@maxppp
@maxppp

15 février 2014 : Le temps d’un saut, c’est la planète toute entière qui retient son souffle. Un silence... avant l’explosion. Dix secondes qui sont entrées dans la très grande histoire du sport.

Qui pouvait lui contester cette place de numéro un français sur l’année civile ? A priori pas grand monde tant la performance du natif de Barbezieux fut immense. Personne dans l’histoire n’était monté aussi haut. Lavillenie a réalisé le saut parfait, « le saut d’une vie » pour beaucoup mais pas pour lui. Lui pense toujours pouvoir faire mieux. Le perchiste tricolore a battu d’un petit mais tellement important centimètre un record qui appartenait depuis 1993 à une véritable légende vivante : Serguei Bubka. Le français a détrôné l’ukrainien chez lui, sous ses yeux dans une salle de Donetsk surchauffée pour l’occasion.
Le français détient désormais le record du monde du saut à la perche avec 6m16 (plein air et salle confondus).

Un palmarès d’extraterrestre

Le palmarès d’«Air Lavillenie» fait mal aux yeux, donne le tournis. Rendez-vous compte ? A 28 ans il a déjà remporté les Jeux Olympiques, un championnat du monde en salle, dix titres européens (en comptant aussi ceux par équipes), quatre championnats nationaux sans oublier les cinq premières éditions de la Ligue de diamant du saut à la perche, équivalent d’une coupe du monde de ski. Il est celui qui a été le plus haut et fait partie des trois meilleurs perchistes de tous les temps.
Le meilleur ? On ne peut pas comparer son époque avec celle de Bubka.

«J’ai demandé 6,16 m parce que c’est le meilleur endroit pour battre le record de Sergueï Bubka, 21 ans après son record» Renaud Lavillenie, quelques minutes après son exploit.

Athlète européen de l’année

Cette saison, Lavillenie l’a dominé de la tête et des épaules. Pourtant, l’auvergnat a été écarté des pistes pendant plus de deux mois après une blessure contractée au pied le jour de son record. Dès son retour, il n’a laissé que des miettes à la concurrence. Renaud n’a pas pour habitude d’axer sa saison sur le mondial ou les europes, lui brille tout au long de l’année, de janvier à septembre et sur tous les concours comme en témoigne son écrasante victoire au classement général de la Ligue de Diamant. Six succès en sept manches pour un total de 28 points, son seul couac étant Stockholm où il a échoué trois fois à 5m60.

Un incident qui ne rapproche en rien le monde qui sépare Renaud de ses adversaires. Le plus proche, le grecque Filippidis termine à dix-sept points du clermontois. Lors du concours européen de Zurich, Lavillenie s’est imposé en franchissant 5m90, une formalité pour lui tandis que ses concurrents ne passaient pas la barre des 5m70. Plus impressionnant encore, il avait enchaîné dix-neuf victoires de rang avant l’épreuve suédoise...
Toutes ses performances lui ont valu le titre d’athlète européen de l’année par la fédération internationale (IAAF). Nul doute, 2014 était l’année Lavillenie.

Le détail du sondage : LE TOP 10 :
(avis recueillis auprès de cent Français qui disent suivre le sport régulièrement).

1 Renaud LAVILLENIE (28%)
2 Teddy RINNER (13%)
3 Paul POGBA (11%)
4 Pauline FERRAND-PREVOT (10%)
5 Martin FOURCADE (7%)
6 Karim BENZEMA (6%)
7 François PERVIS (5%)
8 Tony PARKER (4%)
- Joakim NOAH (4%)
10 Raphaël VARANE (3%)

Retour à l'accueil