CRF: La (triste) fin d'une belle saison

Comment qualifier ce match, à la fois finale et derby ? Invitées surprises de cette finale de fédérale 1 féminine, les castraises retrouvaient Gaillac, pour une troisième fois cette saison après avoir perdu les deux matchs de poule.

Cette fois, pas de départ la veille pour Albi, mais quand même une remise des maillots encore une fois émouvante le samedi soir au club house du CRF. Des larmes de la jeune Marina Saillard à celles de l’inusable Valérie Gallien pour son dernier match, c’était aux mêmes joueuses depuis trois semaines que Yoan Bailly et Eric Charavel ont distribué les maillots pour aller au combat le lendemain. « On change pas une équipe qui gagne ! »

« Que du bonus », « Faites-vous plaisir », telles étaient les phrases avant le match du duo d’entraîneurs castrais à leurs joueuses. Les castraises avaient gagné leur montée en Elite 2 depuis leur quart de finale et sont montées en puissance en battant les favorites rouennaises en demi-finale.

Quant aux gaillacoises, favorites elles aussi, elles se sont fait peur en demi-finale face à Nérac (victoire 9-7). Hier, il s’agissait peut-être du Castres-Gaillac le plus indécis de la saison, avec des castraises outsiders montant en puissance face à des gaillacoises bousculées mais avec des valeurs sûres.

CRF: La (triste) fin d'une belle saison
Castres fait le beau temps mais ne rayonne pas au score

Très vite mises à la faute en début de match (pénalité de Delpeuch, 0-3, 2e), les castraises ont répondu par une pénalité de Madaule (3-3, 9e). Une pénalité qui marquait le début de quinze minutes de domination et d’occupation castraise ponctuées par deux occasions franches d’essais et des mauls s’écroulant devant l’en-but sans jamais y entrer. Ce manque de réalisme s’associait à une débauche d’énergie énorme que les castraises allaient payer cher dans les minutes suivantes.

Grâce à son long jeu au pied, l’UAG se dégageait et revenait dans le camp castrais. Un premier maul écroulé à une dizaine de mètres de l’en-but et l’arbitre sifflait une pénalité en faveur des gaillacoises. Celles-ci allaient bénéficier d’une pénal’touche à cinq mètres de l’en-but. Le ballon bien capté en l’air par l’alignement gaillacois, le groupé pénétrant pu se structurer et la dernière charge d’Euphrasie fut la bonne pour Gaillac. Après un peu plus de trente minutes de jeu, Gaillac inscrivait le premier essai du match (8-3).

Bizarrement, le soleil accompagnait la domination castraise mais dès que Gaillac planta l’essai, les nuages refaisaient leur apparition au-dessous du stade Mazicou. Fallait-il y voir un signe pour la deuxième mi-temps qui s’annonçait pluvieuse ?

Le premier essai gaillacois en images

Le premier essai gaillacois en images

CRF: La (triste) fin d'une belle saison
Le CRF s’enbourbe et Gaillac tient le boue-clier

Accusant un retard de cinq points à la mi-temps, les castraises dépitées à la mi-temps ont essayé de revenir dans la partie en début de seconde période. Il y a bien eu ce débordement d’Emilie Pinel(photo) sur son aile gauche, poussée en touche à quelques mètres de l’en-but mais plus rien.

Des averses s’abattaient sur le rectangle vert. Les gaillacoises, par le pied de Delpeuch et de Delmas, retranchaient les castraises dans leur camp. Le ballon devenu glissant, les en-avants et les mêlées se succédaient. Mais les castraises paraissaient impuissantes, pourtant dans les tribunes on croyait à l’exploit.

A moins de cinq minutes du terme, le score n’avait pas bougé, mais le CRF était retranché dans son camp. La capitaine Elodie Sanchez venait de sortir, ainsi que la demie d’ouverture Nadège Cabanes, impressionnante en défense. La paire de centre castraise Bardou-Delpech avaient beau s’accrocher sur chaque offensive gaillacoise, les failles se créaient.

A deux minutes de la fin, Delmas tapait au pied par-dessus la défense castraise dans une zone délaissée de couverture. L’arrière gaillacoise Marjorie Delpeuch fut plus rapide que son homologue Isabelle Madaule et se permettait même de la crocheter pour marquer un deuxième essai qui scellait la rencontre. Son propre essai transformé, Delpeuch et ses coéquipières menaient alors 15-3 à moins d’une minute de la fin.

Un match...rugueux!
Un match...rugueux!

Un match...rugueux!

CRF: La (triste) fin d'une belle saison

C’était gagné. Une nouvelle fois, les gaillacoises, grâce à leur long jeu au pied, remettait la pression sur des castraises abattues. C’est sur une dernière faute de main que Bruno Gabaldon, l’arbitre de la rencontre, allait permettre aux gaillacoises de savourer leur victoire sur leurs voisines.

Le CRF n’aura pas su créer l’exploit une nouvelle fois. Le peuple castrais qui avait remporté le match des tribunes du début jusqu’à la fin, a tout de même félicité ses joueuses pour leur belle saison. Les castraises peuvent et doivent positiver, une finale était inespérée en début de saison. Quant aux gaillacoises, elles accrochent un troisième bouclier en trois ans. Ces deux équipes se retrouveront l’année prochaine en Elite 2 pour deux nouveaux derbys tout aussi engagés que la finale !

Et maintenant ?

Côté castrais, c’est une sortie bien triste pour la bourguignonne Valérie Gallien (photo) qui honorait là son dernier match sous les couleurs castraises et qui entraînera les jeunes l’année prochaine. Côté gaillacois, c’est une sortie heureuse pour Delpeuch et Patchett qui cèderont leur place à la relève.

De chaque côté, il faut espérer que cette fête du rugby féminin tarnais attire partenaires et aides, car si le Tarn est une terre de rugby, la version féminine du ballon ovale pourrait en être un de ses fers de lance avec deux clubs en deuxième division la saison prochaine.

La joie des gaillacoises qui soulèvent le bouclier face aux larmes de Nadège Cabanes
La joie des gaillacoises qui soulèvent le bouclier face aux larmes de Nadège Cabanes

La joie des gaillacoises qui soulèvent le bouclier face aux larmes de Nadège Cabanes

Retour à l'accueil