Le PSG s'est qualifié en finale de la coupe de la ligue en éliminant Nantes (1-2) à La Beaujoire grâce à un doublé d'Ibrahimovic. Mais c'est non sans mal que Paris s'est ouvert les portes du stade de France.

Et à la fin, c'est Paris qui gagne. Comme bien souvent cette saison d'ailleurs. Pour parler de succès parisien, un nom revient en permanence : Zlatan Ibrahimovic. L'attaquant suédois n'aura pas déroger à la règle en ce mardi soir, crucifiant sur le fil les Nantais (90e) d'une tête à bout portant de Rémy Riou. La tête de la libération pour les hommes de Laurent Blanc.

Veigneau avait redonné espoir

Mais aussi celle du soulagement. Car certes Paris s'est imposé, Paris s'est qualifié mais Paris a dû cravacher face à FC Nantes. Mis dans de très bonnes dispositions suite à l'ouverture du score de l'inévitable Ibrahimovic, qui profitait d'un ballon mal renvoyé par le portier Nantais pour le lober et débloquer le tableau d'affichage (0-1, 5e). Les joueurs de la capitale dominent assez largement le premier acte et les occasions d’accroître la marque sont nombreuses : un tir qui file devant la ligne de but des locaux (13e), une tête de Matuidi non cadrée (24e) ou encore un face à face perdu par Lavezzi (30e). Bref, le PSG maîtrise d'une main de maître la partie.

Cependant, les joueurs de Michel Der Zakarian vont tout de même faire valoir leurs atouts et ne pas se contenter d'être le "sparring partner" d'un PSG qui prévoit déjà sa rencontre contre le Bayer Leverkusen. D'abord par l'intermédiaire de Djilobodji qui voit sa tête renvoyée sur la ligne par Verratti (32e) et aurait même pu obtenir un pénalty dans la foulée sur une intervention illicite de Thiago Silva sur Djordjevic (33e). Les Canaris sont revigorés lors des 45 dernières minutes et Paris subit et recule petit à petit avant de craquer en fin de rencontre : Veigneau reprend un centre parfait du jeune Nkoudou (81e) et les supporteurs jaune et vert se prennent à rêver d'une prolongation et pourquoi pas d'un exploit de leurs joueurs. Mais c'était sans compter sur ce diable d'Ibrahimovic qui va anéantir tout rêve nantais (90e). Paris, pour la première fois de l'ère QSI, prend le chemin du stade de France avec la ferme intention de remporter le trophée, qu'importe l'adversaire, que ce soit Troyes ou Lyon.

Paris ira bien au stade de France
Retour à l'accueil