Aujourd'hui avait lieu la septième étape de Paris-Nice 2014, et les coureurs ont reliés Mougins, petite ville des Alpes Maritimes (06), à Biot Sophia Antipolis, une autre petite ville des Alpes Maritimes. Si la distance entre les deux villages est de seulement 7 kilomètres, les coureurs avaient tout de même 195,5 kilomètres à parcourir. Le départ est donné à 11H50, et les matinaux n'attendent pas pour tenter de s'échapper. En moins de 10 minutes, 6 hommes sont en tête avec 30 secondes d'avance sur le peloton, quatre autres viennent de partir en contre. On retrouve Ligthart (LTB) en tête, alors que celui-ci a déjà fait parti de plusieurs tentatives la veille, mais aussi Westra (AST), Didier (TFR), Szmyd (MOV), Timmer (GIA) et Guillou (BSE), tandis que Feillu (BSE), Lemoine (COF), Marcato et Frank (IAM) sont en poursuite. Les six hommes de têtes ne se laisse pas rattraper si facilement et Marcato n'arrive pas à tenir son groupe de contre. Le premier sprint intermédiaire a lieu, il est remporté par Ligthart, devant Guillou et Didier. La jonction entre les deux groupes d'échappées est faite, 9 hommes sont donc regroupés en tête, leur avance est de 4 minutes. Les coureurs ont ensuite grimpé le col de Vence (GPM 1, km 49), et c'est Ligthart qui passe en tête. Les dix points gagné en haut de ce col lui permettent de revenir à seulement un point de Sylvain Chavanel (IAM) alors que ce dernier n'est pas présent dans l'échappée et que 5 difficultés sont proposés aux coureurs. Alors que le peloton en termine avec la descente, l'échappée a perdu près d'une minute d'avance. Les coureurs se lancent alors dans une nouvelle ascension, celle de la côte de Cipières (GPM 3, km 67,5) et c'est de nouveau Ligthart qui passe en tête au sommet. Le coureur de Lotto est désormais le nouveau leader provisoire du grand prix de la montagne. Les échappées ont encore 3 minutes 20 d'avances lorsqu'ils débutent la troisième ascension, le col de l'Ecre (GPM 1, km 85). Brice Feillu lâche prise dans l'ascension, et c'est du nouveau Ligthart qui bascule en tête, il prend les 10 points et se crée une confortable avance aux grand prix de la montagne (une avance de 13 points). Pendant ce temps, AG2R contrôle le peloton mais ne se préoccupe pas de l'échappée car il n'y a personne de très dangereux au classement général. Les coureurs montent pour la deuxième fois le côte de Cipières (toujours GPM 3, km 120), et c'est de nouveau Ligthart qui passe en tête. Ils gravissent ensuite la côte de Gourdon (GPM 2, km 131) et le coureur de Lotto est encore le premier en haut. C'était la dernière ascension de la journée, il sera donc passé en tête de tout les grand prix de la montagne de la journée, il a 24 points d'avance sur Sylvain Chavanel et 19 sur Mathias Frank, qui a lui aussi doublé Chavanel. Europcar s'est désormais mis à rouler en tête, ils roulent pour Bryan Coquard qui n'a pas été trop gêné par les différentes ascensions et donc qui devrait pouvoir disputer le sprint s'il a lieu. L'écart n'est plus que de 1 minute 15, et il ne cessera de descendre jusqu'à ce que l'échappée soit rattraper, à 40 kilomètres de l'arrivée. Une fois l'échappée rattrapée, le peloton s'est un peu relevé et certain coureurs en profitent pour se replacer, puis même pour attaquer comme Thor Hushovd (BMC), Sylvain Chavanel ou encore Thomas Voeckler (EUR), mais ces tentatives ne partent pas vraiment et le sprint intermédiaire a lieu alors que le peloton est presque groupé. Westra (AST) remporte le sprint devant Costa (LAM) et Rojas (MOV), puis une échappée se créent, un groupe de 9 coureurs avec notamment Chavanel, et aussi John Gadret (MOV) et Bakelants (OPQS). Les coureurs sont sur un circuit de 18 kilomètres, et c'est déjà le dernier tour alors que plusieurs sprinteurs sont lâchés, comme Degenkolb (Giant). Le groupe est rattrapé, et d'autres coureurs tentent leur chance sans plus de réussite. La Lampre roule très fort à l'avant, alors que les coureurs entrent dans les dix derniers kilomètres de l'étape. Le peloton se dirige vers un sprint en côte et sans grand sprinteur, autrement dit vers une explication enter puncheurs, alors que Geraint Thomas (SKY) tombe lourdement à cinq kilomètres de l'arrivée, ainsi que Frank Schleck (Trek). Les deux coureurs mettent longtemps à se relever, les ambition possible pour le général de Thomas prennent fin, mais le coureur repart alors qu'il a l'épaule en sang et le maillot à moitié arraché. Le peloton, averti ou non de la chute, continue de rouler et Dries Devenyns (Giant) sort sous la flamme rouge, il semble aller chercher la victoire mais n'a finalement pas les jambes pour continuer. A 500 mètres de la ligne, c'est le champion du monde Rui Costa qui est en tête, tandis que Betancur (AG2R), Vichot (FDJ), Rojas et Slagter (GRM) sont juste derrière. Le sprint est lancé et c'est le jeune coureur de la Garmin Tom Jelte Slagter qui s'impose, tandis que Rui Costa et Betancur complète le podium. Le Hollandais remporte l'étape et prend les 10 secondes de bonifications, même si celles-ci sont vraiment peu de chose à côté des 2 minutes perdues sur un problème mécanique. Par contre, les six secondes de bonifications pour Rui Costa sont importantes, même si il ne reprend que deux secondes au leader Carlos Betancur qui prend lui aussi des secondes de bonifications (4) grâce à sa troisième place. Le portugais est désormais deuxième du classement général provisoire, Thomas en étant sorti suite à sa chute, et le tchèque Zdenek Stybar est troisième.

Photo finish

Photo finish

Retour à l'accueil