Cadel Evans, l'ambassadeur

25 septembre 2014 : Le vainqueur du Tour de France 2011 annonce qu'il va mettre un terme à sa carrière pour devenir ambassadeur de l'équipe BMC. Quoi de mieux que conclure en lançant SA course, la Cadel's road race ?

Le passage du VTT à la route : Déjà ambassadeur

Cadel va donc devenir un ambassadeur, mais n'a t-il pas déjà lancé une mode de plus en plus courante dans le peloton ? Il est vrai que depuis quelques années beaucoup de coureurs issus du BMX, cyclo-cross ou bien du VTT tentent de réussir une carrière sur route. Si l'australien n'est pas le premier à avoir fait ses gammes autre part que dans la discipline phare du cyclisme, il est certainement celui qui a le mieux réussi la transition. Vainqueur à deux reprises de la coupe du monde de vélo tout terrain (1998-1999), il a ensuite atteint le Graal suprême en matière de cyclisme le 24 juillet 2011 en remportant le Tour de France à 34 ans. A l'instar d'Evans, le britannique Sir Bradley Wiggins a lui aussi remporté le Tour (en 2012) après s'être révélé hors de la route (multiple champion olympique et mondiaux sur piste). Aujourd'hui, bon nombre de cyclistes majeurs du circuit ont un passé de vététiste comme Peter Sagan ou bien encore le 2è du dernier Tour de France "jicé" Peraud. Evans a montré la voie, à la jeunesse de prendre le flambeau.

Evans a aidé au développement du cyclisme australien

On peut également faire une autre affirmation à propos de l'héritage que laissera Cadel Evans au cyclisme, plus particulièrement au cyclisme australien. Jamais le pays des kangourous n'aura compté autant de coureurs dans l'élite qu'à l'heure actuelle, et Evans n'y est pas étrangé. Grande nation sur piste, l'Australie ne l'était pas encore sur route au début des années 2000 et ce, malgré des pionniers comme Phil Anderson dans les années 80-90. Lorsque Cadel Evans démarre sa deuxième carrière, l'Australie est plutôt porté par des sprinteurs tels que Stuart O'Grady ou Robbie McEwen. Toutefois, la nation a changé sa philosophie de formation au moment où Evans s'est imposé comme un potentiel vainqueur du Tour en 2005-2006. Avant lui, aucun coureur n'a pu peser au classement général de la grande boucle. Le natif de Katherine a bien cru ne jamais parvenir à son but ultime... en terminant 2 fois second (dont une à 23 secondes du maillot jaune en 2007). Le titre de champion du monde en 2009 (le premier de son pays) à tout changé dans la façon de courrir de Cadel. L'arc en ciel l'a transformé, changant son statut de looser du cyclisme en héros national un après-midi de juillet 2011.

La cadel's road race comme clape de fin

Lors d'une conférence avec son équipe (BMC) fin septembre, l'ex champion du monde annonce qu'il mettra un terme à sa carrière le 1er février au soir de la première édition de la Cadel Evans Great Ocean Road race. Une nouvelle course inspirée par le format du prestigieux printemps classics de l'Europe. L'épreuve se disputera autour de Geelong avec notamment un passage dans Torquay la ville natale du champion australien. Evans raccrochera la route deux semaines avant de fêter ses 38 ans (14 février), et pourra se consacrer avec envie à sa nouvelle carrière.

Crédit photos : Site officiel de Cadel Evans

Cadel Evans, l'ambassadeur
Retour à l'accueil