La menace en vert, blanc, rouge!

Nous ne sommes qu’à la deuxième étape du Tour de France pourtant la course au maillot jaune est déjà lancée! Vincenzo Nibali a bousculé les autres grands favoris en remportant l’étape d’y hier. Il s’impose alors comme un adversaire de taille pour la reconquête du titre de Chris Froome ou pour le grand retour d’Alberto Contador.

La vendetta du Sicilien:

En 2010, Nibali finit troisième de son tour national, le Giro. L’année d’après, il comptait bien faire encore mieux! Seulement il ne savait pas que l’un des plus grands champions du peloton actuel allait lui voler sa place.

Le 15 mai 2011, le Giro passait alors en Sicile, l’étape reliait Messine à l’Etna. Ce chemin devait obligatoirement sacrer l’enfant du pays, Vincenzo Nibali. Lui-même rêvait de s’imposer à domicile devant ses fans et sa famille mais ce n’était pas l’avis d’un certain Alberto Contador. Ce jour-là, l’espagnol s’est imposé d’une main de maître sur les terres de son adversaire et cette victoire n’était qu’un avant-goût de ce qu’allait être ce Giro. Le requin finira donc 2e après le déclassement d’Alberto Contador. C’est donc à son tour de vaincre l’espagnol sur son Tour de prédilection!

Le Sicilien doit aussi « se venger » de l’équipe Sky et de son leader Chris Froome.

Tout commence en 2012, un certain Bradley Wiggins régnait en roi sur le cyclisme. Il était arrivé sur le Tour en grand seigneur accompagné de son fidèle coéquipier, un dénommé Chris Froome. Seul Vincenzo Nibali pouvait lutter face à cette suprématie britannique. Il a essayé et encore essayé mais rien à faire, le roi était indétrônable. Son arme secrète était son équipe, le Train Noir. Wiggins était toujours dans un fauteuil dans la roue de Froome qui, lui, s’était révélé au grand public comme l’homme fort de ce Tour. Après maintes et maintes attaques le requin s’est résigné, il ne pouvait pas ENCORE battre Chris Froome.

Et cette année, il est temps de vaincre ces Anglais sur leur terre, n’est-ce pas un juste retour des choses?

Aujourd’hui, Vincenzo Nibali a accumulé assez de force et d’expérience pour concurrencer les plus grands du vélo. Ce n’était que justice pour lui que de gagner cette étape. Et oui car en 2012, il n’a pas que perdu le Tour, il s’est aussi fait grillé à quelques kilomètres de l’arrivée sur Liège-Bastogne-Liège. Il ne pouvait que gagner sur cette étape anglaise ressemblant comme deux gouttes d’eau à cette classique… Alors Iglisnkiy, on dit plus rien, hein?

Quoi que l’on puisse dire de Vincenzo Nibali, c’est un grand champion qui compte à son palmarès les deux autres Grands Tours (Vuelta (2010) et Giro (2013)). Il fait partie des très grands de ce peloton. Alors, amis fans de cyclisme, si vous doutiez encore de du Requin de Messine, je vous conseille de croire en lui (et si vous ne le faites pas, il saura vous le faire comprendre!)

Photos: BrakeThrough MediaPhotos: BrakeThrough Media
Photos: BrakeThrough Media

Photos: BrakeThrough Media

Retour à l'accueil