Bastien Papon
Bastien Papon

C'est autour d'un petit café et une bande de copains que commence notre premier volet sur les jeunes du Sporting club Tulliste. Au menu des questions complètement décalées car avant d'être ailier, centre, deuxième ligne ou pilier, ces jeunes sont avant tout des phénomènes.

Pour ce tout nouveau concept, nous avons rencontré Bastien Papon, William Geraudie, Julien Rebotton, Anthony Demoulin, Mickaël Lagnoux, Benoit Le Calvez et Bertrand Lavenu. Tous les samedis matin, vers 11h, c'est au bar la Rotonde à Tulle que ces jeunes se retrouvent pour partager dans la joie et la bonne humeur.

Ainsi, hier matin, nous avons débuté cet entretien en demandant à ces joueurs ce qu'ils faisaient quand ils ne pratiquaient pas le rugby. Tous travaillent, à l'instar d'Anthony qui lui a repris ses études, pour certains, ils restent avec leur petite famille comme Mickaël, pour d'autres, ils doivent s'occuper de leurs colocataires tel Benoit avec William, quant à Julien, « moi ça fait 3 ans que je vais chez le kiné (rires) » mais pour tous, c'est le samedi matin autour d'un petit café ou d'un jus de fruit, comme nous le dit Bertrand, « ça fait 2 ans que ça dure et le groupe s'agrandit toujours un peu plus. » De plus, Bastien rajoute « quand on ne joue pas on arrive toujours à se faire un repas ensemble, comme on a fait dernièrement, un petit repas farcidures. (spécialité de la région) »

Avant de pratiquer le rugby, beaucoup on fait du judo ou de la natation, certains, du volley et du handball d'autres du foot et du tennis. Julien s'est distingué du lot avec son titre de vice-champion de France en catégorie minime en course d'orientation « et oui les gars à Font Romeu ! »

Ensuite, nous leur avons demandé à côté de qui ils s'asseyaient dans le bus, car comme on le sait, dans cette poule de Fédérale 1 où est Tulle, les déplacements sont parfois très longs, notamment lorsque le SCT est allé jouer à Lille, alors, il faut bien choisir son partenaire. Pour Bertrand, c'est Cédric Pouget, Anthony se met très souvent à côté de Fabien Domingo, Julien ne quitte pas son Benoit Vialle, Bastien et Mickaël se disputent « le phénomène Arnaud Noailhac » pour Benoit, c'est au fond du bus « il y a un coin belote avec Chabal (Loïc Lafont), Johan Rossolini, Didier Barry et Maxime Bossoutrot. » Et puis, il y a William qui lui préfère se mettre devant pour, d'après Julien, donner « des cours au chauffeur de bus », car William est lui-même chauffeur.

Mickaël Lagnoux et Julien RebottonMickaël Lagnoux et Julien Rebotton

Mickaël Lagnoux et Julien Rebotton

Bon et mauvais souvenirs.

Qui dit rugby depuis petit dit forcément bons et mauvais souvenirs. Pour Bertrand, Benoit, Mickaël et William, le meilleur souvenir c'est la montée en Fédérale 1, « une consécration » d'après Benoit. Pour les autres, ce sont des souvenirs plus personnels avec leurs anciens clubs. Par exemple, Anthony nous parle de la rencontre « Aurillac-Bordeaux au Stade Jean Alric (à Aurillac) » sous le regard admiratif des autres, puis Julien c'est « en espoirs avec Aurillac, demie-finale contre le Racing métro, on la perd mais super souvenir parce que c'était une grosse équipe en face. » Et enfin, Bastien nous relate son titre de « champion de France avec Argentat en cadet. » Ensuite, tous se sont remémoré les pires souvenirs qu'ils avaient pu avoir en faisant du rugby. Certains parlent de défaite, c'est évident qu'une défaite et une déception en soi. Pour Benoit c'était « c'était en crabos en quart de championnat de France contre Toulouse, on perd assez logiquement, mais j'ai eu la chance de jouer contre des mecs qui évoluent en top14 maintenant : Galland, Bézy... » Pour Bastien c'est le quart de finale perdu contre Lormont, « même si malgré tout on monte en Fédérale 1 c'est la défaite la plus amère que j'ai pu ressentir depuis que je joue au rugby. » Anthony et William se souviennent pour l'un, « d'une année difficile à St- Junien, l'entraineur qui démissionne et puis toutes les galères qui s'enchainent.» pour le second, « mon passage à Marseille qui a durait 2 mois, le club a mis la clé sous la porte. » Pour Mickaël et Julien ce sont les blessures, « ligaments croisés » et « les 3 blessures en 3 ans. »

Rituels, qualités et défauts.

Parfois, avant de commencer un match, les jeunes ont leur rituel pour la préparation ou alors pour la concentration. Le petit rigolo de la bande, Bertrand nous dit qu'il « vérifie 5-6 fois » dans son sac pour voir s'il n'a rien oublié. Julien et Bastien eux, n'aiment pas rester sur place « je préfère regarder la réserve qui joue, marcher un peu, écouter de la musique » nous explique Julien. Benoit, Anthony et Mickaël arrivent toujours un peu tôt pour « se mettre dans sa bulle et se concentrer » d'après Benoit, « mettre du strap » pour Anthony et « rester peinard dans son coin » renchérie Mickaël. Quant à William, un peu maniaque il faut l'avouer, il « répète les mêmes gestes et s'entraine beaucoup. »

Nous avons demandé à ces jeunes joueurs de se trouver une qualité et un défaut chacun. Bertrand a commencé en disant qu'il était très « ponctuel » ce qui a beaucoup fait rire les autres. Benoit est « humain », Anthony « rigoureux » comme son joueur préféré Fabien Pelous, Mickaël « gentil », Julien « simple », William « disponible » et Bastien « aimable. » Nous sommes passés ensuite aux défauts, Bertrand s'est qualifié de « trop gentil », Benoit de « sanguin » ce qui se retrouve sur le terrain, Anthony d' « impatient » tout comme William, Bastien et Julien sont eux, très « têtus » et puis Mickaël est « rancunier. »

Benoit Le Calvez et Anthony DemoulinBenoit Le Calvez et Anthony Demoulin

Benoit Le Calvez et Anthony Demoulin

Musique, films, pêchés mignons, surnoms et plus grosse honte.

Comme dans tout entretien décalé, nous en sommes venus à parler de musiques, de films, de pêchés mignons ou encore de surnoms. Julien a eu la palme d'or avec « un bon Sébastien Patoche, ça ne mange pas de pain. » Nous avons découvert qu'Anthony appréciait « le Père Noël est une ordure » ou que Mickaël affectionnait « la 7ème compagnie », mais c'est encore Julien qui remporte la médaille avec « je suis une légende » où tous ont éclaté de rire. Julien s'explique, « Will Smith c'est la base ! » En ce qui concerne les pêchés mignons, tous se sont mis d'accord pour du bon « saucisson avec des gâteaux apéro, du vin, du fromage », Mickaël a rajouté « la crème brûlée. » Puis, nous sommes arrivés à la fameuse question des surnoms, « Couscous » pour Bertrand, « Micka-Mike » c'est Mickaël, Julien fait simple avec « Juju », Bastien et William également avec « Babasse » et « Geraude » ou encore « Maniaque » pour William, ce qu'il lui va à merveille. Anthony en tant que deuxième ligne se fait appeler « Averell » ou encore « la Poutre » mais le plus original est bien celui de Benoit « Pottok » comme le poney basque. Par ailleurs, les garçons se sont confiés sur leur plus grosse honte et bien sûr, la « Poutre », Benoit ou encore Beber (Bertrand), remportent haut la main le concours de la plus grosse honte. Anthony nous raconte « l'année dernière, quelqu'un est venu me parler et je l'ai reconnu, on a commencé à discuter et puis il m'a demandé si j'étais toujours à Tulle, je lui ai répondu que oui et je lui ai demandé s'il était toujours à Malemort, il m'a répondu « mais moi je ne joue plus au rugby. » En fait ce n'était pas la personne à laquelle je pensais. » Quant à Benoit, « je nageais et j'ai perdu mon maillot dans une vague du coup j'ai dû remonter toute la plage à poil. » Bertrand, lui, c'est « lever la main dans la rue quand on klaxonne alors que ce n'est pas pour moi. » Et puis, il y a William Geraudie qui lui préfère sortir des phrases atypiques comme « aimable comme une porte de maison. »

Pour finir, nous allons conclure ce premier volet par, qui est le plus...

  • physique ? « Momo » Mosese Moala

  • dragueur ? « Benoit Le Calvez », Benoit a renchéri en disant « c'est pas vrai. »

  • drôle ? « Julien Pechadre »

  • feignant ? « Mathieu Farfart »

  • fêtard ? « Joachim Lafont »

  • râleur ? « Benoit Vialle »

Encore un grand merci à tous pour votre disponibilité.
La bande hier à La Rotonde (en partant de la gauche  : Bertrand, Benoit, Mickaël, Anthony, Julien, William et Bastien.)

La bande hier à La Rotonde (en partant de la gauche : Bertrand, Benoit, Mickaël, Anthony, Julien, William et Bastien.)

Retour à l'accueil