Elles vont aller jusqu'au bout...clier!

Seules les grandes équipes font les grands exploits. Les phases finales suivant leur cours, les filles du Castres Rugby Féminin se déplaçaient à La Rochelle ce dimanche pour y affronter l’ASRUC de Rouen. Si la montée en Elite 2 était assurée pour les deux équipes, l’enjeu était surtout une place en finale de Fédérale 1, pour donner plus de poids à cette montée.

Ce n’est pas parce que la promotion était assurée que Rouen ou Castres allait laisser filer le match. Au contraire ! Même s’il y avait moins de pression sur les visages, la remise des maillots par les joueuses blessées côté castrais et une vidéo de soutien des joueurs du Castres Olympique, ont fait monter la tension et encouragé les filles à tout donner le lendemain.

Sur le terrain des POC’ettes de La Rochelle, là où les castraises avaient emporté le dernier match de la saison, le match des supporters avait déjà été remporté par les bleus et roses. Franchement pas favorites, les rouennaises avaient survolé la poule 1, les castraises ont pu compter sur la « 16ème fille » !

Une domination prometteuse

Certains auraient pu penser que les castraises allaient subir la déferlante rouennaise à La Rochelle. Or c’est bien le contraire qui s’est passé en début de partie. Pendant vingt minutes, les castraises vont enfoncer les rouennaises, en marquant au passage une pénalité par le pied d’Isabelle Madaule (photo). Mais pas plus. Le CRF va même y laisser Sarah Marty, la pilier se blesse au genou et doit quitter le terrain. Mais l’entrée d’Anna Cabrera à sa place, ne mettra pas pour autant le pack castrais en difficulté. Le CRF est plus que rentré dans la partie!

En face, l’ASRUC tente de déborder la défense tarnaise. Les vertes et violettes parviennent enfin à franchir la ligne après une demi-heure de jeu. Consécutivement à l’essai non-transformé, Audrey Bral écope d’un carton jaune pour un plaquage haut. La pilier sortie, les mêlées sont donc simulées et n’avantagent pas les castraises, fortes dans ce domaine. Mais juste avant la pause, l’arbitrage intransigeant distribue aussi un carton jaune à la numéro huit normande pour un plaquage haut sur une castraise. A la pause le score est de 5-3 en faveur des rouennaises, qui reprendront le match en infériorité numérique. Le CRF doit donc en pour profiter pour scorer.

Elles vont aller jusqu'au bout...clier!
Une ténacité exceptionnelle

D’entrée de seconde mi-temps, l’arrière Madaule passe à nouveau trois points et permet à ses coéquipières de reprendre l’avantage au score (6-5). Les rouennaises repassent donc l’attaque dès qu’elles reviennent à 15 contre 15. En difficulté dans ses 22 mètres, le CRF plie mais ne rompt pas. Seul un carton jaune infligé à la seconde ligne Aurélie Maurel (55ème) peut mettre en difficulté les tarnaises. Même à 7 contre 8 devant, les tarnaises sont au-dessus. L’ASRUC s’en remettait à ses trois-quarts. Par trois fois, les normandes vont tomber le ballon ou être propulsées en touche alors que l’essai leur était promis. Les castraises ont été héroïques en défense en infériorité numérique. A moins d’un quart d’heure de la fin, le CRF fait son retour dans le camp adverse. Une pénalité de Nadège Cabanes (photo) met son équipe à l’abri d’une pénalité ou d’un drop à moins de dix minutes du terme (9-5).

La machine rouennaise est en panne. Ces efforts non-récompensés ont heurté le moral de l’ASRUC qui subit la furia castraise dans ces dernières minutes. Les supporters poussent derrière le pack dévastateur. A une minute de la délivrance, Isabelle Madaule obtient ce qui pourrait être la pénalité de la gagne. La consigne du coach Yoan Bailly est claire : la mettre loin. Véridique, la pénalité ne passe pas mais passe largement à côté des perches. Le renvoi aux 22 mètres se fait, et sur le temps de jeu suivant, l’arbitre siffle bien la fin du match. Un coup de sifflet qui envoie les castraises en finale !

Après le quart de finale, et la qualification arrachée dans les dernières minutes, c’était encore un match palpitant qui permettait aux castraises de franchir une nouvelle étape dans la conquête au bouclier. Un match gagné avec le coeur, prometteur pour la finale...

Dans l’autre demi-finale, Nérac affrontait Gaillac, et ce sont là aussi les tarnaises de Gaillac qui se sont imposées (9-7). Il y aura donc bien une finale tarno-tarnaise pour la finale du championnat de France Fédérale 1 la semaine prochaine. Les castraises sont déjà motivées à l’idée d’affronter Gaillac contre qui elles ont perdu à domicile lors d’un match qu’elles auraient dû gagner. Il faudra compter sur une bonne récupération panser les plaies pour Sarah Marty (genou) et Manon Courroy dit « poney » (coude). Ce derby-finale s’annonce électrique !

Le CRF est en passe d'accrocher un troisième bouclier à son palmarès

Le CRF est en passe d'accrocher un troisième bouclier à son palmarès

Retour à l'accueil