher cette quatrième place qualificative.

En ce qui concerne les castraises, elles continuent leur saison libérée, comme si de rien n’était, et se déplaceront à Bordeaux lors de la dernière journée pour offrir un baroud d’honneur aux joueuses qui quitteront le club. La saison 2015/2016 sera le début de nouvelle aventure, on l’espère plus joyeuse…

Castres Rugby Féminin 0

UA Gaillac 12

400 spectateurs. Terrain sec. MT : 0-6

Evolution du score : 0-3, 0-6, 0-9, 0-12

Pour Gaillac :

4P Delpeuch

Un derby c'est aussi bien des câlins...

Un derby c'est aussi bien des câlins...

...que de l'engagement !...que de l'engagement !
...que de l'engagement !

...que de l'engagement !

Retour à l'accueil