Le CRF prend une claque méritée

Hier à Castres, pour leur deuxième match à domicile, les castraises recevaient Nérac, lanterne rouge de la poule, dans un choc pour le maintien. Nérac a créé la surprise en s’imposant sur le fil 16-15.

Satisfaites d’une première mi-temps réussie face à l’ogre bayonnais, les castraises ont eu toute la semaine pour préparer la venue de Nérac, concurrentes aussi dans le but du maintien. L’objectif clairement énoncé sur toutes les lèvres castraises était les 5 points d’une victoire bonifiée, pour creuser un plus l’écart sur ces rivales.

Tout commençait bien, quoique…

Ouvrant le score rapidement sur pénalité de Nadège Cabanes, le CRF donnait le ton. En face, Nérac avait du répondant et égalisait à la suite. Les tarnaises mettaient alors leur jeu en place en écartant un maximum les ballons pour tenter de déborder la défense. Résultat : une incursion dans les 22m adverses mais une occasion vendangée par une stupide faute dans un ruck. Castres allait procéder différemment : une chevauchée de Sandra Albouy (photo) dans le dos de la défense, bien que ralentie par une main tirant le maillot, le peu de soutien ne permettait pas de conclure l’action. Ces assauts à répétition en première mi-temps ne furent pas dignement concrétisés. Le piètre score de 3-3 à la mi-temps, ne reflétait pas l’envie et la domination castraises, un problème symptomatique cette saison de ne pas concrétiser les temps forts.

Le CRF prend une claque méritée

Castres crève l’écran

La deuxième mi-temps commençait tambour battant. Le CRF suivait la même dynamique et récompensait ses efforts par un premier essai de Sophie Bardy. Non transformé par Cabanes, le CRF repartait au charbon, dans la quête de cette fameuse victoire bonifiée, et à l’approche de l’heure de jeu, inscrivait un second essai grâce à la capitaine Elodie Sanchez. Avec la transformation réussie, 15-3, l’écart était fait, il restait un peu plus de vingt minutes pour en marquer un troisième et inscrire les 5 points de la victoire. (Largement) Faisable.

… puis crève de sommeil

Ou était-ce tout simplement sursaut d’orgueil néracais ? Les noires et jaunes remontait progressivement leur retard à coups de pénalité, pendant que le CRF semblait s’endormir sur ses acquis, comme si la victoire était déjà assurée, pire, comme si le bonus était déjà assuré.

Le CRF prend une claque méritée
Le CRF prend une claque méritée

Sauf qu’à 15-9 dans les dix dernières minutes, il aurait fallu un réveil tonitruant pour éviter le cauchemar qui approchait. Tentant de repousser les assauts des lot-et-garonnaises, les tarnaises faillirent. Une mêlée à 5m de leur en-but, Nadège Cabanes qui ne pouvait dégager son camp à cause d’une bonne montée défensive, et Nérac reprenait la possession. Sur la mêlée qui en découlait, bien jouée, le choc fut brutal, et jeta un coup de froid sur le stade et ses supporters. Grâce à la transformation de la buteuse néracaise, les visiteuses repassaient devant d’un point, d’un tout petit mais suffisant : 16-15. Deux minutes à jouer, la pression était trop forte sur les castraises pour inverser la tendance de fin de partie.

L’exploit d’un côté, la désillusion et les reproches de l’autre, un match de rugby, même féminin, n’est jamais joué jusqu’à la fin des 80 minutes. Les castraises qui avaient pris de haut les néracaises, sont tombées au plus bas, et elles n’ont pas d’excuses pour expliquer cet échec, juste un sentiment d’énervement contre elles-mêmes qu’il faudra utiliser pour aller créer un exploit dimanche prochain à Lons, pour le dernier match du triptyque d’Octobre.

Castres Rugby Féminin 15 (BD)

US Néracaise 16

200 spectateurs. Léger vent. Terrain sec. MT : 3-3

Evolution du score : 3-0, 3-3, 8-3, 15-3, 15-6, 15-9, 15-16

Pour Castres :

2E Sanchez, Bardy. 1P 1T Cabanes

Pour Nérac :

1E, 1T, 3P.

Les néracaises se sont accrochées, sacrifiées, cela a payé.
Les néracaises se sont accrochées, sacrifiées, cela a payé.

Les néracaises se sont accrochées, sacrifiées, cela a payé.

Retour à l'accueil