Brive sauve l'essentiel

Hier après-midi, Brive recevait Bayonne pour un match très important en vue du maintien. En effet, alors que les deux équipes étaient au coude à coude avant cette rencontre, voilà que le CAB a repris l’avantage et est désormais 9ème alors que l’Aviron Bayonnais entre dans la zone des relégables et revient bredouille de son périple en Corrèze où les Brivistes se sont imposés 25 à 9. Vainqueurs logiques mais quelques fois bousculés, les locaux ont su se réveiller à temps et grâce notamment à leur arrière, Gaëtan Germain, auteur d’un jeu au pied exemplaire et d’un essai transformé venu sauver ce CAB à 10 minutes de la fin de la rencontre et pourtant comme le dit l’arrière briviste, « à 20 minutes de la fin, on avait les visages fermés, mais Arnaud (Méla) nous a dit de positiver. Il y avait une sorte de faux rythme, mais on a su faire le dos rond et prendre des points. »

Alfie Mafi qui pense avoir marqué un essai
Alfie Mafi qui pense avoir marqué un essai

On commence fort, puis on s’endort…

De la brume et un ciel bien bas à 15h pour ce choc du bas de tableau, un froid glacial et des joueurs frigorifiés sur le terrain. Le match entre Brive et Bayonne commence avec des Brivistes qui essaient d’imposer leur rythme en s’appuyant notamment sur le génie Alfie Mafi capable de crochets spectaculaires et qui a par ailleurs tenu son rôle en défense. Il nous a notamment expliqué que le CAB « avait travaillé la défense cette semaine, alors peut-être que ce n’était pas très bon mais on a fait des progrès. »

Alors que quelques semaines plus tôt, on faisait l’éloge de la mêlée bayonnaise, en terre corrézienne c’est CAB qui domine, lui qui avait pourtant eu d’innombrables difficultés dans ce secteur. Une mêlée bleu ciel et blanche sanctionnée à plusieurs reprises et des locaux qui prennent l’avantage au score. Mais, il faut se méfier car du côté du Pays Basque il y a un ailier, petit et filou, qui cours très vite et qui trouve les trous au bon moment, son nom, Marvin O’Connor, très à l’aise ballon en main et qui a fait trembler la défense briviste. Mais cette défense a tenu le choc et notamment grâce au retour de François Da Ros ou encore grâce aux titularisations de Kieran Murphy, impérial en touche et dans les rucks, au poste de 3ème ligne et de Christopher Tuatara, passeur aux mains d’or pour Germain en seconde période, au centre. Car Brive n’avait pas le droit à l’erreur, « ils sont venus avec de réelles ambitions. » comme nous l’a confirmé Russlan Boukerou, lui aussi sur la feuille de match mais du côté des remplaçants.

Kieran Murphy et Marvin O'Connor
Kieran Murphy et Marvin O'Connor

Kieran Murphy et Marvin O'Connor

Scott Spedding, malchanceux face aux perches
Scott Spedding, malchanceux face aux perches

Cependant, si ce match a commencé fort devant et derrière, c’est dans une spirale lente et soporifique que les 30 joueurs vont nous entrainer. Une séquence d’essuies-glaces et toujours pas d’essais en vue. Alors certes c’est avec six points d’avance que Brive rentre aux vestiaires mais surtout avec de gros doutes qui se font sentir et également au sein du public corrézien.

Brive y arrive (enfin), Bayonne dans le brouillard.

A la reprise, tout le monde attend son équipe déterminée et envieuse d’une victoire à domicile. Les 11582 spectateurs ayant fait le déplacement attendent une pluie d’essais et une victoire bonifiée, ils espèrent que les coachs ont fait passer le bon message pendant la pause. Mais scénario presque catastrophique pour Brive qui reprend sur le même tempo que la fin de la première période et qui voit alors Bayonne recollait dangereusement au score. L’aviron, lui tente le tout pour le tout puisque ce dernier n’est pas venu perdre et pense même à la victoire car celle-ci serait extrêmement importante pour le maintien.

Mais Monsieur 100% est là. Gaëtan Germain qui jusqu’ici n’a raté aucune pénalité se voit servi d’un ballon sacré et aplatit le Graal dans l’en-but. Un cadeau inespéré et tardif pour le CAB qui s’éloigne et souffle un peu, tandis que Bayonne commence à s’enfoncer dans le brouillard avec notamment Scott Spedding (cheville) et Whitelock (bras) qui sortent sur blessures.

L’issue du match on la connait, alors que Bayonne trouve une bonne touche à la sirène, celle-ci est très bien captée par Brive, également très fort dans ce secteur où Bayonne pèche. Damien Neveu sort le ballon et tout le monde crie victoire. 25-9, aucun bonus et les Bayonnais qui rentrent directement aux vestiaires alors que les Brivistes eux font un tour du stade pour remercier leurs supporteurs.

Heureusement que Brive a gagné hier après-midi car quel drame si les hommes de Nicolas Godignon avaient encore une fois subi un revers à la maison. Effectivement, pour Nicolas Bézy, « perdre contre un club qui joue aussi le maintien, c’est déjà à lui, lui permettre de se mettre dans une position confortable et nous nous devons d’être intraitables à domicile. » Alors que le maintien n’est toujours pas assuré et que c’est en effet la priorité numéro une, tout le monde se demande, comment se maintenir avec un jeu qui peut basculer à tout moment, sans un rythme bien défini et avec tant de cafouillages ? Pour l’instant, Brive s’accroche tant bien que mal à la corde grâce notamment à sa victoire à Montpellier et à son point de bonus ramené de Grenoble. Mais jusqu’à quand ?

Alors « pas de ouf de soulagement » en ce qui concerne Nicolas Godignon mais un « bravo à Brive qui a su dominer et gagner » de la part de Scott Spedding.

Retour à l'accueil