Un Requin sur le devant de la Seine

Depuis le Yorkshire jusqu'aux Champs Elysées, ce 101ème tour de France aura livré un scénario plutôt improbable. Alors que tout le monde s'attendait à un véritable mano a mano entre Froome et Contador, Vincenzo Nibali fut l'invité surprise, l'homme qui a survolé ce Tour. 16 ans après Pantani ou encore 49 ans après Gimondi, le Requin de Messine s'est offert un nouveau tour à son palmarès, lui qui fait partie des rares cyclistes à avoir remporté les trois grands tours (Giro, TDF, Vuelta).

Le Squale de Messine a "dévoré" ses adversaires

Originaire de la Sicile, adepte du VTT et des courses d'un jour, Nibali déclara avant de devenir pro « je rêve de participer à Paris-Roubaix. » Mais son profil évolua lorsqu'il passa professionnel, étant excellent descendeur, très bon grimpeur et bon rouleur, Nibali fut considéré comme un coureur complet. En 2006, il s'engage avec l'équipe italienne Liquigas avec laquelle il va commencer à collectionner les places d'honneur, 20ème du TDF en 2008, 7ème en 2009 suivant ainsi les cadors en montagne. En 2010, préférant le Giro où il termina 3ème, Nibali participe également à sa première Vuelta qu'il remporte. L'année suivante, il monta une nouvelle fois sur le podium du Giro à la 2ème place. En 2012, il prend la 3ème place du Tour de France derrière Bradley Wiggins et Christopher Froome. La même année, Nibali quitte la Liquigas pour Astana. En 2013, l 'année du centenaire de la Grande Boucle, après être monté deux fois sur le podium, l'italien remporte enfin le Giro et termine à la 3ème place de la Vuelta.

2014, victoire sur le Tour

Vincenzo Nibali annonce que son objectif principal de la saison est le Tour de France. Une semaine avant le Tour, il remporte la course en ligne des championnats d'Italie. Cette victoire est pour lui une « libération » et renforce sa confiance pour la Grande Boucle. Vainqueur des 2ème, 10ème, 13ème et 18ème étapes, il s'adjuge son troisième Grand Tour en passant la ligne d'arrivée finale sur les Champs-Élysées. Il devient alors le 6ème coureur cycliste à remporter le Giro, le Tour et la Vuelta après Jacques Anquetil, Felice Gimondi, Eddy Merckx, Bernard Hinault et Alberto Contador.

Froome et Contador: la faute à pas de chance

Annoncés comme les deux grands favoris du Tour de France, vainqueur l'an passé et double vainqueur de l'épreuve, Froome et Contador n'auront pas eu la chance de lever les bras à Paris.

Victime d'une chute dans les premiers kilomètres, touché au poignet et râpé sur le côté gauche, Froome a abordé l'étape des pavés dans l'inquiétude totale. Après deux chutes l'Anglais décide d'abandonner, premier rebondissement dans cette 101ème édition. Cinq jours plus tard, mauvaise nouvelle pour son adversaire numéro 1, l'Espagnol Alberto Contador qui est contraint également à l'abandon. El Pistolero souffre alors d'une fracture du tibia.

Péraud, Pinot, Bardet, Gallopin: au Tour des Français

On les pensait capable de suivre les meilleurs, capable de semer la zizanie parmi les vedettes étrangères mais de là à être sur le podium, à porter le maillot jaune et à réaliser un tour plus que parfait...

Jean-Christophe Péraud, 37 ans, spécialiste du VTT pendant de nombreuses années et passé pro sur la route en 2010, est devenu hier un héros certes discret, du cyclisme français en se classant second. Celui dont Julien Absalon disait qu'il « était toujours pessimiste », devance le jeune Thibaut Pinot, âgé de 24 ans, qui remporte également le maillot blanc de meilleur jeune et monte sur le podium à la 3ème place. Non spécialiste mais auteur d'un contre-la-montre plus que satisfaisant, Pinot réalise un rêve de gamin. Longtemps second, équipier de luxe pour Jean-Christophe Péraud, Romain Bardet, 23 ans, meilleur français du Tour 2013 et arrivé 6ème cette année, a dynamité le tour en attaquant à plusieurs reprises. Neveu d'Alain Gallopin, vainqueur d'étape à Oyonnax et porteur du maillot jaune pendant un jour, le 14 juillet, Tony Gallopin fut, tout au long de ce tour de France, un français remarquable.

Un Requin sur le devant de la SeineUn Requin sur le devant de la SeineUn Requin sur le devant de la Seine
Un Requin sur le devant de la Seine

Kittel le meilleur, Sagan le régulier

En 2013, il avait remporté la première étape du Tour, en 2014, il remporte la première étape dans le Yorshire. En 2013, il avait bouclé son tour par une victoire sur les Champs-Élysées, rebelote en 2014 où l'Allemand Marcel Kittel devance tous ses adversaires sur la ligne.

Peter Sagan devait quant à lui être vert de rage alors qu'il n'a remporté aucune étape sur ce Tour mais qu'il revêt, pour la troisième fois consécutive, le maillot vert. Encore trois et Sagan égalera Zabel mais en attendant, il faut que « Sagagne. »

Chapeau à Bryan Coquard qui, pour son premier Tour de France, termine troisième au classement du maillot vert derrière Sagan et le norvégien Kristoff. De bon augure pour la suite...

Retour à l'accueil