« Quand chacun fait son boulot, on fait des matchs comme aujourd’hui »
« Quand chacun fait son boulot, on fait des matchs comme aujourd’hui »

C’était un match capital pour les deux équipes. Castres qui recevait Montpellier, s’est imposé 27-9 et débute bien la phase retour. A Montpellier, le silence est de retour.

La défaite à Clermont avait été encourageante. La frustration de ne pas avoir ramené de points a vite été oublié pour construire sur le positif. En face, Montpellier, malgré une victoire face au Stade Toulousain, est plein d’incertitudes quant à son avenir. Les coulisses ont transformé les acteurs.

Il est vrai que le CO n’a pas dominé les 80 minutes de bout en bout. Il a fallu quelques minutes au CO avant de bien rentrer dans son match. Pas épargné par les blessures de dernière minute (Gray, Montès…), c’est dans le sillage de Thomas Combezou et de son premier essai que le CO a pu asseoir sa domination sur la rencontre en étouffant le MHR. Comme un signe de cette asphyxie, les héraultais n’ont pas construit une seule action, et ont dû se contenter de renvoyer les ballons aux castrais qui les exploitaient en « jouant juste, avec cohérence et détermination » comme le rapportait David Darricarrère après la rencontre.

« On leur a posé beaucoup de problèmes » rajoutait l’entraîneur castrais. En face son homologue Fabien Galthié déclarait seulement : « on a mal enchaîné ». Dominés en mêlée, les montpelliérains n’ont pas joué, contrairement au CO qui a su exploiter l’avancée de son pack. « Quand chacun fait son boulot, on fait des matchs comme aujourd’hui » expliquait le charismatique Rodrigo Capo Ortega. Le match aurait pu basculer en faveur du MHR quand en deuxième mi-temps Evans commettait un en-avant sur une réception de balle d’école. L’écossais ne s’étant pas retourné vers son camp, le ballon giclait devant directement dans les mains de Yoan Artru qui filait à l’essai avant que l’arbitre de touche ne lève le drapeau. Il s’agissait là de la seule occasion de Montpellier, une occasion même pas à l’initiative des héraultais, c’est dire…

Fa'anunu et ses coéquipiers avancent vers le maintien
Fa'anunu et ses coéquipiers avancent vers le maintien

Proches d’un bonus offensif en fin de match, les castrais finissent l’année sur une bonne victoire encourageante avant la réception de La Rochelle. « On a fait un petit pas pour le maintien » ajoutait le capitaine uruguayen du CO, on parle même de « dynamique positive ». Mais paradoxe de la victoire, ou cohérence avec l'année, le CO finit 2014 à la 14ème place, à cause des victoires de ses principaux rivaux. C’est pour cela que Thomas Combezou se permettait de déclarer : « on va bosser plus pour une meilleure copie la semaine prochaine. Le groupe a pris conscience de la place où on était. »

Les anciens du MHR dans la lumière

Fa’anunu, Beattie, Combezou ont tiré le CO vers le haut face à leur ancienne équipe. « Les gros ont fait un gros boulot » se félicitait Rémy Grosso. Paea Fa’anunu, a tenu les 80 minutes comme son compère Mihaita Lazar à gauche et a aussi brillé dans le jeu en délivrant des passes dignes d’un centre. En huit, Johnnie Beattie s’est distingué en renversant ses anciens coéquipiers, rappelant les charges d’un Chris Masoe il n’y a pas si longtemps. Il est à l’origine du deuxième essai d’anciens montpelliérains. Franchissant le rideau, il a voulu donner à Thomas Combezou, un ballon intercepté mais cafouillé et finalement le centre inscrivait le doublé en fin de match. « C’est le meilleur week-end de toute ma vie je crois » déclarait le centre après le match. Car si « Zouzou », son surnom, a inscrit un doublé face à Montpellier, il est devenu papa ce week-end d’une petite Violette et voit plus que jamais la vie en rose du côté du Tarn…

Le CO finit bien 2014 pour mieux démarrer 2015

Retour de la défaite et silence à Montpellier

Ils ont mis du temps à venir en salle de presse, alors que les chants des castrais victorieux résonnaient, pas aucun signe de vie de la bande à Galthié. Ce dernier a quand-même été le premier à venir se présenter face aux micros alors que les castrais avaient fini leur tour. Le manager montpelliérain, encore sur la sellette après la victoire face à Toulouse, n’a pas trop évoqué son avenir dans la préfecture de l’Hérault. Quand on lui évoque les affaires des coulisses il répond : « je n’ai pas envie d’en parler » d’un ton plat. Et quand on renchérit pour savoir si le groupe pourrait être perturbé par tout cela, il ne « sait pas quoi dire ». Les arrivées de Jake White et de Shaun Sowerby sur le banc ont-elles perturbé Fabien Galthié ? Le président Mohed Altrad avait fait le déplacement et a passé le match sur le banc à côté de ses joueurs. Des réponses sont attendues dans les jours et semaines à venir.

A Castres (81). Stade Pierre-Antoine. 8703 spectateurs. Arbitre : Patrick Péchambert (Périgord-Agenais).

14ème journée de Top 14. Coup d’envoi : 17h. Mi-temps : 16-6

Evolution du score : 0-3, 7-3, 7-6, 10-6, 13-6, 16-6, 16-9, 19-9, 22-9, 27-9

Castres

Pénalités : Kockott 26’, 29’, 40’, 48’, 54’

Essais : Combezou 20’, 77’

Transformation : Kockott 21’

Réussite : Kockott 6/8

Montpellier

Pénalités : Iribaren 3’, 23’, 45’

Carton jaune : Iribaren 53’ anti-jeu

Réussite : Iribaren 3/4

Retour à l'accueil