Benito Masilevu et son éclair de génie
Benito Masilevu et son éclair de génie

Ça y est, les Brivistes ont renoué avec la victoire hier après-midi au Stadium Amédée Domenech. Ils arrachent une victoire face aux Toulousains, une victoire qui fait énormément de bien au moral comme l'ont souligné tous les joueurs. Mais ça n'a pas été simple, car les hommes de Guy Novès sont arrivés ici à Brive avec l'intention de repartir avec un bonus. Après leur défaite à la Rochelle, c'est encore un échec et les noirs et rouges repartent bredouille de la Corrèze.

Peu ou presque plus d'indiscipline et merci Mignardi.

Les supporteurs ont retrouvé leur équipe, une équipe qui joue et qui ne se fait presque plus sanctionner. De bons temps de jeu, une bonne défense et des joueurs requinqués, le CAB n'a pas flanché en première période et a même dominé. C'est d'ailleurs à la 20ème minute, qu'Arnaud Mignardi a aplati le cuir dans l'en-but. Ce fut l'euphorie dans le Stade, 12570 supporteurs étaient venus encourager leur équipe. Mignardi avait échappé le ballon peu de temps avant et pour se faire pardonner, il a inscrit le premier essai, Germain transforme et Brive commence à creuser l'écart face à son adversaire. Ensuite, ce fut un duel de buteurs, en face, un anglais et tout le monde sait que les buteurs anglais sont excellents. Flood et Germain ont passé une pénalité chacun. Puis c'est ce même Flood qui a écopé d'un carton jaune pour un plaquage haut sur Malakai Radikedike. Germain enquille, et à la mi-temps, les Corréziens mènent de 10 points, 16-6.

La joie de Malakai Radikedike quand Arnaud Mignardi inscrit le premier essai / Gaetan Germain a lui inscrit 16 pointsLa joie de Malakai Radikedike quand Arnaud Mignardi inscrit le premier essai / Gaetan Germain a lui inscrit 16 points

La joie de Malakai Radikedike quand Arnaud Mignardi inscrit le premier essai / Gaetan Germain a lui inscrit 16 points

En deuxième période, Toulouse se fait plaisir et Masilevu s'envole.

A la reprise, les choses deviennent compliquées pour les Brivistes qui voient les Toulousains camper dans leurs 22 mètres. Ce qui devait arriver arriva, lorsque le deuxième ligne des rouge et noir marqua le premier essai de la seconde période. Edwin Maka, après de nombreux temps de jeu et une défense Briviste regroupée sous les perches, trouva la faille sur le côté droit. A ce moment là, le doute plane sur le Stadium Amédée Domenech, il reste quelques minutes et le score est de 19-19. Tout le monde retient son souffle car les Toulousains en redemandent et ne cessent de venir titiller les coujous dans leur camp. Mais, à la 74ème minute comme lors du match face à Clermont, le prodige Benito Masilevu passa ses adversaires un à un et cette fois, aplati le ballon et marqua l'essai de la délivrance. Masilevu devient la bonne étoile du CAB et est l'homme du match, le sauveur des noirs et blancs.

Masilevu court vers l'essai de la victoire

Masilevu court vers l'essai de la victoire

Le public.

Les nombreux groupes de supporteurs, Kop Cabiste, 100% coujous, les gaillards du CABCL sans oublier le héros emblématique de Brive Gaillard Man, exultaient, encore plus que pour Brive-La Rochelle car ils savaient qu'ils avaient battu un gros, le Stade Toulousain avec ses 400 sélections et le plus gros budget du TOP14. Ces supporteurs ont également retrouvé leurs joueurs, cette envie de gagner, le 16ème homme était bien présent pour pousser derrière les Brivistes. Arnaud Méla disait que « le public donne un supplément d'âme », ce public fait toute la force du CAB car hier soir, c'était l'apothéose!

Les groupes de supporteurs et la joie des joueurs. Même Didier Casadéi se prête au jeu de Sisa Koyamaibole pour chauffer le public
Les groupes de supporteurs et la joie des joueurs. Même Didier Casadéi se prête au jeu de Sisa Koyamaibole pour chauffer le public
Les groupes de supporteurs et la joie des joueurs. Même Didier Casadéi se prête au jeu de Sisa Koyamaibole pour chauffer le public
Les groupes de supporteurs et la joie des joueurs. Même Didier Casadéi se prête au jeu de Sisa Koyamaibole pour chauffer le public

Les groupes de supporteurs et la joie des joueurs. Même Didier Casadéi se prête au jeu de Sisa Koyamaibole pour chauffer le public

Réaction d'après match avec :

Nicolas Godignon (entraineur en chef du CABCL) : « On a bien rectifié le tir, on a dit des choses qui ont été respectées. C'est une belle équipe de Toulouse qui s'est pointée mais on a réussi à les contrer. La victoire est méritée, c'est un match de rugby de haut-niveau, ça se joue au détail. On a retrouvé la confiance surtout contre Toulouse. La mêlée qui avance c'est la mêlée qui gagne et on a gagné, on a retrouvé une bonne mêlée, on n'a pas perdu pied, on est en place. Pour la confiance ça fait du bien, il vaut mieux aller à Bayonne avec la confiance c'est sur. Tout le monde était présent pour faire un grand match. »

Gordezi Schvelize (pilier du CABCL) : « On a fait moins de fautes et ça a payé, en début de saison on a été pénalisé pour ça. On a fait l'effort pour ne pas être pénalisé. Pour nos prochains matchs on va être motivé et les saisons sont longues, chaque jour on progresse, il ne faut pas baisser les bras, on va travailler et ça payera. »

Arnaud Mignardi (centre du CABCL) : « On a essayé de garder la tête sur les épaules, on marque un essai dans les dernières minutes, on a eu un sursaut d'orgueil. J'ai l'impression que sur ce match on s'est retrouvé. C'est grâce à nos vertus, on s'est battu et puis aussi grâce à notre discipline, on a fait bien moins de fautes que sur les matchs précédents, donc ça permet de donner une autre opinion de nous. On a marqué les points, on a avancé, devant ils ont été très bons en conquête et en mêlée. Quand on a des bases solides, le rugby c'est beaucoup plus simple. »

Jean-Baptiste Péjoine (demi de mêlée du CABCL) : « Ça fait du bien, c'était un match tendu parce qu'on sortait de deux défaites notamment une à domicile. On n'avait pas su mettre notre rythme et là, on a eu une belle après-midi. On a maitrisé le match même si les Toulousains sont revenus vers la 60ème, Benito nous a débloqué le match en fin de partie. Ce qui fait plaisir c'est qu'on a retrouvé notre paquet d'avants. On a plié mais on n'a pas rompu, il faut se servir d'un match comme ça même si tout n'a pas été parfait. On a retrouvé notre collectif et c'est une superbe victoire pour nous. »

Arnaud Méla (deuxième ligne et capitaine du CABCL) : « C'était important pour nous de leur montre un visage positif de récompenser les supporteurs qui sont toujours là. En seconde mi-temps on n'a pas su trop gérer mais on a fait mieux que les autres matchs. Il fallait gagner ce match, Toulouse est capable de garder le ballon et de te mettre dans le rouge. On a besoin de match repère, sur lequel on peut s'appuyer et puis on a eu un petit éclair de génie à la fin. Il y a eu une bonne conquête, on avait besoin de se retrouver en mêlée. Le week-end prochain, il va falloir qu'on soit disciplinés comme aujourd'hui parce qu'ils ont un grand buteur.»

Yoann Huget (ailier du Stade Toulousain) : « On est passé par tous les états, on est revenu petit à petit en deuxième période, il nous a manqué un petit quelque chose pour aller gagner à l'extérieur, on n'est pas passé loin de la victoire. On travaille derrière pour créer de la vie avec le ballon, de créer des espaces. En deuxième période on était au pied du mur, on a essayé de créer des espaces et ça nous réussit, mais c'est la première période qui nous a manqué. »

Retour à l'accueil