Pas si renversée que ça la Squadra

C’est le vainqueur 2013 qui ouvre le bal du Tournoi 2014. Les Gallois, dans leur antre enflammée du Millenium Stadium reçoive l’Italie du manager français Jacques Brunel. Un match tout feu tout flamme avec l’habituelle entrée des gallois sur la pelouse couverte avec flammes, feux d’artifice, et du rouge ! Autant dire que la tâche s’annonce dure pour l’Italie composée d’une ligne d’avants expérimentée et d’une ligne d’arrière expérimentale. Expérience réussie ?

Une bonne entame et puis la défense

Opportunisme gallois. Une erreur de l’ailier Espositio après seulement trois minutes de jeu et son adversaire Cuthbert file à l’essai. Halfpenny le futur toulonnais, malgré une position délicate pour buter, le buteur gallois ne tremble pas. Déjà 7-0 et les gallois repartent à la charge. Cette fois c’est North, l’autre ailier gallois, qui sème le doute dans la défense italienne. Sarto l’autre ailier italien est là pour sauver l’essai. De son côté, la Squadra Azzura peut compter sur ses avants et sur Tomaso Allan son ouvreur évoluant à Perpignan. Une incursion dans les 22m gallois, les azzuri pilonnent et les gallois se mettent à la faute (7-3, 14e). Les gallois mènent, et le célèbre Hymns and Arias commencent doucement à retentir dans l’arène au toit fermé de Cardiff.

L’Italie sait aussi se monter dangereuse. Après la demi-heure de jeu, petit à petit les transalpins prennent confiance. Parisse d’abord, à la réception d’une passe au pied de Gori, file aplatir un essai dans l’en-but. Mais à la vidéo, M.Lacey décèle un en-avant. Parisse ensuite, sur l’action qui suit perce le premier rideau mais encore un en-avant italien. Tout le contraire des gallois. Revenus dans le camp italien, Jamie Roberts vient à hauteur de Scott Williams et perce le mur azzuro. Il fixe le dernier défenseur et ressert à l’intérieur pour Scott Williams qui va aplatir le deuxième essai gallois que Halfpenny transforme (17-3, 38e). Le score tient jusqu’à la mi-temps.

Coup de chaud pour les gallois

Les Italiens repartent de plus belle dès le début de la seconde mi-temps. Après une perte de balle de Priestland, les Italiens lance l’attaque depuis leur camp. En bout de ligne, Campagnaro sert Sarto qui tape à suivre au pied. Campagnaro va plus vite que tout le monde et prolonge le ballon au pied jusque dans l’en-but pour aplatir le premier essai italien du match. L’ouvreur de L’USAP et de la Squadra Azzura, Tomaso Allan ne transforme pas (17-8, 43e). L’Italie qui n’accuse plus que 9 points de retard peut s’appuyer sur son pack pour avancer et occuper le camp gallois. C’est un temps fort pour Italiens mais un temps fort annihilé soit par un poteau sortant sur une pénalité d’Allan, soit par une « faute bête » dans un ruck. L’Italie ne concrétisant pas, le jeu se relâche. Une pénalité d’Halfpenny (20-8, 67e) repousse les Italiens un peu plus loin au score.

Qui a dit que l’Italie était anéantie ? Sur le renvoi, les gallois qui remettent la main sur le ballon dans le camp italien osent. Halfpenny sert Roberts et… non. Campagnaro encore lui intercepte cette passe entre deux joueurs qui se croiseront l’année prochaine en Top 14. Le centre italien plante un deuxième essai personnel et un deuxième essai pour les azzuri. Cette fois Allan transforme et l’Italie revient dans la partie (20-15, 69e). Le pied d’Halfpenny est heureusement là pour donner un peu d’air aux gallois sur une faute italienne (23-15, 73e).

L’élection de Campagnaro comme homme du match est la seule consolation du jour pour les Italiens qui s’inclinent 23-15 au Pays de Galles. Mais une chose est sure : il faudra compter avec l’Italie, prochain adversaire du XV de France. Les Gallois prennent donc 2 points au classement.

Victoire : 2 points, Nul : 1 point, Défaite : 0 point. Pas de points de bonus.

Photo: page Facebook The Welsh Rugby Union

Retour à l'accueil