Pied contre pied.

Trois ans pile après leur score 6-6 ramené de Colombes en 2010, les Brivistes ont offert un match nul aux Racingmen pour Noël. Décidément, Guillaume Ribes qui nous disait : « depuis que je suis ici, j'ai joué sept fois contre le Racing et je n'ai jamais gagné », n'aura pas vécu la première victoire de Brive face au Racing Métro 92.

Brive a laissé s'envoler 12 points au pied et ainsi la victoire qui était pourtant du côté des zèbres à quelques minutes de la fin. Alors forcément, ce match nul, les coujous l'ont en travers de la gorge.

Sous un ciel entièrement dégagé, sans aucun nuage mais avec des températures glaciales, le CABCL et le Racing Métro 92 ont clos la rencontre avec un score de 9-9.

Les Jeunes Journalistes vous dévoilent les coulisses d'un match fermé et tendu pour les hommes de Godignon et de Travers.

Un avant-goût du match.

Lors de la première période, les accrochages se succèdent des deux côtés. Cependant, de belles actions émergent chez les Franciliens, suivies par de très bonnes séquences de jeu pour les Brivistes. Mais des coups de pied inutiles ralentissent les actions qui pourraient mener à l'essai. Le Racing a donc du mal à réaliser un bon match, et on peut notamment l'expliquer par les entrées précipitées de Sexton et Hernandez restés sur le banc avant le coup d'envoi.

La deuxième période n'est pas favorable à Brive qui continue son jeu au pied inutile. Germain passe tout de même deux pénalités mais Sexton le talonne. À ce moment, il y a de l'engouement dans les tribunes lorsque Brive mène de trois points. Toujours les Sardines de Patrick Sébastien qui résonnent dans un stade où les Corrèziens n'arrivent, pas à concrétiser tout comme les hommes du duo Travers-Labit. A la dernière seconde, les Racingmen sauvent la mise avec Sexton qui passe le ballon entre les perches, mais ceci n'a pas permis à l'équipe des bleus et blancs de se rassurer après leurs deux défaites face aux Harlequins.

Méla et les lions franciliens dans l'arène de Brive.

Des fautes inutiles, deux équipes indisciplinées de chaque côté et un Jonathan Sexton qui enlève la victoire au CAB à la 79ème minute, ce match a un goût très amer pour les hommes de Nicolas Godignon. En tout cas, Arnaud Méla, roi des batailles sur le terrain en aura eu pour son compte. En effet, le capitaine des zèbres s'est battu tant bien que mal pour la victoire et a même failli offrir le premier essai aux Brivistes en prenant un ballon important en fin de seconde période mais malheureusement, ses coéquipiers n'ont pas su l'utiliser à bon escient.

Le Racing a tout de même subi la domination des Corrèziens, celle qu'on leur connait depuis leur retour dans l'élite du rugby Français.

Un cache cache de 80 minutes pour un pied droit.

Oui, Gaëtan Germain aura laissé passer 12 points qui auraient pu être décisifs pour le CAB car le club aurait pu décrocher une vraie victoire face aux Racingmen. Rappelons-le, Germain est un ancien Francilien qui avait fait gagner le Racing Métro lors de la dernière rencontre qui s'était jouée à Brive. Avec seulement 50% de réussite, on ne peut pas vraiment dire que c'était suffisant pour remporter ce match. Mais ses coéquipiers ne veulent pas l'accabler, attendons donc de voir ce que fera Germain à Bordeaux dans une semaine.

Ne pas se laisser aller.

Malgré ce match nul, les coujous restent dans le positif et peuvent être fiers de leur avancée et de leur engagement en conquête. On peut donc dire que ce n'est qu'une demi-défaite, car d'après Arnaud Mignardi, les Brivistes ont retrouvé « les vraies valeurs du rugby avec un gros combat et une grosse défense. » Tout ce que les Corrèziens avaient oublié dans les vestiaires lors du match face à Biarritz et tout ce qu'ils avaient laissé dans leurs valises en allant à Oyonnax. Les noirs et blancs vont désormais travailler dur toute cette semaine pour aller à Bordeaux la tête haute et rentrer avec le sourire afin de recevoir Montpellier début janvier avec dans le viseur, la victoire et rien d'autre.

L'argent ne fais pas le bonheur de tous.

Samedi soir, c'était un match qui opposait l'ogre financier francilien face au petit poucet financier de Brive, et bien les Racingmen n'ont rien prouvé. Il n'y avait pas le jeu attendu des grandes vedettes qui composent cette équipe parisienne. Le Racing a certes montré qu'il avait une grosse équipe, une équipe de bonne qualité, mais n'a pas su se démarquer du promu Briviste.

En bref.
  • Benjamin Fall, international français et homme fort du Racing a perdu son père samedi matin des suites d'une longue maladie. Mr Fall était connu dans le Limousin après avoir évolué au CSP Limoges entre 1973 et 1976. Il était le premier joueur étranger du CSP avant qu'il soit naturalisé par la suite. Son arrivée au club avait lancé la professionnalisation du basket Limougeaud. Autant dire, que c'était une perle rare tout comme son fils. Toutes nos condoléances à Benjamin Fall et à sa famille.
  • Mais c'est quoi cette histoire ? À la 54ème minute le match s'arrête mais M. Marchat, l'arbitre de la rencontre, ne siffle pas une faute. En effet, le Gallois Roberts et le Sud-Africain Kruger sont entrés sur le terrain avec un maillot vierge. Oui oui, ce n'est pas une blague, les deux joueurs portaient un maillot sans numéro ce qui est formellement interdit par le règlement. Après avoir enfilé deux nouveaux maillots, le match a pu reprendre.

Ainsi, Brive est 10ème du classement au terme de cette 14ème journée de TOP14 où Clermont et Castres n'ont fait qu'une bouchée de leurs adversaires Biarritz et Perpignan. La mauvaise action du jour est certainement pour cette équipe de Languedoc-Roussillon qui est désormais 11ème au classement.

Photos ©ClaireSicard
Photos ©ClaireSicard
Photos ©ClaireSicard

Photos ©ClaireSicard

Retour à l'accueil