Tulle n'a pas à rougir.

Dimanche après-midi, devant plus de 2500 personnes et sous un beau soleil, les équipes de Nationale B et de Fédérale 1 de Tulle affrontaient celles de Nevers. Et autant dire que ce n'était pas simple. Avec l'un des plus petits budgets de la Fédérale 1, face à l'ogre de la Nièvre, les Tullistes se sont tout de même bien battus. Dominé du début à la fin, le SCT a su accrocher son adversaire, un des plus coriaces dans une poule très relevée.

Quatre essais partout.

Pas de jaloux dans ce match et un régal pour les yeux avec du beau jeu des deux côtés du terrain. En effet, les joueurs de Nevers ont marqué quatre essais (Autagavaia, Bastide x2, Bonvalot) et ceux de Tulle également (Menabdishvili x2, Lagnoux x2). Même si le Sporting s'incline 29-37, les hommes de Stéphane Ferrières n'ont rien à se reprocher si ce n'est deux trois petites fautes par ci par là. Mais à trois reprises, en plus des quatre essais, ce sont des tullistes qui se sont arrachés pour aller aplatir le cuir dans l'en-but adverse. Malheureusement à trois reprises, l'arbitre refusa l'essai. Pourtant, cela n'a pas coupé l'envie aux locaux de venir titiller les cadors de la Fédérale 1. Car oui Nevers était le gros morceau, avec notamment une deuxième place de leur poule lors de la saison dernière et un quart de finale du championnat de France de Fédérale 1.

Tulle reste donc sur une victoire à l'extérieur face à Bergerac et une défaite à la maison. Les Corréziens sont pour le moment 7ème à égalité de points avec Périgueux. Dimanche prochain, ce sera jour de derby car le SCT affrontera l'USAL.

Simon Azoulai et Benoit Le Calvez déçus / Simon Azoulai, remplaçant de Jérôme Bonvoisin / Benoit Vialle à la bagarre avec un joueur de Nevers / Bastien Papon a presque passé toutes les pénalités
Simon Azoulai et Benoit Le Calvez déçus / Simon Azoulai, remplaçant de Jérôme Bonvoisin / Benoit Vialle à la bagarre avec un joueur de Nevers / Bastien Papon a presque passé toutes les pénalités
Simon Azoulai et Benoit Le Calvez déçus / Simon Azoulai, remplaçant de Jérôme Bonvoisin / Benoit Vialle à la bagarre avec un joueur de Nevers / Bastien Papon a presque passé toutes les pénalités

Simon Azoulai et Benoit Le Calvez déçus / Simon Azoulai, remplaçant de Jérôme Bonvoisin / Benoit Vialle à la bagarre avec un joueur de Nevers / Bastien Papon a presque passé toutes les pénalités

Les hommes du match :

Si nous ne devions qu'en choisir un, ça serait s'en réfléchir Giorgi Menabdishvili, le pilier du SCT. Il

a été omniprésent à l'avant, tenant parfaitement ça mêlée et marquant également deux essais. Giorgi est sorti sous les applaudissements du stade. Un autre jeune joueur qui s'est distingué par une régularité et plusieurs excellentes percées, c'est Benoit Vialle. Sa vitesse et sa tactique de jeu ont su parfaitement amener, par deux fois, Mickael Lagnoux vers l'en-but. Nous pourrions citer également Fabien Domingo et Bastien Papon, auteur d'un très bon jeu au pied.

Giorgi Menabdishvili et Benoit VialleGiorgi Menabdishvili et Benoit Vialle

Giorgi Menabdishvili et Benoit Vialle

Nous avons également eu la chance de croiser Jérome Bonvoisin et nous avons recueilli ses réactions après le match.

« Je suis très content, j'ai fini ma carrière ici à Tulle, donc ça me fait plaisir de venir soutenir les copains. Je trouve qu'ils ont fait de bonnes choses. Aujourd'hui, on a rencontré une belle équipe, mais j'ai senti que notre équipe avait su être réaliste, on leur marque quatre essais, on peut s'appuyer sur de bonnes choses, en conquête on a été aussi bons qu'eux. Cette équipe a montré qu'elle avait les moyens de se maintenir et de bien se maintenir dans cette poule. Je les ai senti bien, ils ont fait un gros match parce qu'il y avait une équipe en face qui était bien en place qui avait d'autres ambitions que celles du Sporting. Une conquête qui a été plutôt bien et des garçons qui n'ont rien lâché du début à la fin, après, c'est une question de détails, de ballons perdus. Il faut continuer et travailler pour gommer ces détails. L'état d'esprit du groupe est toujours aussi bon et on voit que les gars ont envie. L'objectif c'est d'assoir le club en Fédérale 1 et ça passe par le maintien. »

Stéphane Ferrières, l'entraineur de cette équipe Tulliste, a aussi répondu à nos questions.

« Je suis fier de mes joueurs. On avait peur de se faire manger tout cru, mais on a offert une belle résistance, avec beaucoup de courage. En ayant pas les mêmes moyens, pas la même dimension, on s'est défendu avec nos armes, avec le cœur. Après on échoue à un point du point de bonus qui malheureusement nous aurait permis de rester en haut du classement, on perd l'avantage de notre victoire à Bergerac. Il va falloir retravailler sur les semaines à venir pour essayer de se remettre un petit matelas de points, mais on sait que c'est difficile. Nevers a dominé et on a vu la différence en première mi-temps surtout où Nevers arrive à marquer trois points alors qu'ils n'ont même pas franchi la ligne médiane. Mais on s'est accroché jusqu'au bout. »

les deux entraineurs

les deux entraineurs

Retour à l'accueil