Paris tenu !

Si le Stade Français ramenait sa 4ème victoire à l'extérieure, il pouvait reprendre la tête du classement de ce Top14. Si les Brivistes s'imposaient, ils remontaient au classement, et prenaient également des points bénéfiques pour la suite en accrochant alors un autre cador à son tableau juste après Toulon.

Après avoir bataillé pendant plus de 70 minutes, les Parisiens ont levé le pied devant cette rage, cette envie, cette détermination de vaincre de la part des coujous.

Brive a « zlatané » Paris 28 à 12 avec trois essais en prime ainsi qu'une stratégie et une organisation collective qui a fait toute la différente.

Résumé du match.

A peine une minute de jeu que déjà, les Brivistes filaient vers l'en-but parisien. Pendant plus de cinq minutes, la tension était palpable, tous les supporteurs attendaient l'essai du CAB. Mais, rebondissement, les hommes de Gonzalo Quesada reviennent dans le camp des Corréziens, l'arbitre siffle une pénalité après quinze minutes de jeu, une pénalité en faveur de Paris. Steyn l'a passe entre les perches, 0-3. Soudain, Romain Sola s'élance vers l'en-but parisien en se faufilant comme Rémy Grosso (CO) lors de la rencontre face à Toulon quelques heures auparavant. L'arbitre siffle une seconde fois, encore une pénalité pour Steyn qui l'a passe mais qui est suivi de près par le meilleur réalisateur de ce Top14, Gaëtan Germain. Le Briviste réduit le score, 3-6, puis 6-6 quelques minutes plus tard avant de rentrer aux vestiaires.

Les joueurs refont leur entrée, mais M. Raynal siffle une pénalité pour Paris, Morné Steyn passe la balle entre les perches et les Parisiens reprennent alors l'avantage sur Brive. Cependant, Germain est en embuscade derrière et égalise grâce à son pied droit magique. 53ème minute, comme son coéquipier et homologue Guillaume Ribes, il y a deux semaines, le talonneur, Briviste, François Da Ros passe la ligne d'en-but et aplatit le ballon, cet essai redonne du souffle et de l'espoir au CAB. S'en suit alors une séquence de jeu avec un bon rugby de chaque côté du terrain, les Parisiens ne sont pas troisièmes par hasard et les Coujous ne sont pas remontés en Top14 grâce à la chance mais montrent depuis le début qu'ils sont bel et bien capables de rivaliser avec les plus grands. 71ème minute, suite à plusieurs temps de jeu et à une poussée collective, Guillaume Namy marque le second essai Briviste. Le CAB s'éloigne de plus en plus des Parisiens, 23-12. Le duo Godignon-Casadéi fait alors sortir Da Ros et Namy sous les applaudissements de leurs supporteurs. La sirène retenti, mais l'arbitre ne siffle pas la fin du match. La Sanche, 1m70, connu pour sa ténacité, son sérieux et sa grande intelligence de jeu, intercepte le ballon et suite à une course de plus de 50 mètres, marque le dernier essai des Corréziens, l'essai du bonus offensif, l'essai de la victoire, l'essai qui conclut un match de vrai rugby, un match comme on les aime.

Brive prend donc la 9ème place du classement, Paris se fait doubler par Montpellier mais reste sur le podium. Les Coujous ont encore démontré hier soir, qu'ils avaient leur place en Top14 et qu'ils étaient sur la voie du maintien même si cette année, les bonus compteront beaucoup pour un classement qui est très serré.

De plus, le stade a rendu hommage à René Teulade, ancien ministre des affaires sociales et de l'intégration sous François Mitterand, sénateur-maire d'Argentat en Corrèze. Teulade était un homme engagé et bon, un patron exigeant et juste, un amateur de rugby également.

Réactions d'après match avec...
  • François Da Ros :

« Premier essai du match, je le dédie à ma femme, mon fils et au futur bébé, qu'on attend, un futur briviste. Je suis très très heureux, très heureux pour le groupe et je remercie la Sanche (Thomas Sanchou) aussi qui me fait une offrande et en plus il marque l'essai du bonus, c'est génial pour lui et pour l'équipe, c'est magique. Je crois que ça fait pas loin de 10 ans que je n'avais pas marqué un essai en tout cas, en match officiel, donc voilà, ça fait super plaisir, ça soulage, ça fait du bien à la tête et l'essentiel est là pour l'équipe, après le reste, on va dire que c'est paradoxal. Tout s'est construit à la fin, en rentrant de la mi-temps, on reprend tout à zéro, Didier (Casadéi) et Nicolas (Godignon), nous ont dit que les premiers qui allaient marquer gagneraient aussi et c'est ce qui s'est passé, et c'est génial. Il nous manque encore cinq points pour le maintien et on en est conscients mais on est sur la bonne voie. »

  • Gonzalo Quesada :

« On a perdu aujourd'hui, c'est dommage, mais bon on avait toutes les adversités que vous connaissez, donc ce qui est dur ce n'est pas juste le fait qu'il nous manque beaucoup de joueurs, des internationaux, mais aussi qu'il faut faire tourner, garder une équipe avec une certaine fraicheur et ça dépendait de nous et là on dépend des conventions, avec des joueurs partis en Équipe nationale et un calendrier plutôt mal foutu et le plus dur c'est qu'on doit tirer sur la corde. Ce qui est le plus frustrant, c'est qu'on a fait une belle première mi-temps et on s'est crée deux trois occasions qui auraient pu nous mettre dans une très belle condition et après en seconde mi-temps, Brive a pris le dessus avec leur point fort qu'on leur connait. Comme on s'est dit aux vestiaires, on n'est pas mal, on est troisièmes et par rapport à nos objectifs c'est déjà énorme. »

  • Nicolas Godignon :

« Ce soir c'est une énorme satisfaction, le bonus offensif on y pense dans les 5 dernières minutes et on se dit pourquoi pas et quand on voit comment ça se déroule, on est sous la pression et ça demande de s'exposer un peu plus dans des conditions difficiles et quand on s'expose on peut prendre des contres, c'est ce qui s'est passé ce soir, c'est un scénario parfait. On est content d'avoir battu, pour moi, LE ténor de ce championnat, parce que c'est vraiment une belle équipe, une équipe qui a des grosses bases, qui est solide sur la mêlée, la conquête mais on a réalisé une belle prestation ce soir. On est vraiment contents ce soir mais on n'a rien gagné, on sait que le maintien se joue autour des 50 points, ce soir on en a 45, c'est vrai qu'on voit la ligne d'arrivée mais ce soir, cette victoire ça doit juste être un coup de fouet pour aller chercher le maintien. L'essai de Guillaume Namy, c'est un essai collectif avec des temps forts et Guillaume est de plus en plus à l'aise dans cette position là, il concrétise sa saison, il concrétise l'état d'esprit du groupe, ne jamais rien lâcher, l'abnégation, l'humilité. »

Photos ©ClaireSicard
Photos ©ClaireSicard
Photos ©ClaireSicard

Photos ©ClaireSicard

Retour à l'accueil