Le CAB attend Oyonnax

Cette semaine, l'équipe des jeunes journalistes s'est glissée au sein de l'effectif du CABCL pour son dernier entrainement avant des vacances bien méritées pour les hommes du trio Godignon-Casadéi-Carbonneau.

Comme on dit, « il fait un temps à ne pas mettre un rugbyman dehors », et pourtant, les Corréziens étaient bien au rendez-vous, à part les joueurs excusés pour blessures graves, tout le monde était présent pour cette dernière semaine d'entrainement avant la 26ème journée du Top14. Samedi, le CAB affrontera Oyonnax, le « vrai » promu de ce championnat, celui qui a remporté le titre de champion de France de ProD2 l'année passée. Si les coujous sont sûrs et certains d'être maintenus pour la saison 2014-2015, les Oyonnaxiens, quant à eux, ont encore au minimum un point à prendre s'ils ne veulent pas redescendre au purgatoire.

Dans le même cas que les hommes de Christophe Urios, nous pouvons retrouver Perpignan mais aussi Bayonne.

Le cas de Perpignan :

Les Perpignanais, très mal en point cette saison, se voient affronter Clermont pour le compte de la dernière journée, une tâche plutôt compliquée pour Marc Delpoux et son équipe. L'USAP c'est 14 défaites cette saison pour 10 victoires et 1 nul. Possédant un effectif digne d'un champion de France avec notamment des Hook, des Vahaamina, des Charteris ou encore des Guirado, la déception est présente sur tous les visages, qu'ils soient supporteurs, joueurs ou dirigeants et d'ailleurs pour le Président Rivière : "La situation est très compliquée, mais statistiquement tout n'est pas perdu". Nous le verrons samedi.

Bon à savoir : Si l’USAP termine à égalité avec Bayonne, le club sera sauvé car le différentiel de points, inscrits dans les confrontations directes, serait le suivant : USAP +1 et Bayonne -1.
Auquel cas, si les trois équipes, avec Oyonnax, sont à égalité de points, l’USAP ne sera pas maintenu car la confrontation en points terrain, c'est-à-dire, le nombre de points cumulés lors des confrontations entre ces trois clubs, est au désavantage des Catalans : Bayonne : 10 points ; Oyonnax : 9 points et l'USAP : 8 points.

Le cas de Bayonne :

Pour les Bayonnais, qui ont été 3 fois champions de France, l'enjeu est de taille. Depuis leur remontée dans l'élite du rugby Français, Bayonne s'est toujours adjugé une place dans le bas du classement, si bien qu'en 2010, l'Aviron a échappé de peu à une descente, mais grâce à Montauban, les Basques ont su rester dans le Top14. Bayonne c'est pour le moment, 12 défaites, 12 victoires dont 1 à l'extérieur lors du derby face à Biarritz et 1 match nul. Dans le cas où Perpignan et Oyonnax ne prendraient pas de points à Clermont et à Brive, l'Aviron Bayonnais se verrait épargné de cette descente au purgatoire avec son voisin, le cher club de Serge Blanco, qui est lui condamné depuis maintenant plusieurs journées.

Bon à savoir : Si l’Aviron termine à égalité de points avec Perpignan, le club descendra. Si Bayonne fait match nul, que Perpignan prend un point de bonus mais que Oyonnax revient bredouille de son périple en Corrèze alors les Basques seront sauvés.
Auquel cas, si les trois équipes sont à égalité de points, Bayonne sera maintenu.

Revenons maintenant vers la Corrèze, cette belle région verte où la pluie ne cesse de tomber mais où les joueurs continuent de s'entrainer pour offrir une belle dernière à leur public mais aussi une belle sortie à de nombreux joueurs qui ne seront plus dans l'effectif du CAB la saison prochaine. On peut notamment penser à Julien Le Devedec ou encore Laurent Ferreres. Ce dernier devrait prendre sa retraite après ses deux ans passés à Brive et après ses nombreuses années de bons et loyaux services pour le rugby français. En fin d'année 2013, Laurent annonce via twitter qu'il a une entorse du ligament latéral interne, et donc quatre semaines sans matchs. Le joueur n'aura donc pas pu participer à la rencontre à Chaban-Delmas, contre son ancien club, Bordeaux. Cette saison, Laurent aura joué quelques matchs d'Amlin Cup mais aussi des matchs avec les espoirs du CABCL où Hugues Briatte s'est amusé via twitter à commenter la rencontre avec notamment un petit clin d'œil pour le futur retraité :

twitter Hugues Briatte

twitter Hugues Briatte

Quant à Julien Le Devedec, après avoir passé quatre ans avec le CABCL, il rejoindra Bordeaux pour deux saisons. Hier, nous avons pu rencontrer Arnaud Mignardi, centre de l'équipe Briviste, et grand ami du deuxième ligne. Voici quelques extraits de l'interview : 

 

Plus de 90% de l'effectif Briviste reste et est conservé pour la saison prochaine. Julien Le Devedec quitte lui le navire. Dans un bleu blanc noir sur France Bleu Limousin, vous aviez annoncé tous les deux que vous aviez des projets (centre de tuning...), mais il te laisse tout seul, tu as un message à lui faire passer ?

 

Je vais devoir tenir ce centre de tuning tout seul, je verrai à distance avec lui. C'est quelqu'un qui va nous manquer parce qu'il est très important pour le groupe, très important pour la touche. Il a décidé de franchir le grand pas, de tenter une nouvelle aventure, il est aux portes de l'équipe de France et on est bien contents. S'il en est là, c'est surtout grâce à lui mais on y a contribué donc on est tous très fiers de lui et on espère qu'il nous représentera et surtout qu'il ne nous oubliera pas.  

 

C'est une récompense méritée pour lui cette possibilité de faire la tournée en Australie avec l'équipe de France. 

 

Oui, c'est amplement mérité, il a vraiment fait une saison quasi parfaite, où il a été le meneur de la touche. Il a évolué sur plein de secteurs, sur l'agressivité, sur l'engagement, techniquement c'est un des meilleurs avec le ballon dans les mains, donc c'est vraiment mérité pour lui. 

 

Voilà ce qui clôture une belle saison pour Julien Le Devedec mais aussi pour Brive, car le CAB, aujourd'hui maintenu sera un challenger redoutable la saison prochaine. Rendez-vous samedi au Stadium d'Amédée-Domenech pour le dernier match, un match qui s'annonce captivant. 

Arnaud Mignardi complice avec l'entraîneur des avants Didier Casadéi

Arnaud Mignardi complice avec l'entraîneur des avants Didier Casadéi

la touche où Julien Le Devedec excelle/ Anderson Neisen et ses coéquipiers en actionla touche où Julien Le Devedec excelle/ Anderson Neisen et ses coéquipiers en action

la touche où Julien Le Devedec excelle/ Anderson Neisen et ses coéquipiers en action

Retour à l'accueil