Ce qu'il faut retenir de la 2è journée

Après chaque journée de championnat, nous revenons sur les faits marquants du week-end. Pour cette deuxième journée, nous en avons sélectionné cinq !

Le geste de trop de Brandao

Thiago Motta, en sang, nez cassé. C'est l'image du week-end sur les terrains de ligue 1. A l'issue de la rencontre entre le PSG et Bastia (2-0), Brandao a dérapé... encore. La vidéosurveillance du couloir du Parc des Princes montre l'attaquant bastiais asséner un coup de tête à l'italien avant de s'enfuir en courant. Visiblement agacé par les insultes à répétition de Motta et par l'accueil que lui ont réservé les supporters parisiens, Brandao risque gros, très gros. Le Paris Saint-Germain ne portera finalement pas plainte mais les dirigeants bastiais devraient prendre des sanctions dans les jours/semaines à venir. Quoi qu'il en soit, ce sont des gestes que l'on ne veut plus voir en football.

Evian prend l'eau en Bretagne

Trois buts encaissés en 45 minutes face à Caen, six en 90 minutes à Rennes ce samedi. Oui, Evian vient d'encaisser 9 buts en deux matchs et démarre donc ce championnat 2014/2015 avec une différence de but de -7. Pas idéal pour lancer sa saison. Si les haut-savoyards ne veulent pas paraître "ridicules", il faudra se ressaisir dès vendredi à Annecy face au... PSG. Pascal Dupraz l'a dit en conférence de presse, il "n'aime pas les fessées, il y a des boîtes exprès pour cela" toujours très fin le Pascal.

Un vélodrome tout neuf, mais une première gâchée

Après 3 années de travaux, les supporters marseillais ont enfin pu pénétrer dans un vélodrome fini, comme neuf. Enfin... presque car environ 8 000 places étaient inaccessibles car vraisemblablement, de là on ne voit rien ! Autre défaut notable lors de ce match inaugural entre Marseille et Montpellier, l'état pitoyable de la pelouse. Par moment, ce sont des escalopes entières qui giclaient de la pelouse au moindre contact, pas super pour les 22 acteurs. Et puis, il y a la performance sportive... On a vu des olympiens dominés, fébriles et battus pour leur première à domicile cette saison (0-2).

Un Bordeaux étincelants

Comme quoi, un entraineur peut totalement transformer une équipe. L'étiquette que les gens accrochaient à Bordeaux ces dernières années était celle d'une équipe ennuyante. Mais cette saison, ce ne sera pas le cas. Hier soir, les hommes de Willy Sagnol ont infligé une correction à l'AS Monaco (4-1). Pourtant mené à la mi-temps, incapable de sortir de sa moitié de terrain, Sagnol a changé trois fois de système pour parvenir à bousculer cette équipe monégasque. Passant d'un 4-4-2 à un 4-3-3 puis à un 4-5-1 au retour des vestiaires. La suite ? c'est une avalanche de buts face à une équipe médusée. Quatre en 30 minutes, ce qui nous fait vaguement penser à un certain Brésil-Allemagne de juillet. Il aura fallu deux matchs en ligue 1 à Sagnol pour s'emparer de la tête du championnat devant Saint-Etienne.

L'imbroglio Ayew

La scène a beaucoup amusé la toile dimanche après-midi. Pas sûr qu'elle ait beaucoup fait rire Marcelo Bielsa. André Ayew, touché à la tête en première période face à Montpellier a dû sortir de manière invraisemblable à l'heure de jeu. Le joueur marseillais ne souffrait pas de sa blessure ouverte, non, mais ses maillots, si ! Après avoir ensanglanté ses deux maillots floqués à son nom, le ghanéen n'avait plus de maillot avec son numéro, malgré les tentatives du staff de transformer un numéro 33 en numéro 10. Bielsa, agacé a donc été contraint de sortir son joueur.

crédit photo : Foot Mercato

Retour à l'accueil