La capitaine Elodie Sanchez à l'action
La capitaine Elodie Sanchez à l'action

Après la déconvenue survenue au Stade Toulousain dimanche dernier, le temps était au rachat pour le Castres Rugby Féminin hier face à Tarbes. Un premier match à domicile crucial en cette deuxième journée d’Elite 2 puisque les tarbaises luttent elles aussi pour le maintien.

Une équipe remaniée à cause des blessures

La douloureuse défaite à Toulouse a laissé des traces : Marion Costes à l’arrière et Manon Courroy en deuxième-ligne s’étant blessées, les entraîneurs castrais ont dû composer avec une deuxième-ligne inédite mais de choc composée d’Aurélie Maurel et d’Audrey Bral habituellement pilier droit. Les castraises ont été monstrueuses, faisant reculer les tarbaises à chaque impact, autant en mêlée que dans le jeu.

Pourtant, les castraises ont rencontré le même problème qu’à Toulouse : la concrétisation. En première mi-temps, malgré les beaux efforts des avants, jamais le CRF n’a su franchir la ligne d’en-but. Face à elles, c’était pire. Les tarbaises ont eu des ballons, de longues possessions, mais ont buté sur une défense castraise bien en place. Les pyrénéennes lâchaient des ballons au pied en signe de dépit tant le mur bleu et rose était infranchissable. 0-0 à la mi-temps, un piteux score qui ne reflétait pas les envies de jouer en première mi-temps.

Une troisième-ligne qui avance, la machine qui suit

En deuxième mi-temps, le CRF va s’appuyer sur ce qui fonctionne : l’usure. Le gros travail du cinq de devant a su concentrer la défense pour mieux l’exploiter ensuite. Derrière, la troisième-ligne Roques-Albouy-Bardy a été perforatrice et imperméable. A plusieurs reprises elle a franchi le premier rideau tarbais. C’est même elle qui est à l’origine du premier et du seul essai de la partie : une percée plein axe de Sandra Albouy, bien relayée par Muriel Delpech. Derrière, les tarbaises désorganisées n’ont pu empêcher l’essai de la pilier droite Sarah Marty. La patience castraise aura payé mais en il restait plus de vingt minutes dans le match, rien n’était fait : d’un côté, on pouvait encore creuser l’écart, de l’autre on pouvait repasser devant puisque l’essai n’était pas transformé.

Mais c’était sans compter encore une fois sur cette défense infaillible. La défense castraise a cette fois-ci gagné le match. Les tarbaises ont pourtant campé quelques minutes en fin de match dans le camp castrais mais ont été une nouvelle fois repoussées. Les castraises, malgré des imprécisions offensives, ont retrouvé des couleurs et de la confiance avant d’aller affronter Bayonne dans quinze jours, un déplacement périlleux face aux favorites de la poule 2, championnes de France en titre d’Elite 2.

Nouveau maillot et première victoire

Fallait-il y voir un symbole ? Attendaient-elles le nouveau maillot et le premier match à domicile pour s’imposer ? Les castraises ont affronté Tarbes avec un nouveau maillot, abandonnant le bleu marine et les bandes roses, pour un bleu royal et des manches roses. En bas de la nouvelle tunique se dressent les fameuses maisons sur l’Agout, qui s’étaient retrouvées sur le maillot champion de France du Castres Olympique il y a deux ans. Faut-il y voir un présage pour la suite ?

Castres Rugby Féminin 5

Stado Tarbes Pyrénées Rugby Féminin 0 BD

300 spectateurs. Vent et soleil. MT : 0-0

Pour Castres :

1E Marty

Rien ne passe à travers la défense castraise

Rien ne passe à travers la défense castraise

Sandra Albouy, la percée qui amènera le seul essai du match

Sandra Albouy, la percée qui amènera le seul essai du match

Retour à l'accueil