Le CO doit enfin ouvrir la porte de la victoire
Le CO doit enfin ouvrir la porte de la victoire

Après avoir essuyé un revers « à domicile », à Béziers face au Stade Français, puis une sévère défaite chez le voisin toulousain, le CO retrouve ce week-end son enceinte fétiche du stade Pierre-Antoine. Malgré l’absence d’une tribune latérale Gabarrou en cours de construction, les hommes du duo Milhas-Darricarrère comptent bien lancer leur saison ce samedi face à Bayonne dans un chaudron que les joueurs veulent retrouver en ébullition.

Le redoutable taureau bayonnais

L’Aviron Bayonnais a plutôt mal débuté sa saison en chutant à domicile contre le géant toulonnais mais s’est rattrapé le week-end dernier par une victoire bonifiée sur Oyonnax dans l’arène basque de Jean Dauger. Les hommes du nouveau manager Patricio Noriega ont bien lancé leur saison et se déplacent à Castres avec un supplément de confiance.

Pourtant, côté locaux ces deux défaites lors des deux premières journées ne constituent pas une crise. Pour preuve l’ambiance qui règne dans le groupe est toujours aussi bonne. Pour l’illustre deuxième-ligne uruguayen Rodrigo Capo Ortega, « les deux défaites vont faire rebondir le CO. » Et pour cela, le CO doit mener le taureau par les cornes...

« Plus d’agressivité à mettre dans le jeu »

Voilà ce qu’a tenu à dire David Darricarrère ce matin. Selon l’entraîneur des lignes arrières, il faut que ses joueurs se projettent plus vers l’en-but, en concentrant la défense, en l’usant, et ainsi créer des brèches pour les trois-quarts. Du jeu, c’est ce que le public de Pierre-Antoine a l’habitude de voir face à Bayonne. Face aux ciel et blancs, le CO a marqué en moyenne 32 points par matchs sur les dix dernières réceptions de Bayonne. Le CO mène la cadence face à l’Aviron. Bayonne n’est venu s’imposer qu’une fois sur les dix dernières confrontations à Pierre-Antoine : d’un tout petit point, 27-26, lors de l’ouverture de la saison 2008/2009. Une saison où le Castres Olympique avait réalisé un très mauvais départ, semblable à ce qui lui arrive aujourd’hui.

Sans Romain Cabannes, ni Rémy Grosso et Yannick Forestier, le CO pourra compter sur le retour de Capo Ortega et Richie Gray en deuxième-ligne. Mais toujours pas de retour de pilier droit, poste problématique et très sanctionné lors des deux premières journées. Si le mastodonte Karena Wihongi a repris la course, le puma Ramiro Herrera enchaîne les bons matchs, certes non victorieux, avec la sélection argentine en Rugby Championship. Le staff castrais devra composer une nouvelle fois avec Yohan Montès et Paea Fa'anunu à droite. L'ancien toulousain semble néanmoins tenir un peu plus le choc que le néo-zélandais face au talonneur et pilier gauche adverses poussant à travers sur l'axe droit.

S'ouvrir les portes d'une première victoire

Chris Tuatara-Morrison: la surprise est dans la barbe?

Le joker médical est arrivé samedi en provenance d’Australie. Pour pallier l’absence de Sitiveni Sivivatu (3-4 mois, opération à l’épaule), le CO s’est offert le centre de la Western Force en Super 15. Longtemps passé par le rugby à XIII en Australie, ce sont les qualités liées à cette forme de ballon ovale, plus populaire que sa version à XV en Australie, qui ont séduit David Darricarrère : « venant du XIII, il a une bonne appréhension des duels, et tend à les gagner. » N’ayant débuté l’entraînement que mardi, « il lui manque encore un peu de rugby pour jouer contre Bayonne» dixit David Darricarrère.

Le barbu australien de 100 kg pour 1m89 pourrait tout de même intégrer le groupe pour le déplacement à La Rochelle ou celui à Montpellier. Un joker qui pourrait rester plus longtemps que prévu s'il venait à se révéler comme l'avaient pu faire Rory Kockott et Ramiro Herrera auparavant.

S'ouvrir les portes d'une première victoire
Retour à l'accueil