Castres assure

Bléssés, dominés, humiliés, depuis deux semaines avec deux sévères défaites à Montpellier et à La Rochelle, le CO recevait Oyonnax pour tenter de laver l’affront et rebondir depuis sa place de lanterne rouge du championnat.

Non il n’y a pas d’affolement au CO mais une peur de tomber encore plus bas. La 14ème place n’est qu’anecdotique : Toulouse a lui aussi subit 4 défaites, Brive a eu un match de plus à domicile ainsi qu’une défaite de plus à la maison que les castrais. Cette 14ème place reflète juste le calendrier difficile du CO avec ces déplacements périlleux. La réception d’Oyonnax ne s’annonce pas facile même si les Oyomen n’ont pas voyagé avec leurs hommes forts que sont Lassalle et Urdapilleta.

Vaillants dans le combat et réalistes, Oyonnax a posé des problèmes au CO : en ouvrant le score par Lespinas puis à chaque incursion dans le camp castrais. L’ouvreur de l’Ain a été l’homme du match parmi son équipe en inscrivant les 18 points par cinq pénalités et un drop.

L'habituelle fébrilité castraise

Côté castrais la mêlée n’a pas très bien fonctionné encore une fois. La sortie de Paea Fa’anunu après une dizaine de minutes de jeu n’a pas arrangé les choses. Pourtant c’est en force que le CO marque son premier essai : suite à une touche et maul, Brice Mach aplatit à la 25ème minute alors qu’Oyonnax était réduit à quatorze (carton jaune contre Namacek). Sauf que derrière le CO a balbutié son rugby : trop brouillons, trop imprécis, les castrais n’ont pu enfoncer le clou et le score à la mi-temps reflétait bien la physionomie du premier acte.

La victoire peine à se décider, Romain Cabannes déclarera : « c’est encore très limite ». La deuxième mi-temps du CO est en demi-teinte. « L’excès d’engagement ou de nervosité », dixit Romain Cabannes, est source de deux cartons jaunes pour le CO : un premier pour Bornman pour un plaquage dangereux sur Wannenburg son ancien coéquipier, puis un second pour Diarra suite à des fautes à répétition.

Le CO reste « solide en défense, solidaire, courageux » pour l’entraîneur David Darricarrère et trouve la solution sur un ballon perdu en touche par Oyonnax : Kockott suit le ballon, le capte et file vers l’en-but donner de l’air à ses coéquipiers. Derrière la défense bien que solide, encaisse et voit revenir Lespinas et ses coéquipiers à coups de trois points.

Castres assure

Pas totalement rassuré le CO...

Pour se donner de l’air, quoi de mieux encore une fois que d’appeler Rory Kockott. Sur les tablettes du XV de France, le demi-de-mêlée castrais permet d’assurer la victoire des siens. Selon Rémi Talès, il fallait « repasser par ce jeu fermé mais efficace pour se remettre en confiance. »

Chose faite ou pas, l’équipe s’est-elle ressoudée comme l’annonce l’ouvreur castrais ? Il y a des signes qui pourrait le contredire : sur l’essai de Kockott, Rémi Lamerat vient le congratuler brutalement, certes, mais la réaction du demi-de-mêlée est inquiétante de l’état d’esprit régnant dans l’équipe : le sud-africain repousse violemment son centre alors qu’il y a quelques mois en arrière, sa réaction aurait bien pu être plus douce.

Le CO assure, mais s’est-il rassuré ? Réponse sera donnée le week-end prochain avec ce déplacement à Lyon, périlleux pour un treizième qui recevra le douzième.

A Castres (81). Stade Pierre-Antoine. 7400 spectateurs. Arbitre : Patrick Péchambert (Perigord-Agenais).

6ème journée de Top 14. Coup d’envoi : 18h30. Mi-temps : 13-6

Evolution du score : 0-3, 3-3, 3-6, 6-6, 13-6, 13-9, 18-9, 18-12, 21-12, 21-15, 21-18, 24-18, 27-18

Castres :

Pénalités : Kockott 8’, 19’, 55’, 71’, 75’

Essais: Mach 25’, Kockott 48’

Transformations : Kockott 26’

Cartons jaunes : Bornman 44’, Diarra 68’

Réussite : Kockott 6/9

Oyonnax :

Pénalités : Lespinas 3’, 17’, 43’, 53’, 59’

Drop : Lespinas 66’

Carton jaune : Nemecek 23’

Réussite : Lespinas 5/6

Retour à l'accueil