Gand Wevelgem

Gand-Wevelgem se disputait ce dimanche, la deuxième des quatre classiques flandriennes, souvent réservée au sprinter était attendue avec impatience ! En 2013, le Slovaque Peter Sagan s'était imposé en solitaire. Il vient juste de remporter le GP E3, course d'ouverture des classiques flandriennes World Tour, mais il ne fallait pas oublier Boonen, Cancellara et en cas d'arrivée au sprint Greipel, Demare, Degenkolb ou encore Kirstoff le vainqueur de Milan-San Remo. Concernant le parcours, le départ avait lieu à Deinze. Le peloton grimpait le Mont Cassel à deux reprises. A noter que les coureurs faisaient un enchaînement Baneberg-Mont Kemmel-Monteberg avant de grimper à nouveau le Baneberg et le Mont Kemmel. Cette édition passait par Ploegsteert, Dixmude ou encore Ypres, pour le centenaire de la Première Guerre Mondiale.

Une échapée devant

Dès le départ, une échappée matinale prend les devant. On retrouve 5 coureurs, Marcel Aregger (IAM Cycling), Manuele Boaro (Tinkoff-Saxo), Sebastian Lander (BMC), Jaco Venter (MTN-Qhubeka) et Frédérik Veuchelen (Wanty-Groupe Gobert). L'écart avec le peloton monde jusqu'à 7 minutes. Derrière, les cadors se testent dans les monts avec entre autres, Boonen, Cancellara ou Hushovd.

Beaucoup d'accélérations

A quelques kilomètres du Mont Kemmel alors que Boaro est toujours seul en tête, une chute collective se produit dans le peloton. A terre, Sutton, Sorensen, Pozzato et surtout Paolini. Pour eux, c'est fini car devant sous l'impulsion de l'équipe Belkin, cela ne ralentit pas. A 41 kilomètres de l'arrivée, le peloton revient sur le deuxième groupe d'échappé composé de Venter, Veuchele, Aregger, Grivko, Dillier, Mondory et Parrinello. Il ne reste plus que Boaro devant. Dès le pied du Kemmel après un gros travail de son équipe, Vanmarcke met le paquet pour écrémer le peloton de tous les sprinteurs. Dans sa roue, Sagan, Van Avermaet, Cancellara, Stybar, Degenkolb ainsi que Boonen quelques mètres plus loin. Après la descente, place à l'inventaire. Le peloton est très étiré et il y a de nombreuses petites cassures. A quelques kilomètres du Mont Kemmel alors que Boaro est toujours seul en tête, une chute collective se produit dans le peloton. A terre, Sutton, Sorensen, Pozzato et surtout Paolini. Pour eux, c'est fini car devant sous l'impulsion de l'équipe Belkin, cela ne ralentit pas. A 41 kilomètres de l'arrivée, le peloton revient sur le deuxième groupe d'échappé composé de Venter, Veuchelen, Aregger, Grivko, Dillier, Mondory et Parrinello. Il ne reste plus que Boaro devant. Dès le pied du Kemmel après un gros travail de son équipe, Vanmarcke met le paquet pour écrémer le peloton de tous les sprinteurs. Dans sa roue, Sagan, Van Avermaet, Cancellara, Stybar, Degenkolb ainsi que Boonen quelques mètres plus loin. Après la descente, place à l'inventaire. Le peloton est très étiré et il y a de nombreuses petites cassures. A l'avant, Boaro sera rattrapé à 35km de l'arrivée. Il reste une cinquantaine d'hommes dans le peloton, lorsque Amador, Devolder et Dillier attaquent ! Les 3 hommes creusent un écart assez conséquent à quelques kilomètres de l'arrivée. Il montera jusqu'à 40 secondes à 6km de l'arrivée. Ce sont les équipes Omega Pharma Quick Step, Lotto Belisol et Cannondale qui roulent au moment où une chute intervient à 5km du but. Greipel et Farrar en sont les principales victimes. A 3km de l'arrivée, l'équipe de Boonen prend seule les choses en main pour revenir sur les fuyards. Ils seront rattrapés sous la flamme rouge. Le sprint est inévitable, c'est Sagan qui lance, il est débordé par Degenkolb qui s'impose d'une demi-roue devant Démare !

Degenkolb devance Démare !
Retour à l'accueil